• GP des États-Unis

Le décompte du COTA

Kate Walker
25 août 2012
La première course de F1 sur le nouveau Circuit des Amériques (COTA) aura lieu en novembre
© Sutton Images
Agrandir

À première vue, la ville d'Austin ne semble pas être une destination probable pour un Grand Prix de Formule 1. Cette cité américaine est reconnue pour ses barbecues, son émergence comme centre technologique et son légendaire festival South by Southwest (SXSW) qui réunit amateurs de cinéma, mélomanes et geeks de nouvelles technologies.

Certaines personnes ont donc été étonnées d'entendre Bernie Ecclestone et Tavo Hellmund annoncer, en mai 2010, que la Formule 1 allait retourner aux États-Unis et que son domicile serait un nouveau circuit devant être construit au centre du Texas.

Pour les Européens, les états formant le sud du pays sont perçus comme le cœur même du NASCAR, alors que les fans américains de F1 sont surtout situés sur les côtes est et ouest. Indianapolis, plus au nord, était une exception vu la très longue histoire du circuit en matière de course automobile. C'est pourquoi la décision d'organiser un Grand Prix des États-Unis au Texas semblait être un autre projet mal réfléchi dans la longue lignée des tentatives cherchant à enfin percer le marché américain.

Et cela pourrait toujours être le cas : la première course de F1 au pays en cinq ans aura lieu le même jour que la finale de la catégorie Sprint Cup en NASCAR... On s'attend à ce qu'un grand nombre d'américains fans de sport automobile priorisent l'épreuve de NASCAR, comme téléspectateurs et comme acheteurs de billets.

Mais cela ne signifie pas que la vente des billets pour le GP d'Austin en souffre, bien au contraire. En juin, les organisateurs ont ajouté deux nouvelles tribunes dans les virages 9 et 11 pour répondre à la forte demande. Un grand nombre de fans en provenance de l'Amérique centrale et du sud sont attendus, ainsi que des visiteurs mexicains qui pourront se rendre à Austin en voiture.

Sur le plan local

Au niveau local, le Grand Prix provoque quelques divisions. La construction du circuit a créé de nombreux emplois et un programme éducatif mis sur pied en association avec des universités de la région fait bonne presse. L'ajout d'un amphithéâtre pouvant présenter des concerts tout au long de l'année s'est avéré populaire. Mais les journaux ont publié de nombreux articles sur les multiples poursuites judiciaires ayant affecté - mais non déraillé - le projet.

Il y a eu le divorce très médiatisé entre le promoteur Tavo Hellmund, qui était l'instigateur du projet, et ses anciens associés qui ont pris le contrôle des opérations. Et il y a toujours une partie de la population qui s'oppose fortement à ce que l'État se serve d'un fonds spécial créé pour attirer de grands événements à Austin pour payer les droits d'organisation exigés par Ecclestone. Pour ces raisons, la course d'Austin a également reçu de la mauvaise presse.

Le 18 novembre, la F1 devra se battre contre la NASCAR pour attirer les téléspectateurs
© Press Association
Agrandir

Malgré ce débat, et le fait que plusieurs austinites considèrent la course comme une dépense inutile dans un contexte de réduction des dépenses, de coupures budgétaires et de crise économique mondiale, peu a été dit sur un phénomène observé auprès de la population locale : il semble que personne ne sache qu'un Grand Prix de Formule 1 arrivera bientôt en ville.

Lors du festival SXSW tenu en mars dernier, un colloque portait sur la technologie et l'innovation de la F1 en plus de se pencher sur la logistique entourant l'organisation d'un Grand Prix. Lors des discussions ayant suivi les présentations, il est apparu qu'un nombre non négligeable de citoyens locaux, qui avaient assisté au colloque, n'étaient pas au courant que le Grand Prix d'Austin avait non seulement été confirmé, mais qu'un circuit était en construction depuis plus d'un an et que la course devait avoir lieu dans quelques mois.

Nonobstant quelques pépins ici et là, la construction du Circuit des Amériques (Circuit of the Americas, COTA) suit son cours. Le complexe devrait être prêt pour son premier Grand Prix, prévu pour la mi-novembre. Le tracé lui-même est une sorte de lettre d'amour aux virages classiques de la catégorie reine, autant ceux toujours utilisés aujourd'hui que ceux ayant disparu. Le résultat s'annonce prometteur de bonnes courses.

Les virages 3 à 6 font écho à l'enchaînement Maggots-Becketts de Silverstone. Les virages 12 à 15 ont un air ressemblant au Stadium de Hockenheim. Les virages 16 à 18 sont un hommage au fameux virage 8 d'Istanbul, le plus populaire des virages dessinés par Hermann Tilke. Ailleurs sur le circuit, le COTA a préféré évoquer plutôt qu'imiter ; certaines sections s'inspirent des tracés d'Interlagos et du Osterreichring.

C'est prometteur

Les débuts du Circuit des Amériques s'annoncent prometteurs, mais quelques jalons doivent encore être franchis à Austin. Le 10 août, les ouvriers ont débuté un processus de pavage nécessitant deux mois à compléter. Une technique d'asphaltage échelonné requiert les services de plusieurs machines de pavage avançant comme un seul sur toute la longueur du circuit, laissant derrière elles une surface hautement spécialisée, assez douce et sécuritaire pour un Grand Prix.

Tant que cette tâche n'est pas complétée, le directeur de course de la FIA, Charlie Whiting, ne pourra apposer son sceau d'approbation sur le Circuit des Amériques. L'homologation finale doit avoir lieu le 25 septembre, soit dans la fenêtre de 60 jours précédant la course, comme l'exige la FIA, mais il n'y a pas vraiment d'inquiétudes.

Depuis le début des travaux de développement en janvier 2011, Whiting a visité le site de construction du COTA à quelques reprises et il y retournera de nouveau à la fin du mois présent. Au cours de sa dernière inspection, en juin, le directeur de course de la FIA n'avait que des éloges à faire sur l'avancement des travaux.

"Il est clair que les ressources significatives investies par le Circuit des Amériques pour compléter ce complexe à temps, et selon les spécifications de la FIA, font une différence", avait-il indiqué dans un communiqué de la COTA émis à l'époque. "Les plus de 500 travailleurs œuvrant sur le site chaque jour font de grands progrès. Je planifie revenir à Austin à la fin août pour une autre inspection (…) Je crois que le Circuit des Amériques pourra présenter un grand événement ainsi qu'un Grand Prix spectaculaire lors de sa première année."

Il est sûr qu'avoir une bonne note lors de l'inspection de la FIA est absolument nécessaire, mais d'autres défis attendent les organisateurs d'Austin. Une des inquiétudes soulevées par le public, mais aussi par certains membres de la communauté F1, concerne l'accès au circuit. Pour le moment, le complexe du COTA est seulement accessible par deux voies principales ; la gestion de la circulation va jouer un rôle crucial au niveau de la population et de sa réaction à l'événement.

Le Circuit des Amériques semble bien progresser
© Circuit of the Americas
Agrandir

La circulation sous surveillance

Le pire des scénarios ressemblerait à celui du GP inaugural de Corée du Sud en 2010. Une seule route rejoignait le nouveau Circuit international de Yeongam ; le jour de la course, des milliers de détenteurs de billets coincés dans la circulation ont raté le début de la course. La situation n'a fait que se détériorer lorsque des fans frustrés ont abandonné leurs voitures pour compléter le trajet à pied.

À Austin, un plan a été élaboré pour réduire les problèmes de circulation. De plus, des représentants du COTA ont assisté au GP de Grande-Bretagne pour y faire une mission de reconnaissance ; ils ont donc pu observer de près tous les efforts déployés par les organisateurs de Silverstone pour gérer le trafic devenu encore plus chaotique sous la pluie.

Les organisateurs américains vont encourager les fans à laisser leurs voitures dans des stationnements situés dans et autour d'Austin. Un service gratuit de navette sera offert pour compléter le voyage entre les stationnements et le circuit, ce qui devrait aider à réduire le risque de congestion sur les routes avoisinant le complexe.

Toutefois, il faudra faire face à un problème particulier : une des deux voies principales donnant accès au circuit a un grand besoin de réfection. La route doit être élargie, mais le premier souci concerne le terrain sur lequel elle a été construite : il est devenu instable et une portion de presque deux kilomètres de route est ondulée. Des réparations seront effectuées par les services municipaux, mais il y a peu de chance que les plans soient prêts à temps pour entamer et compléter les travaux avant la course de novembre.

Dans moins de trois mois, le premier Grand Prix des États-Unis couru à Austin sera chose faite. Le grand cirque de la F1 sera en route pour Interlagos au Brésil, laissant derrière lui des bouteilles de champagne et des traces de gomme. Pour les gens impliqués dans ce grand projet visant à installer la Formule 1 au Texas, ce sera l'occasion de réfléchir sur tout ce qui s'est bien déroulé ou pas, et de commencer les préparations pour l'édition de l'année prochaine.

Mais d'ici là, les organisateurs du nouveau GP des États-Unis ont encore beaucoup de kilomètres à franchir sur des routes ondulées.

© ESPN Sports Media Ltd.

flux RSS flux RSS: ESPN Staff