• GP du Brésil - Lotus

Räikkönen, bons souvenirs d'Interlagos

ESPN Staff
20 novembre 2012 « ''J'ai battu les meilleurs'', clame Hamilton | Bianchi va découvrir Yeongam »

Kimi Räikkönen, sacré champion du monde en 2007 à Interlagos, est de retour sur le circuit de Sao Paulo ce week-end pour la dernière manche de la saison. Pour le former, le tracé brésilien sera à jamais associé au plus beau jour de sa vie.

Interlagos - "Aucun doute là-dessus, j'ai vécu le plus grand jour de ma carrière à Interlagos quand je suis devenu champion du monde en 2007. Autrement dit, j'ai de merveilleux souvenirs de ce lieu. Dans l'ensemble, il m'a toujours été favorable. J'ai toujours terminé la course depuis 2003 et cinq fois sur le podium. En fait, en 2003, j'ai reçu le trophée du vainqueur, mais en fait il s'est avéré que j'étais deuxième (la course avait officiellement pris fin prématurément le tour précédent, ndlr). J'ai vécu quelques-uns des plus beaux moments de ma vie sur ce circuit et cela, personne ne peut me l'enlever. Voilà pourquoi c'est un de mes endroits favoris."

Le circuit - "Pour réussir à Sao Paulo, il faut faire un week-end solide et sans faute. Évidemment, se qualifier sur les premières lignes est très important, comme le fait de disposer d'un ensemble performant partout. Par ailleurs, le moteur a son importance pour la côte. Je pense que l'élément déterminant, encore une fois, sera l'appui. Mais il sera aussi important d'avoir une voiture stable au freinage. Le dernier virage est essentiel parce qu'il commande la principale ligne droite en montée."

"J'aime les circuits à l'ancienne. Interlagos ne se situe pas dans le même groupe que Spa ou Suzuka, mais c'est un challenge et nous tournons dans le sens inverse des aiguilles d'une montre, ce qui n'est pas habituel. L'ambiance avec le public est toujours formidable et vous ne savez jamais comment la course peut tourner parce que le temps change souvent et très vite."

Vingt courses sans abandon, quel retour - "J'aime courir, alors c'est bien d'être en piste le plus de temps possible. Personne n'aime voir sa course interrompue. Notre palmarès cette année montre que l'équipe peut construire une voiture fiable et que je sais la piloter. La dernière manche de la saison, c'est la dernière opportunité de profiter de ce plaisir avant un bout de temps. C'est ce qu'aime un pilote, mettre son casque et courir. Chaque fois que je monte dans la voiture, je veux me battre pour la victoire et ce n'est pas différent ici. Je veux fêter un beau résultat avec l'équipe au Brésil. Cela nous donnerait le meilleur élan pour l'hiver et pour la saison prochaine aussi."

Retour sur Austin - "Correct mais pas des plus faciles pour moi. J'ai pris un mauvais départ et ensuite j'ai eu un contact avec une Force India au deuxième virage, ce qui m'a fait perdre encore une place. Après, la voiture allait bien et j'ai pu dépasser d'autres pilotes. Malheureusement, quand le temps est devenu nuageux, la piste s'est refroidie et les pneus ont perdu leur efficacité. Ensuite le soleil est revenu et ils ont recommencé à bien fonctionner. Tout dépendait des pneus et c'est ce qui a fait la différence. Le circuit a offert une belle course, il y avait beaucoup d'endroits où dépasser. Pour nous, le problème était surtout de garder les pneus suffisamment chauds."

Bagarre avec Jenson Button… - "Oui, c'était bon, c'est comme cela que j'aime la course. Malheureusement, Jenson m'a rattrapé alors que le temps devenait nuageux et mes pneus ont perdu de leur efficacité. Autrement, j'aurais pu me défendre mieux et il ne serait peut-être pas passé, même s'il avait des gommes beaucoup plus fraiches que les miennes. C'est ainsi. Nous avons eu du mal avec les pneus tout le week-end. J'ai fait des bons chronos en début de course avec les pneus médiums, mais j'ai perdu la bonne température avec les durs en milieu de course et ils sont redevenus efficaces à la fin."

© ESPN Sports Media Ltd.

flux RSS flux RSS: ESPN Staff