• C'était un 2 novembre

Un final d'enfer

Hamilton est sacré à Sao Paolo
© Getty Images
Agrandir
À lire aussi

2008
La fin du championnat est remarquable, excitante et déchirante. Au Brésil, le titre est décidé lors des dernières secondes de la saison. Lewis Hamilton doit terminer l'épreuve à la cinquième place, sans quoi Felipe Massa sera couronné chez lui. À deux tours de la fin, le pilote McLaren glisse à la sixième place lorsque Sebastian Vettel réussit à le doubler. Felipe Massa gagne la course, Ferrari lui annonce fièrement qu'il est champion du monde et l'équipe lance de grands cris de joie. La fête cesse très rapidement lorsque Timo Glock, dont les pneus sont gravement détériorés, se fait doubler par Vettel et Hamilton juste avant le dernier virage de la saison. En 15 secondes, la couronne passe de Massa à Hamilton. C'est l'extase chez McLaren, la tristesse sans mots chez Ferrari.

"J'étais au bord de l'explosion", déclare Hamilton. "Je ne sais pas comment j'ai fait pour garder le contrôle. Je ne sais pas comment. J'ai été très chanceux. Ce fut une des plus dures courses de ma vie. Je me demandais : 'Est-ce que j'ai réussi ?'. L'équipe me l'a confirmé et c'était l'extase."

Il est difficile de ne pas avoir la larme à l'œil pour Massa, qui a longtemps pleuré dans son cockpit avant de monter sur le podium les yeux rougis et le cœur très gros. La foule applaudit de longues minutes. "Je ne pleure pas beaucoup", admet-il. "Mais c'était difficile de ne pas le faire aujourd'hui. C'est peut-être mon âge."

1946
Naissance d'Alan Jones à Melbourne, un pilote australien rationnel et direct. En 1975, il fait ses débuts en F1 avec la nouvelle équipe de Graham Hill et impressionne. Mais c'est avec Williams, qu'il rejoint en 1978, que Jones laisse sa marque. Troisième du championnat en 1979, il domine en 1980 avec dix podiums (dont cinq victoires) en dix courses. Une fois la couronne sienne, il perd de son appétit et se retrouve au volant de voitures moins compétitives. Très respecté, Jones est un dur. "Il n'avait pas besoin d'une nanny ou qu'on lui tienne la main", raconte Frank Williams. "Et c'est comme cela que ça devrait être. Ce ne devrait pas être nécessaire pour moi de demander à un pilote s'il est heureux ou s'il faut changer sa couche."

1974
Naissance de Stéphane Sarrazin à Barjac en France. En 1999 au Brésil, il participe à son seul Grand Prix de Formule 1 en remplacement de Luca Badoer, ce dernier s'étant blessé. Il perd le contrôle de sa Minardi après 31 tours. Sarrazin se tourne ensuite vers les voitures sport et le rallye. À deux reprises, il termine deuxième à la conclusion des 24 Heures du Mans ; Sarrazin remporte la série Le Mans 2007.

© ESPN Sports Media Ltd.
Close