Jarno Trulli  Italie

driver portrait
Statistiques par année
Année Voiture Race Démar Vic Pod Class Meill Pole Front Meill Tour CdC Pts Pos
1997 Minardi, Prost 14 13 0 0 10 4 0 0 3 0 0 3 16
1998 Prost 16 16 0 0 7 6 0 0 10 0 0 1 16
1999 Prost 16 15 0 1 8 2 0 0 7 0 0 7 11
2000 Jordan 17 17 0 0 10 4 0 2 2 0 0 6 10
2001 Jordan 17 17 0 0 8 4 0 0 4 0 0 12 9
2002 Renault 17 17 0 0 8 4 0 0 6 0 0 9 8
2003 Renault 16 16 0 1 11 3 0 2 2 0 0 33 8
2004 Renault, Toyota 17 17 1 2 14 1 2 2 1 0 0 46 6
2005 Toyota 19 18 0 3 15 2 1 4 1 0 0 43 7
2006 Toyota 18 18 0 0 13 4 0 0 3 0 0 15 12
2007 Toyota 17 17 0 0 13 6 0 0 6 0 0 8 13
2008 Toyota 18 18 0 1 15 3 0 1 2 0 0 31 9
2009 Toyota 17 17 0 3 13 2 1 4 1 1 0 32.5 8
2010 Team Lotus 19 18 0 0 10 13 0 0 17 0 0 0 -
2011 Team Lotus 18 18 0 0 14 13 0 0 18 0 0 0 -
Total 256 252 1 11 169 1 4 15 1 1 0 246.5
Course Circuit Date
Première Grand Prix d'Australie Albert Park 9 mars 1997 Résultats
Dernière Grand Prix du Brésil Interlagos 27 novembre 2011 Résultats
Fiche
© Sutton Images

Né le 13 juillet 1974 à Pescara, c'est d'abord en karting que l'Italien s'est illustré. Dès 1990 (à 16 ans) il pouvait déjà afficher un joli palmarès international. Toujours en karting, en 1993, il termine second du championnat du monde de Super A, mais c'est en 1994 que son talent va exploser. Il remporte sur son passage le championnat Nord-américain, le Mémorial Senna de Suzuka, la Coupe du Monde, le championnat d'Europe de Super A et le championnat du Monde 125cc.

Trulli décroche son premier titre en monoplace dans le championnat d'Allemagne de F3 en 1996, après avoir intégré le Benetton Junior Team et attiré l'œil de son nouveau mentor, Flavio Briatore. Persuadé qu'il n'avait pas de temps à perdre, Briatore le plaçait dès 1997 au volant d'une modeste Minardi. Puis Trulli trouvait refuge chez Prost lorsque cette dernière se mit à la recherche d'un remplaçant pour Olivier Panis, blessé au Canada.

Trulli mangeait alors son pain noir en partageant les galères de l'écurie française, et ensuite celles de son nouvel employeur irlandais Eddie Jordan. Rappelé par Flavio Briatore au sein de la nouvelle équipe Renault (l'ancienne Benetton), l'adversité rencontrée par Trulli tout au long de la saison 2003 n'a pourtant pas entamé son moral. Il est reparti en 2004 avec l'intention de toucher la juste récompense de ses efforts et parviendra même à offrir à Renault une superbe victoire dans les rues de Monaco.

Ironiquement, c'est à partir de là que les relations avec Briatore allaient se détériorer au point de voir Trulli s'en aller rejoindre Toyota avant même la fin de la saison 2004. Après un début de championnat 2005 des plus prometteurs, deux fois deuxième derrière la Renault d'Alonso, la suite de son parcours a été plus chaotique.

Après une saison décevante en 2007, il espèrait toujours être le premier à faire triompher le constructeur japonais en F1. Un espoir encore déçu en 2008 bien que l'Italien ait fait preuve de ses talents d'équilibriste sur un tour et même sur la distance d'un Grand Prix. Monté sur le podium en France, il a terminé le championnat des pilotes dans le Top 10, qu'il n'avait plus accédé depuis 2005.

En 2009, Trulli a de nouveau figuré aux avant-postes grâce à une Toyota surprenamment compétitive : 2e à Singapour, 3e en Australie et au Bahreïn. Il prenait la 8e place du championnat. Mais les résultats de l'équipe se sont avérés insuffisants et dans un contexte économique difficile, Toyota décidait de mettre fin à son programme F1 sans jamais avoir signé une victoire.

Trulli relevait alors le défi proposé par la nouvelle écurie Lotus Racing, où il retrouvait une connaissance de longue date, le directeur technique Mike Gascoyne. Comme prévu, les performances de l'équipe laissaient à désirer pour sa première année en F1 qui fut marquée par de nombreux problèmes de fiabilité.

Mais Lotus Racing a fait mieux que les deux autre nouvelles équipes (Virgin et HRT), ce qui semblait relativement prometteur pour 2011. Trulli a aidé l'écurie (renommée Team Lotus) à améliorer ses performances et à parfois chatouiller le milieu du peloton. Son meilleur résultat fut une 13e place.

L'Italien devait poursuivre l'aventure au sein de la même équipe (qui portera dorénavant le nom Caterham, suite à l'acquisition de ce petit constructeur de voitures sport) en 2012, mais il a été remplacé par Vitaly Petrov à un mois du début de la saison.

Haut de la pageHaut

Magazines récents

Haut de la pageHaut

Dernières photos

10 février 2012

Jarno Trulli au point de corde dans la Caterham

27 novembre 2011

Jarno Trulli avant la course, lors du Grand Prix du Brésil

27 novembre 2011

La traditionnelle photo de fin de saison

     

Voir la liste complète des photos

Haut de la pageHaut