• Championnat 2012

Marussia passe à l'attaque

ESPN Staff
9 novembre 2012 « Hamilton s'attend à une course serrée | Bianchi va découvrir Yeongam »

Pour la première fois de sa jeune histoire débutée en 2010, l'écurie Marussia pourrait terminer à la 10e place du championnat des constructeurs. L'équipe espère conserver cet important avantage lors des deux dernières courses de la saison.

Sur les 12 écuries du plateau, seules les dix premières ont droit aux redevances que procure Formula One Management. Pour la modeste Marussia, qui a conclu les saisons 2010 et 2011 bonne dernière (sous la bannière Virgin), sa position actuelle revêt une importance cruciale d'un point de vue financier.

À Singapour, Timo Glock a réussi une belle 12e place alors que prenait fin un Grand Prix chaotique. Ce résultat presque inespéré bat, jusqu'à maintenant, tous les efforts investis par les écuries rivales Caterham et HRT.

Mais il reste encore le GP des États-Unis et celui du Brésil, sans oublier que Caterham est habituellement plus forte que Marussia en piste. D'ailleurs, la semaine dernière à Abou Dabi, une autre course aux multiples rebondissements et abandons, Caterham pouvait espérer mieux qu'une 13e place pour Heikki Kovalainen. Dans le clan Marussia, la nervosité à cédé sa place au soulagement lorsque les voitures ont franchi la ligne d'arrivée.

L'avant affecte l'arrière

"Cela nous a rappelé que nous ne contrôlons pas ce qu'il se passe à l'avant du peloton, devant notre propre duel contre Caterham", a commenté John Booth, le patron de Marussia.

"Nous devons tenter de réduire l'écart et trouver l'élan qui nous permettra de les devancer en piste. Nous sommes passés très près au cours des dernières manches, bien qu'ils aient l'avantage d'un SREC (Système de récupération de l'énergie cinétique). Nous sommes déterminés et nous le demeurerons jusqu'au drapeau à damiers au Brésil."

Booth espère que les nombreux facteurs inconnus du GP des État-Unis, sur le nouveau Circuit des Amériques (16-18 novembre), joueront en faveur de Marussia : "Personne n'aura un avantage au moment d'entamer la première période d'essais libres le vendredi matin, alors tout dépendra de la qualité du travail effectué par chacun. C'est aussi un grand défi pour Pirelli, qui n'a pu compter que sur des échantillons d'asphalte et des simulations pour calculer les taux d'usure et les effets des températures ambiantes probables."

© ESPN Sports Media Ltd.

flux RSS flux RSS: ESPN Staff