• Interview ESPN : Romain Grosjean

Faire ses preuves, encore

Chris Medland
24 février 2013
Grosjean : "Si vous ne pensez qu'à gagner, c'est une erreur"
© Sutton Images
Agrandir

ESPN a rencontré Romain Grosjean, qui entame cette année sa deuxième saison complète comme titulaire chez Lotus. Le Franco-suisse a parlé des essais hivernaux et révélé ses espoirs en vue du championnat 2013.

Lorsque vous pensez aux difficultés vécues l'an dernier, est-ce que les essais de pré-saison permettent de croire que 2013 débutera mieux ?
"C'est notre objectif. Si vous débutez une nouvelle saison en ne pensant pas faire mieux que l'année précédente, ce n'est jamais bon signe ! Tout le monde est très motivé ; nous avons une bonne voiture pour débuter l'année et nous pourrons signer de bons résultats. Nous faisons de notre mieux, sans trop penser aux autres équipes, et en nous concentrant sur ce que nous pouvons faire pour nous améliorer. Je pense que c'est la bonne façon de travailler pendant les essais de pré-saison."

Vous avez complété une simulation de course lors des essais de Barcelone I ; comment vous sentez-vous maintenant ?
"Je suis fatigué ! Nous devions engranger des kilomètres avec la voiture car nous ne l'avions pas encore fait. C'était une petite inquiétude, mais de toute évidence nous avons réussi et il n'y a eu aucun problème avec la voiture, alors c'est positif. Cela n'a pas été la plus facile des simulations de course car les pneus se dégradent énormément. Il faut vraiment essayer de faire le mieux possible et piloter à 100 % des pneus, mais pas à 101 % car si vous le faites, c'est fini. Cela ne rend pas les choses faciles, mais ça s'est bien passé."

Mark Webber a débuté une simulation de course à peu près en même temps que vous. Est-ce que l'équipe a observé Red Bull et comparé les chronos ?
"Tout le monde regarde ce que tous les autres font. Vous pouvez faire tout ce que vous voulez pendant les essais, mais vous allez aussi jeter un coup d'œil sur les activités des autres. En ce qui nous concerne, nous pensons surtout à ce que nous pourrions faire pour améliorer la situation au niveau de la dégradation des gommes, et à améliorer notre voiture."

Vers le milieu de ces simulations de course, certaines comparaisons démontraient que vous étiez un peu plus rapide que Red Bull. Pensez-vous pouvoir réaliser de telles performances au début de la saison ?
"Si tout va bien ! Ce relais s'était très bien passé. Je pense que nous avons tous beaucoup appris sur le comportement des pneus, sur ce qu'il faut faire ou pas, et sur la façon dont on peut en tirer le maximum. Alors oui, dans ce cas -ci, ce n'était pas si mal si on se compare à Red Bull et à Webber.

Vu vos problèmes en piste l'an dernier, espérez-vous que les autres pilotes vont vous laisser redémarrer d'une feuille blanche cette année ?
"Si je fais bien mon travail, que je mène de bonnes courses, sans aucun accident après quatre ou cinq courses, et si je signe de bons résultats, alors ils verront tous que je suis OK. Ils savent très bien que j'ai déjà gagné des championnats (dans d'autres séries). L'an dernier, c'était plutôt psychologique. J'ai commis des erreurs, parfois j'ai été malchanceux et cela s'est transformé en grosse histoire. Heureusement personne n'a été blessé lors du carambolage à Spa, mais je n'étais pas seul lors de ce départ. De toute façon, je travaille beaucoup pour changer ma gestion des risques et pour voir les choses un peu différemment."

Grosjean a trouvé le temps long pendant qu'il attendait sa confirmation
© Sutton Images
Agrandir

Avez-vous craint pour votre avenir au sein de l'équipe pendant l'hiver, alors que vous attendiez d'être confirmé ?
"Oui, bien sûr. J'ai connu des nuits difficiles ! Ce fut long, mais j'ai eu plusieurs discussions avec Gérard Lopez (copropriétaire de Lotus F1) et l'équipe, ce qui était bien. C'était pour m'aider à comprendre comment nous devions progresser. Lorsque j'ai finalement reçu le coup de fil, j'étais heureux."

Vous aviez un traitement égal avec Kimi Räikönnen au début du championnat 2012, mais vu la façon dont la saison a progressé, est-ce que vous vous sentez comme un pilote n°2 actuellement ?
"En termes des communications, oui. Ce que je veux dire, c'est que Kimi a connu une très bonne saison l'an dernier et il a déjà été champion du monde, alors c'est normal que l'équipe surfe sur son nom. Nous avions un traitement égal l'an dernier, les deux voitures étaient identiques, mais quand Kimi grimpait dans le championnat et signait de bons résultats, c'était normal qu'il obtienne le meilleur de ce que l'équipe pouvait fournir. Mais cette année nous repartons d'une feuille blanche et je suis sûr qu'à la mi-saison, si je me retrouve devant lui dans le classement, ce sera différent."

Est-ce que l'équipe vous laissera vous battre cette saison, même pour le championnat ?
"Oui. Il n'y a aucune raison pour que ce ne soit pas le cas. Ce serait stupide de la part de l'équipe ; bien peut-être pas stupide en fait... Disons que ce serait se limiter d'appuyer qu'un seul pilote. On ne sait jamais ; je démontrais un bon rythme l'an dernier, alors si je peux y ajouter de la constance, il n'y a aucune raison pourquoi je ne pourrais pas marquer des points."

Kimi a gagné à Abou Dabi l'an dernier et jusqu'à maintenant, la voiture de cette année semble prometteuse. Pensez-vous remporter des courses cette saison ?
"Non, je ne pense pas aux victoires. Je pense à faire de mon mieux chaque fois et à être fier de ce que j'accomplis dans la voiture, à être fier de moi-même. Si je fais tout correctement, des premiers essais libres jusqu'au drapeau à damiers, et si nous avons alors la meilleure voiture, il n'y aura aucune raison de ne pas gagner. Mais si vous ne pensez qu'à gagner, c'est une erreur."

Alors, que vous faudrait-il pour connaître une très bonne saison ?
"Ce serait la voiture, la compréhension des pneus, le pilotage et le côté mental. Je serai heureux si j'ai marqué autant de points que je pouvais marquer idéalement, moins 5 % ou quelque chose comme ça. Si vous repensez à votre saison et que vous pouvez dire 'je n'ai commis qu'une seule erreur lors d'une course' ou quelque chose du genre, alors cela aura été une bonne saison. Si vous marquez des points chaque fois qu'il était possible de le faire, et que vous avez profité de chaque situation, comme Fernando (Alonso), alors cela aura été une bonne saison. L'an dernier, la Ferrari était incroyablement rapide lorsqu'il pleuvait et il en profitait. Parfois, lorsque d'autres pilotes avaient des accidents ou des problèmes, il réussissait à marquer des points. Il a fait du mieux qu'il pouvait."

Chris Medland est éditeur-adjoint d'ESPNF1

© ESPN Sports Media Ltd.

flux RSS flux RSS: ESPN Staff