• Réduction des coûts

Le coût du moteur 2014 inquiète

ESPN Staff
12 juillet 2012 « Bottas, sans surprise | Bianchi va découvrir Yeongam »

Les équipes voteront bientôt sur la forme que doivent prendre les mesures dédiées à la réduction des coûts en F1. Le patron de Toro Rosso, Franz Tost, a donné des précisions sur un des grands sujets de discorde.

Les équipes ne parviennent pas à s'entendre sur ce que devrait inclure la RRA (l'entente sur la restriction des ressources) pour la saison 2013 et les suivantes. Alors que plusieurs aimeraient voir la FIA jouer un rôle actif de surveillance, Red Bull Racing fait figure d'opposition mais insiste que son objectif est de s'assurer que l'entente soit équilibrée pour toutes les équipes, les indépendantes comme celles portant la marque d'un manufacturier automobile.

Chez Toro Rosso, l'écurie satellite de Red Bull, les propos sont similaires. Mais son plus grand point d'inquiétude concerne l'arrivée en 2014 du moteur V6 turbo qui sera fabriqué par Ferrari, Renault et Mercedes, ainsi que par le nouveau motoriste PURE.

"Le problème en ce moment, c'est que les discussions portant sur la RRA ne concernent que le châssis", a déclaré Franz Tost sur le site officiel de la Formule 1. "Personne ne parle des véritables coûts auxquels nous ferons face : le nouveau moteur, le nouveau groupe motopropulseur, le nouveau système aéro, les nouvelles batteries. La prochaine réglementation concernant les moteurs entrera en vigueur en 2014, mais personne n'en parle dans le cadre de la RRA bien que ce soit dans ce domaine que nous ferons face à des coûts élevés. Chez Toro Rosso, nous sommes d'avis que la RRA doit tout englober, sinon on oublie tout. C'est notre point de vue."

Nouveau moteur, hausse du prix

Si Tost insiste autant sur le prochain moteur, c'est que les équipes risquent d'être obligées de consacrer une plus grande part de leur budget à ce dernier. Et puisque la F1 tente simultanément de réduire le coût global nécessaire pour courir dans la catégorie reine, cela signifie que la portion du budget que chaque écurie-cliente consacre au moteur serait non seulement plus importante mais aussi proportionnellement plus grande qu'aujourd'hui.

"Les manufacturiers dépensent des sommes astronomiques sur la recherche et le développement, et au final ce sont les clients qui devront payer pour cela"
Frank Tost

"Les nouveaux moteurs seront beaucoup plus dispendieux qu'actuellement", a expliqué l'Autrichien. "D'un côté, c'est bien d'avoir une nouvelle réglementation car il faut prendre en compte les questions environnementales et s'enligner avec l'industrie automobile, et ainsi attirer des manufacturiers (en F1). Alors cette approche est claire, mais il faut aussi considérer comment nous pouvons limiter les coûts dans ce domaine. Cela n'a pas été fait jusqu'à maintenant."

"Les manufacturiers dépensent des sommes astronomiques sur la recherche et le développement (pour le prochain moteur), et au final ce sont les clients qui devront payer pour cela (...) Il faudra voir combien de motoristes sont impliqués et comment la dépréciation se fera sur cinq ans, mais je m'attends à ce que le groupe motopropulseur soit beaucoup plus dispendieux qu'il l'est actuellement."

"Au cours des dernières années, les motoristes ont vraiment soutenu les équipes. En 'gelant' le moteur, les coûts ont diminué", a rappelé Tost. En effet, le rythme de développement étant très limité, les dépenses en recherche et développement le sont aussi. Avec une nouvelle génération de moteurs à exploiter, cela ne risque plus d'être le cas.

"Pour 2014, il y a toujours un grand point d'interrogation", a souligné le dirigeant de Toro Rosso.

© ESPN Sports Media Ltd.

flux RSS flux RSS: ESPN Staff