Fernando Alonso  Espagne

  • Nom complet Fernando Alonso Díaz
  • Né le 29 juillet 1981
  • Lieu de naissance Oviedo, Espagne
  • Âge 33 ans et 2 jour(s)
  • Taille 1.71 m
  • Poids 68 kg
  • Équipe actuelle Ferrari
  • Précédentes équipes McLaren, Minardi, Renault
driver portrait
Championnat du monde 2014
# Grand Prix Circuit Date Car Pos Pts Qual FL
1 Australie Albert Park 16 March Ferrari (T) 4 12 5
2 Malaisie Sepang 30 March Ferrari (T) 4 12 4
3 Bahreïn Bahreïn 6 April Ferrari (T) 9 2 9
4 Chine Shanghai 20 April Ferrari (T) 3 15 5
5 Espagne Catalogne 11 May Ferrari (T) 6 8 7
6 Monaco Monaco 25 May Ferrari (T) 4 12 5
7 Canada Gilles Villeneuve 8 June Ferrari (T) 6 8 7
8 Autriche Spielberg 22 June Ferrari (T) 5 10 4
9 Grande-Bretagne Silverstone 6 July Ferrari (T) 6 8 16
10 Allemagne Hockenheim 20 July Ferrari (T) 5 10 7
11 Hongrie Hungaroring 27 July Ferrari (T) 2 18 5
Statistiques par année
Année Voiture Race Démar Vic Pod Class Meill Pole Front Meill Tour CdC Pts Pos
2001 Minardi 17 16 0 0 9 10 0 0 17 0 0 0 -
2003 Renault 16 16 1 4 11 1 2 2 1 1 0 55 6
2004 Renault 18 18 0 4 13 2 1 1 1 0 0 59 4
2005 Renault 19 18 7 15 17 1 6 9 1 2 0 133 1
2006 Renault 18 18 7 14 16 1 6 6 1 5 1 134 1
2007 McLaren 17 17 4 12 16 1 2 9 1 3 2 109 3
2008 Renault 18 18 2 3 15 1 0 1 2 0 0 61 5
2009 Renault 17 17 0 1 14 3 1 2 1 2 0 26 9
2010 Ferrari 19 19 5 10 18 1 2 3 1 5 2 252 2
2011 Ferrari 19 19 1 10 18 1 0 1 2 1 0 257 4
2012 Ferrari 20 20 3 13 18 1 2 3 1 0 0 278 2
2013 Ferrari 19 19 2 9 18 1 0 0 3 2 0 242 2
2014 Ferrari 11 11 0 2 11 2 0 0 4 0 0 115 4*
Total 228 226 32 97 194 1 22 37 1 21 5 1721
Course Circuit Date
Première Grand Prix d'Australie Albert Park 4 mars 2001 Résultats
Dernière Grand Prix de Hongrie Hungaroring 27 juillet 2014 Résultats
Fiche
© Sutton Images

Né à Oviedo fin juillet 1981, Fernando Alonso a débuté par le karting alors qu'il savait encore à peine marcher. Dès 8 ans, il remporte le championnat de Galice et d'Asturies dans la catégorie "enfants". L'année suivante, en Cadets, il rafle les titres d'Asturies, du Pays Basque et termine deuxième du championnat national espagnol.

C'est en 1994 qu'il sera sacré en Espagne, dans la catégorie Junior. Il remettra le couvert en 1995, prenant au passage la troisième place du championnat du monde. Il étoffera encore son palmarès en kart en remportant le championnat d'Espagne et surtout le titre mondial de la catégorie junior. Passé à l'Inter A, il s'impose une nouvelle fois dans la péninsule ibérique et remporte également le très relevé championnat italien.

Majeur et nouvellement détenteur d'un permis de conduire, Fernando se lançait en monoplace par le biais de l'Euro Formula Nissan où son talent allait éclater sur la scène internationale. Auteur de 9 pole positions, il allait s'imposer à 6 reprises et décrocher le titre en fin d'année. Propulsé par Telefonica en Formule 3000, l'an 2000 confirmait le talent naissant de ce débutant espagnol promis à un grand avenir par un certain Flavio Briatore. En effet, Alonso a terminé son apprentissage dans l'antichambre de la F1 par une retentissante victoire à Spa-Francorchamps.

Lors de sa première saison chez Minardi, en 2001, Alonso a su emmagasiner de l'expérience et signer des performances ponctuelles et brillantes si bien qu'en 2002, sans espoir de meilleurs débouchés, Briatore lui offrit un poste de pilote essayeur au sein de l'écurie Renault. Il continuait alors de progresser pour revenir encore plus fort en 2003, sans avoir perdu le feu qui brûle en lui et qui pourrait faire d'Alonso le premier espagnol à remporter un Grand Prix de F1. Vainqueur en Hongrie, il est monté à trois autres reprises sur le podium et a terminé à une brillante sixième place au classement, ce qui n'était qu'une étape vers son objectif ultime : le titre mondial des pilotes.

La saison 2004 a été plus chaotique pour Fernando mais il a poursuivi sa progression vers les sommets et atteint la 4ème place du championnat du monde. La courbe d'apprentissage du surdoué espagnol a trouvé sa juste récompense en 2005 lorsqu'il est devenu le plus jeune champion du monde que la F1 ait connu jusque-là. Vainqueur à sept reprises, il s'est offert une première couronne au terme d'un beau duel avec Kimi Raikkonen. En 2006, il a été vu sur la plus haute marche du podium à sept reprises. Alonso a ainsi conservé son titre au terme de la dernière croisade de Michael Schumacher.

Changement de décor en 2007, une nouvelle aventure commence pour lui avec l'écurie McLaren Mercedes. Mauvaise entente, affaire d'espionnage, rivalité exacerbée avec Lewis Hamilton etc… l'escapade a tournée court malgré de bons résultats (un point de moins que Raikkonen) et quatre victoires supplémentaires à son palmarès. D'un commun accord, McLaren le libérait.

De retour chez Renault en 2008, le début de la saison a été chaotique. Ce n'est que dans la deuxième moitié du championnat que Fernando a retrouvé un niveau de performance de tout premier ordre, et enregistré deux succès supplémentaires à son palmarès - à Singapour et au Japon. En 2009, l'écurie Renault a été secouée par le scandale Crashgate : le crash de Nelson Piquet Jr, à Singapour en 2008, était planifié d'avance pour favoriser la victoire d'Alonso. Ce dernier niait toute connaissance du complot alors que le patron, Briatore, quittait l'équipe et la F1. Alonso s'engageait ensuite auprès de Ferrari.

Pour sa première course vêtu de rouge, l'Espagnol sortait vainqueur du GP de Bahreïn alors que s'entamait une saison 2010 extrêmement compétitive comptant cinq prétendants. Ce n'est que sept mois plus tard qu'il reprenait les commandes du classement grâce à une remontée remarquable et une série de victoires. Alonso était le leader du championnat au départ de la dernière épreuve, à Abou Dabi. Cependant, la stratégie erronée de Ferrari et la tenacité de Vitaly Petrov, qui a retenu les attaques de l'Espagnol pendant 39 tours, mettaient un terme à ses espoirs. Alors que Sebastian Vettel triomphait, un Alonso déconfit devait se contenter d'être vice-champion.

En 2011, l'Espagnol ne parvenait pas à rééditer l'exploit et terminait à la quatrième place du Championnat, non sans avoir assis sa position de leader vis-à-vis de son coéquipier Felipe Massa. L'Espagnol réussit une exceptionnelle saison 2012, il compte même 40 points d'avance à l'amorce du break estival. Sa F2012 ne l'a pas aidé, mais lui a tout donné pour effacer les lacunes de sa monoplace. Avant le retour de vacances en Belgique, un troisième titre lui tend les bras grâce à ses trois victoires en Malaisie, à Valence et en Allemagne. Sa sortie de piste à Spa, provoquée par Romain Grosjean, marque le début d'une fin de saison difficile. Il ne pourra rien face au retour de Sebastian Vettel mais il se battra jusqu'au dernier tour du dernier Grand Prix à Interlagos. Battu finalement de trois points, il n'est pas champion du monde. Mais un beau vainqueur moral.

En 2013, Alonso vit un "championnat étrange." Encore dauphin de Vettel, l'Espagnol n'a cette fois pas pu rester très longtemps aux basques de l'Allemand : en fait, jusqu'au mois de mai grâce à deux victoires sur les cinq premiers GP. Il s'est accroché en finissant 2e trois courses d'affilée (à Spa, Monza et Singapour) avant de lâcher au début de l'automne. Pour 2014, il visera une troisième couronne, après celles de 2005 et 2006. "Remporter un titre avec Ferrari serait encore plus énorme pour moi en termes de reconnaissance, de joie, de fierté personnelle et auprès de ma famille, donc c'est mon principal objectif dès l'an prochain", a-t-il souligné.

Haut de la pageHaut

Magazines récents

Haut de la pageHaut

Dernières photos

27 juillet 2014

Fernando Alonso derrière la Voiture de Sécurité

27 juillet 2014

Fernando Alonso félicite Daniel Ricciardo à l'arrivée

27 juillet 2014

Fernando Alonso savoure sa deuxième place dans le parc fermé

     

Voir la liste complète des photos

Haut de la pageHaut