• GP du Brésil

Dimanche de dernières

Daniel Bastien
24 novembre 2012

Le Grand Prix du Brésil marque non seulement la conclusion du championnat 2012, mais aussi la fin d'une étape dans la carrière de plusieurs pilotes. Certains relèvent de nouveaux défis, d'autres se demandent s'il y aura une suite. ESPN présente la liste.

Le retraité

© Press Association
Agrandir

Dans le cas de Michael Schumacher, il s'agit d'une retraite volontaire et définitive pour le plus titré des pilotes dans l'Histoire de la Formule 1. Alors que sa première carrière (1991 à 2006) a été celle qui lui a permis d'être champion sept fois et de signer 91 victoires, des chiffres époustouflants, sa deuxième carrière (2010 à 2012) ne compte qu'une seule troisième place comme meilleur résultat. Schumacher aspirait à une huitième couronne lorsqu'il est revenu avec Mercedes, mais l'équipe n'a jamais été en mesure de répondre à ses ambitions. À bientôt 44 ans, il voudra peut-être relever un autre défi en F1, mais comme pilote, c'est terminé.

Les transitions

© Sutton Images
Agrandir

Lewis Hamilton a choisi de justement relever le défi que Schumacher délaisse, soit celui de transformer l'écurie Mercedes en redoutable rivale parmi les écuries de pointe. Enfant chéri de McLaren, qui l'aura hissé vers son seul titre à ce jour en 2008, Hamilton compare sa décision à celle d'un jeune adulte quittant le foyer familial pour explorer le monde. Ni lui ni sa future ex-équipe n'ont exclu un retour au bercail un de ces jours. Au fond de lui, Hamilton espère peut-être transformer Mercedes comme Schumacher a jadis transformé Ferrari.

© Sutton Images
Agrandir

Pour Sergio Pérez, une promotion le mène vers la prochaine et très importante étape de sa carrière, celle qui jugera son grand potentiel. Au cours de sa deuxième saison en F1, le pilote Sauber a goûté le champagne du podium trois fois et a même frôlé la victoire. McLaren l'ayant recruté et clairement avisé de la pression qui l'attend, sans parler du programme intensif de préparation physique et mentale prévu pour lui cet hiver, Pérez est néanmoins confiant de signer sa première victoire en 2013. Et si tout va bien, viser le titre en peu de temps.

© Sutton Images
Agrandir

Transfert horizontal ou vertical, le temps le dira pour Nico Hülkenberg, qui dit au revoir à Force India et bonjour à Sauber. Ces deux équipes se battent l'une contre l'autre dans le classement des constructeurs, mais le fait demeure que Sauber compte trois podiums en 2012 et Force India aucun. De plus, Hülkenberg, qui a connu une excellente fin de saison, pourra apprivoiser un moteur Ferrari. Qui sait, cela pourrait être utile à l'avenir...

© Sutton Images
Agrandir

Charles Pic, quant à lui, monte dans la hiérarchie du peloton mais de manière modeste puisqu'il passe de Marussia à Caterham. Cela demeure un pas dans la bonne direction, et de plus, il mérite d'être félicité : Pic est la première recrue à passer sa première saison de F1 chez Marussia et à continuer comme titulaire l'année suivante (même s'il a dû changer d'équipe).

Les facteurs inconnus

© Sutton Images
Agrandir

En trois saisons, Bruno Senna aura été titulaire pour trois écuries différentes : HRT, Renault (devenue Lotus) et Williams. Sachant que son coéquipier Pastor Maldonado jouit d'un important soutien financier, et que le pilote de réserve Valtteri Bottas est proche d'un des dirigeants de Williams, le siège de Senna semble de plus en plus éjectable. Mais il pourrait toujours atterrir ailleurs en 2013 et défendre les couleurs d'une quatrième équipe en autant d'années.

© Press Association
Agrandir

Le parcours de Kamui Kobayashi a connu des hauts et des bas. Révélé alors qu'il remplaçait Timo Glock pour les deux dernières courses de 2009, il pensait retourner travailler au restaurant de son père suite au départ de Toyota. C'est alors qu'il a été recruté par Sauber pour la saison 2010. Depuis, Kobayashi a été l'auteur de manœuvres de dépassement inattendues et a su impressionner les foules. Il a signé son premier podium en carrière cette année (chez lui au Japon, rien de moins), mais face à Pérez, son étoile a pâli un peu. Remplacé en 2013 par le réserviste Esteban Gutiérrez, Kobayashi pourrait accepter une offre de Pirelli pour développer la prochaine génération de pneus.

© Sutton Images
Agrandir

Heikki Kovalainen a été très clair sur ce point, jamais il ne sera un pilote payant. Il a d'ailleurs demandé à son management de ne rien faire pour lui trouver des sponsors, car si son seul talent ne suffit pas, tant pis. L'ancien de Renault et de McLaren, qui participe à l'aventure Caterham depuis les débuts de l'équipe en 2010, n'a donc aucun intention de se plier à ce qui semble être devenu une exigence financière pour conserver son volant. Sachant que ses patrons ont embauché Charles Pic, il reste à voir s'ils choisiront de conserver Kovalainen et ses six années d'expérience en F1. Si ce n'est pas le cas, le Finlandais pourrait faire ses adieux à la catégorie reine.

© Caterham
Agrandir

Le management de Vitaly Petrov fait des efforts pour lui trouver de nouveaux sponsors, mais son volant chez Caterham semble plutôt fragile. Au niveau des résultats, il signe des performances réalistes avec l'équipement à sa disposition, bien que ce ne soit rien de spectaculaire. Difficile de dire s'il répond aux attentes. Si l'apport financier de Pic diminue la pression sur Petrov, il se peut que la Fusée de Vyborg se retrouve sur la grille de départ de 2013, toujours aux commandes d'une voiture verte.

© Sutton Images
Agrandir

La situation est plus qu'incertaine pour Pedro de la Rosa et Narain Karthikeyan, qui ne savent même pas si l'écurie HRT sera toujours en activité à la fin du mois, encore moins l'an prochain. La petite écurie espagnole a été un peu revitalisée en début de saison par ses nouveaux propriétaires, et une légère progression a eu lieu, mais ils ont récemment décidé de vendre HRT dans les plus brefs délais. Des employés ont déjà été licenciés et les quartiers de Madrid sont en fait des locaux loués. Dans le cas de Karthikeyan, sa présence dans l'équipe relevait de ses sponsors. Mais de la Rosa, respecté de tous dans le paddock, y était pour sa vaste expérience comme pilote de développement chez McLaren. Sa mission était d'aider HRT à quitter le fond du peloton ; finalement, à moins que l'équipe soit achetée très bientôt, il n'aura guère eu le temps de l'aider à franchir la première étape.

© ESPN Sports Media Ltd.

flux RSS flux RSS: ESPN Staff