• Affaire Gribkowsky

Ecclestone poursuivi à New York

ESPN Staff
21 novembre 2012 « Lowe : ''Hamilton va manquer à McLaren'' | Bianchi va découvrir Yeongam »

L'Affaire Gribkowsky talonne toujours Bernie Ecclestone. Une firme d'investissements américaine exige d'être compensée pour avoir été, selon elle, évincée du processus d'achat de la F1 en 2005.

L'agence Bloomberg rapporte que la société Bluewaters Communications Holdings, basée à New York, affirme dans sa poursuite que le procès de Gerhard Gribkowsky a permis de démontrer qu'Ecclestone, le grand patron de la Formule 1, avait donné un pot-de-vin à l'ancien banquier. En retour, ce dernier devait s'assurer que la vente d'une majorité des parts de la catégorie reine aille en faveur de CVC Capital. L'offre de CVC aurait été la seule qui permettait à Ecclestone de rester aux commandes de la F1.

Le Britannique a toujours déclaré qu'il avait été intimidé par Gribkowsky ; il lui aurait versé 45 M$ pour éviter d'importants problèmes avec le fisc alors que Gribkowsky menaçait de dénoncer de supposées irrégularités concernant le trust familial d'Ecclestone. L'ex-banquier allemand a été reconnu coupable de corruption et condamné à huit ans et demi de prison l'été dernier.

"Acquisition illicite"

Dans sa déclaration déposée devant la Cour Suprême de New York, Bluewaters prétend que son offre d'achat était la plus élevée mais qu'Ecclestone a protégé son poste en détournant la vente de la majorité des actions de la F1 vers CVC Capital, ce qui résulte en une "acquisition illicite" desdites parts. La firme américaine soutient que les propriétaires actuels de ces actions ont donc "énormément profité" de revenus auxquels ils n'auraient pas eu droit sans l'intervention présumée d'Ecclestone pour les favoriser.

Bluewaters Communications Holdings estime avoir subi des dommages de 650 M$ (507 M€) depuis la vente des actions à CVC Capital, soit la perte de profits lui "appartenant légitimement" ; ce montant est réclamé auprès d'Ecclestone, de Gribkowsky et de toutes les sociétés de gestion impliquées.

Dans une autre poursuite judiciaire déposée en octobre, BayernLB réclame 400 M€ (516 M$) en compensation. La banque allemande allègue qu'Ecclestone a dévalué la valeur marchande des parts de la F1 qu'elle détenait avant de les vendre à CVC Capital.

© ESPN Sports Media Ltd.

flux RSS flux RSS: ESPN Staff