• Red Bull

Singapour a tout changé pour Vettel

ESPN Staff
5 janvier 2013 « Ecclestone préfère la Turquie | Bianchi va découvrir Yeongam »

Le patron de l'écurie Red Bull, Christian Horner, continue son bilan de la saison 2012. Il reconnaît que l'amélioration apportée sur la RB8 dès Singapour a profité plus à Sebastian Vettel qu'à son coéquipier.

Avant la pause estivale, Mark Webber était deuxième au championnat, à 40 points de la Ferrari de Fernando Alonso. Il comptait une victoire de plus que son coéquipier et avait deux points d'avance sur lui.

C'est alors que Red Bull est arrivée à Singapour avec des innovations majeures pour la RB8. Vettel a connu une période exceptionnelle, remportant quatre courses d'affilée entre Singapour et l'Inde. Il a conquis un troisième titre mondial, Webber terminant seulement sixième avec plus de 100 points de retard. Ce dernier a d'ailleurs admis que le tournant a eu lieu dans la Cité-État. Son patron est d'accord.

''C'est sûr que Seb a été capable de tirer plus de cette nouveauté que Mark", a déclaré Horner à Autosport. "(La voiture) a semblé coller à ses exigences, Mark ne paraissait pas aussi à l'aise. Néanmoins, il a réussi la pole en Corée, une première ligne à Abou Dabi et il s'est qualifié devant Seb au Brésil. C'est principalement en course que Seb exploitait le mieux sa voiture."

Webber doit se mesurer au n°1

Si Vettel a dominé la fin de saison de la tête et des épaules, Webber apparaissait comme un candidat sérieux pour le titre au début de l'année. L'Allemand s'est affiché comme le n°1 après l'été, mais la hiérarchie n'était pas aussi claire lors des mois précédents. Comme la situation chez McLaren avec Jenson Button et Lewis Hamilton.

"Au début de la saison, avec les nouveautés installées avant Melbourne, Sebastian n'était pas à l'aise mais il avait marqué beaucoup de points" a poursuivi Horner. "Quand nous lui avons donné une voiture plus performante, il a su capitaliser là-dessus."

''Je pense que la hiérarchie change d'une piste à l'autre, selon les conditions. C'est évidemment compliqué pour Mark, c'est un pilote de classe mondiale mais il doit faire équipe contre le meilleur au monde. Peu importe le pilote, c'est dur à accepter."

© ESPN Sports Media Ltd.

flux RSS flux RSS: ESPN Staff