• C'était un 17 octobre

Naissance de Kimi Räikkönen

Kimi Räikkönen, le champion du monde 2007
© Sutton Images
Agrandir

1979
Naissance de Kimi Räikkönen, un pilote talentueux qui ne semble pas avoir toujours apprécié courir en Formule 1 mais qui y a fait un beau retour. Il est vice-champion deux fois avec McLaren avant de finalement remporter son titre avec Ferrari en 2007. Une fois cet objectif accompli, le Finlandais a perdu sa motivation.

Bien que toujours sous contrat avec Ferrari, il quitte la F1 pour entamer une saison dans le championnat du monde des rallyes (WRC) en 2010. En 2012, il revient en F1 chez Lotus pour prendre la 3e place du Championnat. Il poursuit sur sa lancée en 2013 en gagnant la première manche de la saison, en Australie, avant de signer chez Ferrari pour 2014. C'est connu, Räikkönen est franc et direct, il aime la fête. On imagine à quel point il aurait prospéré dans la F1 des années 1970 et 1980.

1999
Ferrari signe un doublé en Malaisie, Eddie Irvine devant Michael Schumacher. Mais deux heures après la course, les délégués techniques annoncent que les déflecteurs latéraux des Ferrari ne respectent pas les dimensions permises par un petit centimètre, l'équipe est disqualifiée. Mika Häkkinen, troisième à franchir la ligne d'arrivée, est déclaré vainqueur, le pilote McLaren conserve ainsi son titre de champion du monde.

La confusion règne. Bernie Ecclestone parle d'une situation absurde alors que Häkkinen déclare qu'il ne veut pas remporter le championnat de cette façon. Une semaine plus tard, la FIA annule la décision des délégués techniques. Irvine conserve sa victoire et son avance de quatre points au classement des pilotes. Au Japon, Häkkinen remportera la course et sera de nouveau titré, à la régulière.

1981
Sa retraite déjà annoncée, Alan Jones remporte le Grand Prix de Caesars Palace aux États-Unis, sa dernière course en Formule 1. Nelson Piquet termine cinquième et récolte assez de points pour gagner le championnat, un point devant Carlos Reutemann, ce dernier est privé du titre par un problème mécanique. Piquet a peu de forces pour fêter son accomplissement, on doit l'aider à sortir du cockpit. "J'ai pensé mourir quand on m'a signalé qu'il restait encore 33 tours à faire", dit-il. "Ma tête sortait du cockpit dans les virages (..) J'étais presque fichu. Mon dos et mon épaule droite étaient à l'agonie."

© ESPN Sports Media Ltd.
Close