• Lotus

Boullier a sauvé la tête de Grosjean

ESPN Staff
13 mars 2013 « On s'impatiente chez Williams | Bianchi va découvrir Yeongam »
Grosjean peut compter sur le soutien d'Éric Boullier, mais pour combien de temps encore ?
© Sutton Images
Agrandir

Éric Boullier, le patron de l'écurie Lotus F1, a admis dans Le Figaro que Romain Grosjean ne serait plus au volant en 2013 sans son soutien indéfectible.

Le dirigeant français l'a fait revenir en Formule 1 il y a un an. La saison 2012 a été jalonnée de trois podiums pour le Franco-suisse, mais surtout de plusieurs accidents en piste. Il avait été suspendu pour la course de Monza suite au carambolage qu'il a provoqué à Spa. Après le Japon, il avait été qualifié de ''cinglé du premier tour'' par Mark Webber. Sa confirmation pour 2013 a mis du temps à venir, mais Boullier a appuyé son protégé ; la haute direction de Lotus lui a fait confiance.

Les premiers Grands Prix de l'année seront importants pour Grosjean, qui repart à zéro. Si son comportement à risques venait à se poursuivre, il pourrait se mettre en danger, mais aussi son patron qui a poussé pour qu'il garde son volant. Les trajectoires des deux hommes pourraient s'inscrire en parallèle.

Troisième main tendue pour Grosjean

"La F1 est un monde intransigeant qui ne permet pas beaucoup d'erreurs. Il lui reste encore à apprendre, mais il devra le faire vite. Je pense que, si je n'avais pas été là, il ne serait plus parmi nous aujourd'hui", a avoué Boullier dans le quotidien français.

Le huitième du dernier exercice avait eu une première chance en 2009, Boullier lui en avait offert une deuxième en 2012 avec un baquet chez Lotus. En cette saison 2013, ce sera la troisième. Il a tenu à remercier son supérieur pour cette nouvelle occasion de prouver son talent.

"Nous entretenons une confiance mutuelle, mais il reste mon chef. Il ne peut pas me défendre indéfiniment. Mais je sais qu'il a fait énormément pour que je sois encore là", a consenti Grosjean. "En général, si on laisse passer sa chance dans cette discipline, il n'y a pas de rattrapage. Or, cela fait deux fois qu'on me tend la main. Trois, si on compte mon arrivée en cours de saison en 2009. Nous avons beaucoup discuté avec les dirigeants cet hiver. Ils m'ont fixé des objectifs. Je sais ce que j'ai à faire pour conserver leur confiance."

© ESPN Sports Media Ltd.

flux RSS flux RSS: ESPN Staff