• Clarification

Vettel ne craignait rien

ESPNF1 Staff / D.B.
21 décembre 2012 « Montezemolo choisirait Vettel | Bianchi va découvrir Yeongam »

Sebastian Vettel a déclaré qu'il n'a jamais été inquiété par la demande de clarification formulée par Ferrari suite au Grand Prix du Brésil.

À la conclusion de la dernière manche de la saison, à Interlagos, la 6e place du pilote Red Bull lui permettait de remporter le titre avec trois points d'avance sur son rival Fernando Alonso. Le pilote Ferrari, quant à lui, était monté sur la 2e marche du podium et confirmait ainsi sa position de vice-champion.

Mais quelques jours après la course, Ferrari demandait à la FIA de clarifier un dépassement de Vettel sur la Toro Rosso de Jean-Éric Vergne. La Scuderia voulait savoir pourquoi la manœuvre n'avait pas été pénalisée alors que des témoins lumineux indiquaient des conditions de drapeau jaune. Une pénalité aurait fait basculer le titre vers Alonso.

Vettel tranquille

La FIA a rapidement expliqué, preuve vidéo à l'appui, qu'un drapeau vert était agité par un commissaire et que cela a préséance, donc tout était conforme. Après avoir accepté la réponse, Ferrari a expliqué qu'elle avait agi ainsi à la demande de ses fans et n'avait aucunement l'intention de changer le résultat du championnat 2012.

Vettel a déclaré, sur le site officiel de la F1, qu'il n'avait aucun doute sur la réponse de la FIA : "Pour être honnête, je n'ai jamais pensé ne serait-ce qu'une seule fois qu'une faute avait été commise de ma part. Même si la course a été très mouvementée, j'ai clairement vu chacun des drapeaux... ainsi que les couleurs !"

"J'ai appris que quelque chose se tramait seulement lorsque Christian (Horner, patron de Red Bull) m'a appelé pour dire que Ferrari n'était pas très heureuse du résultat de la course. Une fois que la FIA avait vérifié chaque centimètre carré de l'événement en question, et confirmé que tout s'était déroulé en conformité avec les règlements, Ferrari a renoncé à toute protestation. Croyez-moi, je savais dès le drapeau à damiers que je n'avais pas commis une seule manœuvre illégale."

Dans le clan Red Bull, Horner ainsi que le conseiller Helmut Marko n'ont pas été impressionnés par cette affaire.

© ESPN Sports Media Ltd.

flux RSS flux RSS: ESPN Staff