• Mercedes

Wolff explique la structure

ESPN Staff
14 février 2013 « Sutil ferait mouler son siège | Bianchi va découvrir Yeongam »

Toto Wolff, le nouveau patron de Mercedes Motorsport, également directement impliqué dans la gestion de l'écurie de Formule 1, a précisé les rôles des têtes dirigeantes de l'organigramme.

Depuis la nomination de Wolff, qui suivait l'arrivée de Niki Lauda dans l'encadrement de l'équipe, des rumeurs ont circulé sur le possible recrutement du directeur technique de McLaren, Paddy Lowe, comme futur patron de l'écurie si Ross Brawn venait à quitter son poste.

Nous savons maintenant que Brawn est bien aux commandes et n'a pas l'intention de s'en aller. Nous savons aussi que Lowe ne rejoindra pas Mercedes, du moins pas pour les mois à venir. Mais pour le reste, les tâches et responsabilités demeuraient un peu floues. Wolff a fourni quelques réponses.

"La chaîne de commandement est en fait très simple", a-t-il dit lors d'un interview avec le site officiel de la F1. "Niki est le président non-exécutif du conseil d'administration, ce qui signifie qu'il dirige le conseil mais ses fonctions sont non-opérationnelles et non-exécutives. Il est un triple champion du monde, un bon négociateur et il a de bonnes relations. Il est très direct et il supervisera l'équipe. Il est président du conseil d'administration mais il a peu de fonctions opérationnelles."

Wolff sur "le siège éjectable"

"Ensuite il y a le conseil exécutif qui dirige l'entreprise et dont je suis membre. Mon approche est plutôt commerciale, mais bien entendu il y a des chevauchements avec Ross concernant les activités de course", a continué Wolff. "Ross est le patron de l'équipe, il est en charge de diriger l'écurie. Nick Fry est toujours le PDG, tandis que mon rôle a deux facettes. D'un côté je représente Mercedes-Benz comme dirigeant de la branche sportive, de l'autre je suis un actionnaire de l'équipe alors je fais partie de la haute hiérarchie de l'équipe."

"Je ne me serais jamais engagé dans quelque chose que je ne pensais pas pouvoir réussir"
Toto Wolff

Donc, puisque l'Autrichien a non seulement accepté de relever le défi Mercedes à titre de dirigeant mais aussi comme investisseur dans l'équipe, sa motivation n'en est que plus grande. Les risques aussi.

"J'étais confortable auparavant comme investisseur dans des compagnies car je pouvais blâmer les autres lorsque ça allait mal et en profiter lorsque ça allait bien. Maintenant j'ai un rôle entièrement opérationnel, je suis assis sur le siège éjectable", a-t-il souligné. "La bonne nouvelle, c'est que je tiens le déclencheur dans ma main. Je ne me serais jamais engagé dans quelque chose que je ne pensais pas pouvoir réussir. L'objectif de Mercedes est d'avoir une écurie de pointe, alors si cela ne se concrétise pas, je vais avoir des difficultés à justifier mes décisions."

Quelles sont les attentes de Mercedes cette saison ? Pour Wolff, 2013 sera une bonne année si l'équipe "termine parmi le top 4" du classement des constructeurs. Ce serait une progression d'au moins une place sur le résultat de 2012.

© ESPN Sports Media Ltd.

flux RSS flux RSS: ESPN Staff