• Essais privés limités

Ferrari perd patience

ESPN Staff
4 décembre 2012 « Button aime déjà les pneus 2013 | Bianchi va découvrir Yeongam »
Di Montezemolo : "Nous (les équipes) sommes des constructeurs, pas des sponsors"
© Getty Images
Agrandir

Le président de la société Ferrari, Luca di Montezemolo, a déclaré qu'il perdait patience au sujet de l'interdiction d'effectuer des essais privés pendant la durée du championnat de Formule 1.

Depuis 2008, les équipes ont droit à une douzaine de journées d'essais sur piste avant d'entamer la saison. Les essais privés sont interdits pendant la période débutant une semaine avant le premier Grand Prix de la saison et se terminant le 31 décembre (des tests aérodynamiques en ligne droite seulement sont toutefois permis).

Cette mesure a été mise en place pour aider les équipes à réduire leurs coûts. Certaines sont d'accord, tandis que d'autres aimeraient pourvoir mener quelques essais sur piste pendant la saison. Cette année, exceptionnellement, une période de trois jours a été autorisée avant le GP d'Espagne, cinquième manche de la saison, mais l'expérience ne sera pas répétée en 2013.

"C'est impossible"

Cela signifie que les équipes n'auront que les trois périodes d'essais privés de quatre jours chacune pour tester leurs nouvelles monoplaces avant d'entamer le prochain championnat. Mais Ferrari, qui a déjà complété plus de 150 jours d'essais en une saison avant l'entrée en vigueur des restrictions, en veut plus. C'est d'ailleurs le cas depuis plusieurs années.

"C'est impossible que l'on ne puisse faire des essais dans cette discipline", a martelé di Montezemolo. "Cela fait longtemps que nous le disons et nous allons le répéter dans des endroits appropriés, alors je ne veux en dire davantage pour le moment."

"Mais notre patience atteint ses limites", a ajouté le dirigeant de l'entreprise italienne. "Quelqu'un doit se poser la question, si ou non il souhaite que la Formule 1 compte des compagnies qui investissent dans la discipline et la considèrent comme le plus technologiquement avancé des bancs d'essais pour ses propres voitures, comme Ferrari le fait depuis 1950. Nous (les équipes) sommes des constructeurs, pas des sponsors. Le fait de ne pouvoir effectuer des essais sur piste, ni donner une chance à de jeunes pilotes, ne me satisfait pas."

© ESPN Sports Media Ltd.

flux RSS flux RSS: ESPN Staff