• C'était un 4 octobre

Rindt, champion posthume

Rindt, champion dans l'au-delà
© Sutton Images
Agrandir

1970
La victoire d'Emerson Fittipaldi au Grand Prix des États-Unis fait en sorte que l'avance de Jochen Rindt, tué à Monza le mois précédent, ne peut plus être surmontée par aucun prétendant au titre. Il devient alors le seul champion du monde posthume de la Formule 1.

1964
Graham Hill remporte le GP des États-Unis devant une foule de 100 000 spectateurs. Jim Clark mène l'épreuve, mais sa boîte de vitesses fait défaut à mi-parcours. Il prend les commandes de la voiture de son coéquipier, Mike Spence ; Clark rejoint l'arrivée mais n'est plus éligible aux points. Hill gagne avec 30 secondes d'avance sur John Surtees.

1992
Denny Hulme, le champion de la saison 1967, meurt à 53 ans d'une crise cardiaque alors qu'il participe aux 1000 km de Bathurst, en Australie. Par radio, il informe son équipe que sa vision est brouillée, mais la pluie abondante est mise en cause. La crise cardiaque frappe alors que Hulme roule à 290 km/h au volant de sa BMW GT. Il touche un mur mais reprend le contrôle de sa voiture et l'arrête sur le côté de la piste. Malheureusement, il décède avant l'arrivée du personnel médical.

2009
Sebastian Vettel domine au Japon sur le circuit de Suzuka. Il conserve ses chances de remporter le titre puisque les leaders Rubens Barrichello et Jenson Button terminent aux septième et huitième places. Vettel n'a jamais vraiment été menacé pendant la course. Jarno trulli, au volant de sa Toyota, défend sa deuxième place contre les attaques de Lewis Hamilton et sa McLaren.

© ESPN Sports Media Ltd.
Close