• Barcelone I, J1 - Ferrari

Comme prévu pour Alonso

ESPN Staff
19 février 2013 « Rosberg débute la semaine | Bianchi va découvrir Yeongam »
Alonso a piloté la Ferrari F138 pour la première fois mardi
© Sutton Images
Agrandir

Pour Fernando Alonso, qui pilotait la nouvelle Ferrari F138 pour la première fois, mardi lors des essais de Barcelone I, la journée ne comptait pas de grandes surprises par rapport à ses attentes. Il se dit satisfait.

Lors des essais hivernaux de Jerez, son coéquipier Felipe Massa a passé les trois premiers jours en piste tandis que le réserviste Pedro de la Rosa s'est occupé de la dernière ; Alonso, quant à lui, préférait parfaire sa condition physique pendant ce temps. Mais l'Espagnol était de retour aux affaires mardi sur le Circuit de Catalunya, où il a bouclé 110 tours et signé le 3e meilleure chrono du jour.

"Le feeling dans la nouvelle voiture était OK, plus ou moins comme prévu", a-t-il rapporté. "C'est la continuité de la voiture que nous avions au Brésil (fin 2012). J'ai le même siège, les mêmes pédales, etc. Alors lorsque je me suis installé dans la voiture, les performances devaient être similaires à celles du Brésil. Rien ne m'a réellement surpris, donc c'est une bonne nouvelle. Ce n'était pas le cas l'an dernier lorsque nous avons eu une mauvaise surprise."

"Nous avons beaucoup de travail à faire au cours des prochains jours : les pneus, l'aérodynamique, quelques nouvelles composantes et des choses expérimentales qui sont sur la voiture. Il faut continuer à engranger beaucoup de kilomètres (…) Il faut boucler un grand nombre de tours pendant ces essais pour confirmer que notre voiture est suffisamment forte pour courir."

Trop frais pour les pneus

Compléter 110 tours lors de son premier véritable retour en piste depuis des mois, voilà qui laisse quelques traces : "J'ai le cou un peu raide, mais c'est normal. Peu importe l'entraînement que vous faites avec le cou, la voiture vous fera subir."

Bien que satisfait de la Ferrari, Alonso l'était un peu moins envers les pneus Pirelli. La dégradation rapide des gommes fait en sorte qu'il est difficile de bien évaluer la nouvelle monoplace, en particulier dans des conditions fraîches.

"Ce n'est peut-être pas la meilleure option de faire des essais en hiver lorsque les pneus ne sont bons que pour un tour", a-t-il déclaré. "Nous avons énormément de choses à tester et tellement de nouveaux éléments, il nous faut de bonnes informations. Nous n'avons qu'un tour pour comprendre le comportement de ce qui est installé sur la voiture, car ensuite vous perdez deux, quatre, six secondes sur le rythme. Mais c'est la même situation pour tout le monde. Alors c'est à nous de mieux comprendre le comportement de ces pneus, mieux que les autres (équipes), et ensuite tenter de les faire durer le plus longtemps possible."

© ESPN Sports Media Ltd.

flux RSS flux RSS: ESPN Staff