• C'était un 18 octobre

Je suis champion du monde, bébé !

Button jubile au Brésil
© Sutton Images
Agrandir

2009
Jenson Button réalise son rêve d'enfance en devenant champion du monde à la conclusion du Grand Prix du Brésil, l'avant-dernière course de la saison. Les qualifications se font sous la pluie : le Britannique est 14e alors que son coéquipier Rubens Barrichello est en pole position pour sa course à domicile. Mais une crevaison pendant la course met fin aux espoirs du Brésilien ; Button remonte jusqu'à la 5e place et décroche enfin le titre après 10 saisons en F1. "Je suis champion du monde, bébé !" crie-t-il. "Il y a 21 ans, j'ai sauté dans un kart et j'ai adoré gagner. Mais je ne m'attendais jamais à devenir champion." L'écurie Brawn (l'ancienne Honda) se mérite aussi le titre des constructeurs : elle devient ainsi la seule équipe dans l'histoire de la F1 à remporter la couronne lors de sa première (et seule) année. Mercedes en prendra le contrôle quelques semaines plus tard. Une véritable histoire de fée.

1987
Bien qu'il ait remporté le GP du Mexique par 26 secondes, Nigel Mansell quitte le pays de mauvaise humeur contre les commissaires de course. Nelson Piquet, son coéquipier et rival au titre, entre en collision avec Alain Prost lors du départ mais parvient à reprendre le combat après avoir été poussé par des commissaires de piste ("Je me souviens d'une époque où vous étiez disqualifié si on vous poussait", ira commenter Mansell. "Je suis content d'avoir gagné, mais je lève mon chapeau à la bonne fortune de Nelson"). La course est arrêtée à mi-chemin après l'accident de Derek Warwick. Un deuxième départ est donné ; la grille est disposée selon le classement au moment de la collision. Piquet franchit la ligne d'arrivée en premier, mais le classement final est décidé par la somme des deux moitiés de la course : Mansell est déclaré vainqueur. Les fans se grattent la tête, Mansell se frotte la moustache, seulement Piquet garde le sourire.

1933
Naissance de Ludovico Scarfiotti à Turin, l'un des meilleurs pilotes italiens des années 1960. Membre de la famille Agnelli, il fait sa renommée au volant de voitures de course. Aux commandes d'une Ferrari, il remporte les 24 Heures du Man 1963 avec Lorenzo Bandini. Le week-end suivant, il fait ses débuts en F1 au Grand Prix des Pays-Bas et termine 6e ; il partage ensuite une voiture avec John Surtees lors des 12 Heures de Sebring et gagne l'épreuve. En 1966, toujours au volant d'une Ferrari, Scarfiotti remporte le GP d'Italie et demeure à ce jour le dernier Italien à l'avoir fait. Il est bien placé pour un volant titulaire au sein de la Scuderia mais Enzo Ferrari lui préfère Chris Amon. En 1968, Scarfiotti participe à une course de côte dans la forêt montagneuse allemande ; sa Porsche 908 quitte la route et est retrouvée suspendue dans un arbre. Le corps du pilote est retrouvé 50 mètres plus loin.

© ESPN Sports Media Ltd.
Close