• Mercedes

Schumi, champion en proie au doute

ESPN Staff
22 décembre 2012 « Pic voit le "gros potentiel" | Bianchi va découvrir Yeongam »

Le désormais ex-ingénieur de course de Michael Schumacher chez Mercedes, Jock Clear, s'est dit surpris par la vulnérabilité de son pilote la saison dernière, tout en affirmant que c'est lui qui aurait pu gagner en Chine.

Alors que la légende du pilote le plus titré de l'Histoire de la F1 fait maintenant son chemin dans l'imaginaire collectif, quelques semaines après sa deuxième retraite, les langues se délient sur les dernières heures de Schumi en piste. Cette semaine, c'est Clear, l'homme qui s'occupa jadis de Jacques Villeneuve et de David Coulthard, qui s'est exprimé sur le Baron rouge auprès d'Autosport.

En premier lieu, Clear s'est dit "surpris au point auquel il peut être vulnérable. C'est quelqu'un qui a remporté sept titres mais vous réalisez rapidement qu'il peut manquer de confiance en lui, comme tout un chacun."

Sans animosité

Le Britannique prend en exemple ce qu'il juge comme un tournant de la deuxième carrière de l'ancien pilote Ferrari, soit le Grand Prix de Chine remporté par son coéquipier Nico Rosberg. "Il se demandait 'Comment puis-je être une demi-seconde plus lent que lui'", se souvient Clear. "Il cherchait partout la confirmation de son talent et manquait de confiance."

Pourtant, c'est bien lors de cette même course, selon Clear, que Schumi aurait pu remporter sa 92e victoire tant souhaitée. Ce jour-là, Rosberg a remporté la première et à ce jour la seule victoire de Mercedes depuis le retour des Flèches d'Argent en 2010. Schumacher était rapide en course, grâce notamment aux artifices aérodynamiques mis au point au début de saison par l'équipe. Mais à son premier changement de pneumatiques, un problème avec un écrou de roue a provoqué l'abandon du pilote.

"Il avait le même train de pneus que celui qu'il avait utilisé en qualification et il était incroyablement rapide", raconte Clear. "Je suis sûr que dans le deuxième ou le troisième tiers de la course il serait revenu sur Nico." Schumacher était-il en colère d'avoir été victime de cet incident ? "Pas du tout", répond Clear. "Il aurait pu en vouloir à la personne qui a changé la roue incriminée. Mais quand il est revenu au stand, il a encouragé tout le monde à poursuivre les efforts entrepris."

© ESPN Sports Media Ltd.

flux RSS flux RSS: ESPN Staff