Mark Webber  Australie

  • Nom complet Mark Alan Webber
  • Né le 27 août 1976
  • Lieu de naissance Queanbeyan, Nouvelles Galles du Sud, Australie
  • Âge 38 ans et 5 jour(s)
  • Taille 1.85 m
  • Poids 75 kg
  • Équipes Jaguar, Minardi, Red Bull, Williams
driver portrait
Statistiques par année
Année Voiture Race Démar Vic Pod Class Meill Pole Front Meill Tour CdC Pts Pos
2002 Minardi 17 16 0 0 10 5 0 0 18 0 0 2 16
2003 Jaguar 16 16 0 0 11 6 0 0 3 0 0 17 10
2004 Jaguar 18 18 0 0 10 6 0 1 2 0 0 7 13
2005 Williams 19 18 0 1 13 3 0 1 2 0 0 36 10
2006 Williams 18 18 0 0 7 6 0 1 2 0 0 7 14
2007 Red Bull 17 17 0 1 10 3 0 0 5 0 0 10 12
2008 Red Bull 18 18 0 0 15 4 0 1 2 0 0 21 11
2009 Red Bull 17 17 2 8 15 1 1 2 1 3 0 69.5 4
2010 Red Bull 19 19 4 10 17 1 5 13 1 3 0 242 3
2011 Red Bull 19 19 1 10 18 1 3 8 1 7 0 258 3
2012 Red Bull 20 20 2 4 18 1 2 6 1 1 0 179 6
2013 Red Bull 19 19 0 8 16 2 2 5 1 5 0 199 3
Total 217 215 9 42 160 1 13 38 1 19 0 1047.5
Course Circuit Date
Première Grand Prix d'Australie Albert Park 3 mars 2002 Résultats
Dernière Grand Prix du Brésil Interlagos 24 novembre 2013 Résultats
Fiche
© Sutton Images

Nouveau venu dans l'arène en 2002, l'Australien n'était pas à proprement parler un débutant, que ce soit en F1 ou dans le sport automobile en général où il avait déjà un bel éventail d'expériences à son palmarès. Webber avait à peine 18 ans lorsqu'il quittait sa terre natale pour gagner l'Europe afin d'y poursuivre sa carrière de pilote.

Son arrivée en Angleterre ne passera pas inaperçue puisqu'il prenait la troisième place du Formula Ford Festival de Brands-Hatch, une épreuve qu'il remportera l'année suivante.

Passé logiquement en F3, Webber terminait au 4e rang du championnat anglais, attirant ainsi l'attention de Norbert Haug, patron de la compétition chez Mercedes. Aligné au Mans pour les 24 Heures, il allait être victime de deux terribles accidents (l'envol des CLK dans la Sarthe en 1999, ndlr) d'où il est sorti chaque fois miraculeusement indemne.

Resté loin des circuits jusqu'à la fin de la saison 1999, Webber était déterminé à relancer sa carrière en monoplace dès l'an 2000. C'est là qu'il allait rencontrer son compatriote Paul Stoddart pour une campagne internationale de F3000. Ponctué par une victoire à Silverstone, son parcours se terminait à la 3e place du championnat. Ces bons résultats lui permettaient d'être recruté par Benetton F1 comme pilote d'essais sans pour autant l'empêcher de poursuivre sa carrière en F3000. Vainqueur à Imola, Monaco et Magny-Cours en 2001, il ne pourra éviter le sacre du Britannique Justin Wilson.

Convaincu qu'il pouvait désormais faire étalage de son talent au plus haut niveau, Webber a persuadé Paul Stoddart de lui confier la deuxième Minardi pour le championnat du monde de F1 2002. Un rêve devenu réalité lors du premier Grand Prix de la saison, à Melbourne, où l'Australien terminait 5e et inscrivait deux points d'un coup, sur ses terres, au terme d'une course d'attrition. Un miracle pour la modeste Minardi.

Ses coups d'éclats et sa motivation convaincront les dirigeants de Jaguar qui l'appelleront en 2003 pour redorer le blason de l'écurie, mis à mal par plusieurs saisons d'errements. Rapidement, Webber confirmait tout le bien que l'on pensait de lui et marquait 17 des 18 points de son équipe.

Promis au plus bel avenir, il a évité le naufrage de l'équipe Jaguar et pensait avoir fait le bon choix en acceptant un volant chez Williams BMW en 2005. Malheureusement, le déclin des relations entre l'équipe anglaise et son motoriste allemand n'a pas permis à Webber de s'exprimer pleinement.

En 2007, il rejoignait l'écurie Red Bull (l'ancienne Jaguar). La monoplace conçue par Adrian Newey n'a pas été un exemple de fiabilité, mais elle lui a permis de connaître les joies du podium (3e au Nürburgring). Grâce à une voiture plus solide en 2008, Webber a inscrit 21 points, dont 19 lors des huit premières courses.

En 2009, l'Australien - qui s'est brisé une jambe lors d'une escapade à vélo pendant l'intersaison - a retrouvé toutes ses capacités, et il en avait bien besoin pour affronter la nouvelle étoile montante de la F1, son nouveau coéquipier Sebastian Vettel. Webber remportait sa première victoire en F1 au GP d'Allemagne sur le circuit du Nürburgring, et doublait la mise en fin de saison au Brésil, à Interlagos. Il figurait alors à la 4e place du championnat des pilotes.

Toujours avec Red Bull Racing en 2010, Webber a connu une excellente saison, remportant quatre courses et menant le classement plus d'une fois au cours d'un championnat constamment serré comptant cinq prétendants. Il faisait face à une politique qui semblait favoriser Vettel, mais l'Australien savait très bien se défendre. Il avait des chances d'être titré lors de la finale à Abou Dabi, mais un manque de rythme a vu Webber terminer une saison très compétitive à la 3e place du classement.

En 2011, alors qu'il voulait mettre à mal la domination de Vettel, c'est lui qui faisait les frais de la virtuosité de son coéquipier qui ne lui laissait qu'une victoire, lors de la dernière course au Brésil. Ses déboires auraient comme origine une longue période d'adaptation aux nouveaux pneus Pirelli. Mais Webber se maintenait néanmoins sur le podium du Championnat, à la 3e place.

Il est revenu plus fort en 2012, démontrant une bonne constance en début de saison bien que la Red Bull était un peu moins compétitive que ses rivales. Webber a signé de belles victoires à Monaco et à Silverstone. Par la suite, entre des soucis techniques, un accrochage et les prouesses de Vettel, il a perdu du terrain et s'est retrouvé 6e du classement au terme d'une saison serrée.

Pour 2013, l'objectif de l'Australien demeurait le même : battre son coéquipier et enfin s'approprier la couronne tant souhaitée. Toutefois, Vettel était intouchable. De plus, ce dernier a désobéi aux consignes de Red Bull en Malaisie, dépassant Webber pour franchir la ligne d'arrivée en premier. Ultimement, Vettel venait d'empêcher l'Australien de réaliser sa dernière victoire en F1.

Au cours de la saison, Webber annonçait son retour en Endurance avec Porsche en 2014. Lors des derniers mois de 2013, il avouait un certain manque de motivation mais il s'est néanmoins rendu jusqu'au bout de son contrat avec Red Bull. Pour son dernier championnat de F1, il a terminé à la 3e place du classement des pilotes. Le franc-parler de Webber manquera aux membres du paddock.

Notes

Haut de la pageHaut

Magazines récents

Haut de la pageHaut

Dernières photos

22 juin 2014

Mark Webber interviewe Lewis Hamilton sur le podium

15 juin 2014

Mark Webber dans le cockpit de sa Porsche

12 juin 2014

Mark Webber se prépare pour une conférence de presse

     

Voir la liste complète des photos

Haut de la pageHaut