• Sauber 2013

Kaltenborn espère mieux

ESPN Staff
12 février 2013 « Un possible arrêt cardiaque | Bianchi va découvrir Yeongam »

La patronne de l'équipe Sauber, Monisha Kaltenborn, attend beaucoup de son nouveau pilote, Nico Hülkenberg, qui doit apporter de l'expérience et de l'efficacité au sein de l'écurie suisse.

S'exprimant sur le site officiel de la Formule 1, celle qui a succédé à Peter Sauber reconsidère aussi la polémique sur les pilotes payants.

Les objectifs 2013 - "J'espère beaucoup mieux que l'année dernière (10e place chez les Pilotes, 6e place chez les Constructeurs). La raison majeure c'est la voiture. Nous nous sommes basés sur la voiture de 2012 et nous nous sommes concentrés énormément sur l'élimination de toute faiblesse. Ensuite, il y a l'équipe. Nous avons de la stabilité et de la continuité dans notre équipe, c'est quelque chose de très important. En plus de cela, nous avons deux pilotes (Hülkenberg et Esteban Gutiérrez) dont nous pensons qu'ils peuvent vraiment exploiter le potentiel de la voiture. Nous sommes bien placés."

De nouveaux pilotes - "Ce n'est pas un changement qui est si radical comparé à certaines années passées. Avec Esteban nous avons un pilote que nous connaissons (précédemment réserviste), cela marque une différence. Non seulement nous l'avons suivi et soutenu, mais nous avons travaillé avec lui depuis ses plus jeunes années, alors c'est un plus par rapport à quelqu'un que l'on ne connaîtrait pas du tout. Nous connaissons ses forces et ses faiblesses, nous l'avons vu progresser sur des années. Cela fait une grande différence, nous nous épargnons la phase de prise de contact. Le but, c'est lui faire franchir un cap. Pour ce qui concerne Nico, bien sûr la situation est nouvelle, mais nous avons l'avantage de posséder avec lui un pilote d'expérience. Avec lui, le processus d'adaptation sera beaucoup plus court. Alors non, le changement n'est pas si radical que cela concernant les pilotes cette année."

"L'avenir de notre équipe va dépendre de nos résultats de cette année"
Monisha Kaltenborn

La question des pilotes payants - "Toutes ces discussions concernant les pilotes payants ont un peu perdu de leur fondement selon moi. Ce que nous observons, c'est que de nombreux sponsors soutiennent des pilotes dès leurs débuts. Un bon exemple est Sergio (Pérez). Il a fait partie de l'équipe Telmex depuis qu'il était dans une école de pilotage. Ces gens l'ont soutenu dès ses débuts et il est naturel que lorsqu'il arrive au sommet des sports mécaniques, ils l'accompagnent aussi jusque-là. Il y a de nombreux pilotes qui ont amené aussi leurs partenaires, ceux qui les ont soutenus dès le début."

"On ne parle pas de pilote payant dans les autres séries parce que l'on trouve normal qu'un pilote arrive avec ses partenaires, avec ceux qui le soutiennent. Alors pourquoi ne pas utiliser les mêmes standards en Formule 1 ? Il n'y aurait pas toutes ces discussions sur les pilotes payants. Bien sûr, ce serait bon pour la Formule 1 d'examiner plus attentivement la structure des coûts. Il faut faire quelque chose. Au fil des années, nous avons vu que le climat économique s'est dégradé. Et pas seulement pour les petites équipes, c'est le cas pour toute la discipline. Dans un tel environnement nous ne pouvons pas nous attendre à avoir toujours plus de revenus de la part du détenteur des droits commerciaux. Il faut vraiment trouver un moyen de réagir."

Hülkenberg en piste sur la Sauber à Jerez la semaine dernière
© Sutton Images
Agrandir

Ce qu'elle attend de Nico Hülkenberg - " Nous attendons de lui qu'il maintienne son niveau de performance, en particulier par rapport à ce que nous avons vu de sa part l'année dernière (chez Force India). Il nous a énormément impressionnés par sa capacité à saisir sa chance et toutes les opportunités qui se présentent. C'est quelque chose dont nous avons manqué la saison dernière. Notre efficacité dans ce domaine n'a pas été très élevée. Avec lui, nous nous attendons à retrouver cette qualité, nous nous attendons à ce qu'il exploite le potentiel que nous espérons avoir dans notre voiture. L'année dernière, on nous a souvent dit qu'il y avait énormément de potentiel dans notre monoplace, mais nous ne sommes pas parvenus à l'utiliser pour que cela se transforme en points. Nous nous attendons à ce que Nico fasse cela et, d'une certaine manière, à ce qu'il donne une direction à suivre pour nos ingénieurs avec son expérience."

Kobayashi à pied - "Kamui (Koabyashi), lorsqu'il nous est arrivé, il n'avait pas de sponsor, rien. Mais nous étions convaincus de son talent et c'était, pour nous, une bonne décision de le prendre. Il a réussi de grandes performances avec nous : son podium à Suzuka (en 2012) a été une grande et belle émotion, je n'ai jamais vu une foule comme cela. Il fut aussi très important pour le collectif de notre équipe, il a fait énormément pour l'esprit d'équipe, alors il est surprenant qu'une personne aussi plaisante ne puisse pas avoir de soutien de la part d'une nation aussi férue de sports mécaniques que le Japon. Cela devrait nous sensibiliser aussi sur le fait qu'il faut vraiment changer quelque chose."

L'horizon 2014 - "L'avenir de notre équipe va dépendre de nos résultats de cette année. Il n'y a pas de raison de croire que nous ne serons pas compétitifs. Selon moi, toutes les voitures vont être encore plus proches les unes des autres que l'année dernière en raison de la stabilité relative des règlements. Et c'est là que nous pourrons peut-être pouvoir prendre l'avantage sur les autres. (Quant aux grands changements prévus pour l'année prochaine), une équipe privée comme la nôtre ne peut pas se permettre d'abandonner 2013 au profit de 2014."

© ESPN Sports Media Ltd.

flux RSS flux RSS: ESPN Staff