• Caterham

Kovalainen devrait comprendre

ESPN Staff
13 janvier 2013 « Parr appelle à la mobilisation | Bianchi va découvrir Yeongam »

Si Heikki Kovalainen risque de se retrouver sans volant en 2013, c'est parce qu'il n'a pas montré suffisamment de "respect" pour la situation financière de l'écurie Caterham. C'est l'avis de Mike Gascoyne, chef de la division technique du Caterham Group.

Au terme de sa troisième année au sein de la jeune équipe, la direction de Caterham a demandé à Kovalainen de trouver des sponsors s'il souhaitait continuer. Le Finlandais a refusé en affirmant que son talent devait suffire, mais devant la réelle possibilité de ne pas courir en F1 cette année, il a déclaré que lui et son management "travaillent très fort pour voir si quelque chose peut être fait."

Pour Gascoyne, "c'est en fait très dommage" que Kovalainen s'est obstiné aussi longtemps sans prendre en considération les besoins de Caterham, qui espère faire mieux que la 10e place dans le classement des constructeurs. Et pour cela, il faut davantage de fonds pour progresser.

"Heikki est un pilote très talentueux, mais son management l'a mal conseillé l'an dernier et il ne s'est pas fait de faveurs", a-t-il dit à Crash.net. "Il a passé trois années chez Caterham, il a été bien payé et il aurait dû se montrer plus respectueux de cela."

La pérennité passe par des fonds

Si Caterham exige de ses pilotes qu'ils amènent des fonds, c'est que l'équipe considère qu'elle n'en a pas vraiment le choix. Pour progresser dans la hiérarchie, et ultimement attirer de plus gros sponsors et recevoir de plus grandes redevances de la F1, il faut trouver de l'argent partout où c'est possible.

"Il faut être réaliste. Les neuf équipes qui nous devancent courent en F1 depuis 20 à 30 ans et davantage"
Mike Gascoyne

"Je pense que les budgets seront très difficiles cette année ; d'un point de vue économique, c'est dur pour tout le monde", a expliqué Gascoyne. "Nous connaissons les règles du jeu, on peut facilement tout gagner ou tout perdre. Nous sommes arrivés ici et avons démontré une très bonne stabilité comparé à d'autres équipes (…) mais nous devons gérer nos budgets et nos investissements, ainsi qu'améliorer nos ressources."

C'est pour cette raison que l'écurie Caterham dépend du succès des activités commerciales du Caterham Group : "Si le groupe est profitable, le projet F1 aura un futur sur le long terme."

"Il faut être réaliste. Les neuf équipes qui nous devancent courent en F1 depuis 20 à 30 ans et davantage. Et beaucoup d'autres sont venues et ont échoué au cours de cette période", a rappelé Gascoyne. "Si vous regardez les coûts d'une soufflerie et des autres installations, nous parlons de 240 à 365 millions d'euros (325 à 485 M$) en équipement. Alors pour une équipe relativement nouvelle, atteindre ce niveau n'arrivera pas du jour au lendemain."

© ESPN Sports Media Ltd.

flux RSS flux RSS: ESPN Staff