Michael Schumacher  Allemagne

  • Nom complet Michael Schumacher
  • Né le 3 janvier 1969
  • Lieu de naissance Hürth-Hermülheim, Allemagne
  • Âge 45 ans et 243 jour(s)
  • Taille 1.74 m
  • Poids 75 kg
  • Relation Frère - R Schumacher
  • Équipes Benetton, Ferrari, Jordan, Mercedes
driver portrait
Statistiques par année
Année Voiture Race Démar Vic Pod Class Meill Pole Front Meill Tour CdC Pts Pos
1991 Jordan, Benetton 6 6 0 0 3 5 0 0 5 0 0 4 14
1992 Benetton 16 16 1 8 12 1 0 1 2 2 0 53 3
1993 Benetton 16 16 1 9 9 1 0 1 2 5 0 52 4
1994 Benetton 14 14 8 10 10 1 6 12 1 8 4 92 1
1995 Benetton 17 17 9 11 13 1 4 10 1 8 1 102 1
1996 Ferrari 16 15 3 8 10 1 4 5 1 2 0 59 3
1997 Ferrari 17 17 5 8 13 1 3 7 1 3 1 78 2
1998 Ferrari 16 16 6 11 13 1 3 6 1 6 0 86 2
1999 Ferrari 10 9 2 6 8 1 3 5 1 5 0 44 5
2000 Ferrari 17 17 9 12 13 1 9 12 1 2 0 108 1
2001 Ferrari 17 17 9 14 15 1 11 13 1 3 2 123 1
2002 Ferrari 17 17 11 17 17 1 7 13 1 7 4 144 1
2003 Ferrari 16 16 6 8 15 1 5 6 1 5 3 93 1
2004 Ferrari 18 18 13 15 17 1 8 12 1 10 5 148 1
2005 Ferrari 19 19 1 5 13 1 1 3 1 3 0 62 3
2006 Ferrari 18 18 7 12 16 1 4 9 1 7 2 121 2
2010 Mercedes 19 19 0 0 17 4 0 0 5 0 0 72 9
2011 Mercedes 19 19 0 0 14 4 0 0 5 0 0 76 8
2012 Mercedes 20 20 0 1 13 3 0 1 2 1 0 49 13
Total 308 306 91 155 241 1 68 116 1 77 22 1566
Course Circuit Date
Première Grand Prix de Belgique Spa 25 août 1991 Résultats
Dernière Grand Prix du Brésil Interlagos 25 novembre 2012 Résultats
Fiche
© Sutton Images

Sans jamais se montrer un élève surdoué, Schumacher fait ses classes en karting, Formule Ford et F3, avant d'intégrer le "junior team" de Mercedes. En 1989, il attire l'attention au volant d'un prototype Mercedes à Macao et Fuji. Et en 1991 il fait son entrée en F1, à Spa-Francorchamps, au volant d'une Jordan.

Quelques tours du toboggan belge et Flavio Briatore, alors patron de l'écurie Benetton, débauche l'Allemand. Trois ans plus tard, soit en 1994, il obtient son premier titre mondial, quoique dans des circonstances controversées après un accrochage avec son rival Damon Hill. Une autre couronne lui revient la saison suivante.

Arrivé en 1996 au siège de Ferrari, à Maranello, riche de deux titres consécutifs et fort d'un caractère bien trempé, Schumacher met quatre saisons avant de s'imposer durablement au pouvoir.

Sous la direction de Jean Todt, "père sportif" qu'il ne manquait pas de venir embrasser avant de quitter le paddock tous les soirs, il réussit à remettre Ferrari au sommet de la hiérarchie du sport automobile, ce que même Alain Prost n'avait pas su faire.

Aucun pilote de la Scuderia n'avait plus coiffé la couronne mondiale depuis 1979 : l'Allemand drape d'un voile rouge le championnat pilotes de 2000 à 2004 inclus. C'est la dominance de l'ère Ferrari-Schumacher, ce dernier continuellement soutenu par ses coéquipiers (parfois à outrance). Et à partir de 1999, la Scuderia enchaîne six titres des constructeurs, une distinction qui la boudait depuis 1983.

Mais en 2005, le jeune prodige espagnol Fernando Alonso renverse de son piédestal un Schumi abandonné par sa cavalerie, la monoplace F2005 se montrant incapable de rivaliser. L'envie de gagner pousse cependant Schumacher à honorer sa dernière année de contrat avec la Scuderia en 2006, où il rivalise longtemps pour le titre avant de prendre sa retraite.

Un autre des exploits de Schumacher est d'avoir su se ménager une vie privée de bon père de famille à l'écart des regards indiscrets. Ce multi-millionnaire, trop connu pour vivre à Monaco, s'est fait construire une propriété domaniale en Suisse et possède également des maisons de vacances en Norvège et aux États-Unis, pays où il passe beaucoup plus inaperçu.

Tout au long de ses 16 premières années en F1 - dont 11 chez Ferrari -, il n'a jamais perdu sa rage de vaincre. L'accrochage avec Damon Hill qui lui a valu le titre en 1994 et celui avec Jacques Villeneuve qui lui a valu l'exclusion du Championnat 1997, symbolisent un jusqu'au-boutisme qui a pu indisposer une partie du public.

Après un retour avorté en août 2009 pour remplacer un Felipe Massa convalescent, Michael Schumacher annonce qu'il sort de sa retraite le 23 décembre 2009 pour signer chez Mercedes. Son objectif : un 8e titre mondial. Son désir de courir était trop fort.

Mais sa saison 2010 est terne. Les lacunes de la Mercedes font partie de l'équation, mais trois saisons loin du cockpit y sont pour beaucoup. Souvent battu par son coéquipier, le Kaiser rejoint la 4e place à trois reprises mais jamais le podium, ce que Nico Rosberg réussit à faire trois fois. Cependant, en fin de saison, Schumacher fait de mieux en mieux. En 2011, Schumacher est plus compétitif mais ne montera jamais sur le podium. Son meilleur résultat cette année-là sera une quatrième place au Canada après avoir évolué au deuxième rang sous la pluie.

La saison 2012 commence bien. Avec Nico Rosberg, Mercedes verrouille la première ligne sur la grille à Shanghaï, un Grand Prix remporté par Rosberg. Schumacher ne terminera pas la course mais il semble retrouver ses sensations. Après une pole position (retirée) à Monaco, il montera enfin sur le podium à Valence, son 155e, avec une troisième place. Ce 155e podium sera son dernier, il quitte encore la Formule 1, à 43 ans. Il sera remplacé par Lewis Hamilton dès 2013 au sein de l'écurie Mercedes. Le plus grand champion de l'histoire nous quitte...pour la deuxième et dernière fois.

Haut de la pageHaut

Magazines récents

Haut de la pageHaut

Dernières photos

31 décembre 2013

Sabine Kehm, l'attachée de presse de Michael Schumacher, s'exprime devant les médias

31 décembre 2013

Le Dr Jean-François Payen et l'ami de Michael Schumacher et chirurgien Gérard Saillant après leur conférence de presse

31 décembre 2013

Conférence de presse au CHU de Grenoble

     

Voir la liste complète des photos

Haut de la pageHaut