• Domenicali

Red Bull avait bien un n°1

ESPN Staff
27 décembre 2012 « Horner : ''Un état d'esprit héroïque'' | Bianchi va découvrir Yeongam »

La Scuderia Ferrari a propulsé Fernando Alonso au rang de pilote n°1 depuis son arrivée, le patron Stefano Domenicali ne s'en est jamais caché. Chez Red Bull, la politique de l'équipe ne détermine pas un leader entre les deux pilotes.

Selon le team principal italien, il y a bien un n°1 dans l'écurie triple championne du monde, Sebastian Vettel. Après la pause estivale, la RB8 est revenue avec de belles améliorations qui ont permis à Vettel de revenir comme une fusée sur Alonso et de gagner un troisième sacre mondial.

Si Vettel a profité du boulot de ses ingénieurs, en remportant quatre victoires consécutives, Mark Webber a subi beaucoup de problèmes techniques sur sa monoplace. Dans les neuf dernières courses, il a inscrit seulement 55 points contre 159 pour l'Allemand. Webber n'a pas voulu commenter cette fin de saison inégale, déclarant seulement que le développement de la RB8 ne cherchait pas à favoriser seulement son jeune coéquipier.

Politique plus opaque chez Red Bull

Ferrari a toujours été libre en désignant un n°1, Michael Schumacher a relégué Eddie Irvine puis Rubens Barrichello au rôle d'équipier, Felipe Massa en fait de même depuis trois ans pour Fernando Alonso. Aux États-Unis, il a accepté une pénalité pour changement de boîte de vitesses pour permettre à son leader d'être mieux placé sur la grille. Ce numéro 1, c'est un tabou chez Red Bull.

''Si les autres n'apprécient pas (que nous avantagions un pilote), ce n'est pas grave. Tout le monde critique mais tout le monde fait pareil, peut-être avec moins de transparence", a affirmé Domenicali à Marca. "Pourquoi Webber a eu autant de problèmes avec sa monoplace ? Peut-être car les meilleurs composants vont au pilote qui obtient les meilleurs résultats."

© ESPN Sports Media Ltd.

flux RSS flux RSS: ESPN Staff