• Champion

Theissen voit Vettel continuer

ESPN Staff
27 novembre 2012 « Ferrari devra améliorer la voiture | Bianchi va découvrir Yeongam »
Mario Theissen a été le premier patron d'écurie de Sebastian Vettel
© Sutton Images
Agrandir

L'ancien co-dirigeant de l'équipe BMW-Sauber, Mario Theissen, qui fit débuter Sebastian Vettel en Formule 1 en 2007, est revenu sur les succès du triple champion du monde, estimant qu'il pouvait continuer à gagner et, pourquoi pas, rejoindre Michael Schumacher et ses sept titres.

"Il a une chance de le faire", a déclaré Theissen à la BBC. "Tout est possible. Il est maintenant parmi les meilleurs. Si tout va bien, Sebastian a encore une dizaine d'années devant lui." Il y a neuf pilotes qui ont à présent remporté trois titres mais Vettel est le premier à les avoir remportés consécutivement et pour commencer cette série.

Ethique de travail

"Fangio a dominé sa propre époque, Schumacher a dominé la sienne et maintenant je dirais que c'est Sebastian, après cette performance, qui a une bonne chance de rejoindre des héros de ce calibre qui ont vraiment dominé, pas sur une seule saison, mais sur quatre ou cinq", a déclaré Theissen, 60 ans, patron d'écurie de 2006 à 2009.

L'ingénieur allemand a connu Vettel alors qu'il n'était âgé que de 13 ans quand il a commencé dans les formules monoplaces en Allemagne. "Il était assez différent des autres garçons", se souvient-il. "Lorsqu'il est arrivé, il est apparu clairement et rapidement qu'il était quelqu'un de talentueux mais également beaucoup plus mature, beaucoup plus concentré et déterminé que les autres pilotes de son âge. C'est quelqu'un qui a une éthique de travail et une détermination proches de celles de Michael Schumacher et c'est quelque chose qui a duré tout au long de sa carrière."

Qu'est-ce qui a décidé Theissen à lancer Vettel dans le grand bain de la F1 ? "Il m'a semblé clair qu'il aurait suffisamment d'énergie pour rester en tête d'un peloton et pour en vouloir toujours plus dans sa carrière pendant de très, très nombreuses années", répond-il. "Lorsque nous l'avons mis dans un baquet de Formule 1, il a immédiatement démontré qu'il était en mesure de faire ce travail." Et Theissen d'avouer que ça lui a "fait mal" de laisser partir son prodige chez Toro Rosso en 2008.

© ESPN Sports Media Ltd.

flux RSS flux RSS: ESPN Staff