• Lotus

Boullier attend Barcelone II

ESPN Staff
24 février 2013 « Une "bien meilleure" Williams | Bianchi va découvrir Yeongam »

Éric Boullier, le patron de l'écurie Lotus, préfère minimiser le rythme prometteur démontré par son équipe au cours des essais hivernaux. Les améliorations à venir lors du prochain et dernier bloc, cette semaine, permettront d'avoir une meilleure idée des forces en présence.

Avec Kimi Räikkonen et Romain Grosjean aux commandes de la nouvelle E21, Lotus s'est hissée au sommet du classement quotidien à deux reprises lors des essais de Jerez. Par la suite, pendant les quatre jours de Barcelone I, les performances de la monoplace étaient plutôt encourageantes sur de longs relais.

Toutefois, Boullier ne veut pas faire de comparaisons entre son équipe et ses rivales. Il faudra attendre les essais de Barcelone II (28 février-3 mars), lorsque la majorité des voitures seront équipées d'évolutions majeures, pour tenter l'exercice. Et encore, la F1 entamera le championnat 2013 dans des conditions plus chaudes en Australie et ensuite en Malaisie, ce qui pourrait modifier la hiérarchie présumée davantage.

"Suis-je confiant ? Non. Suis-je heureux ? Oui", a déclaré le Français. "Pour le moment ce ne sont que des essais et je sais que tout le monde aura une voiture configurée pour Melbourne lors du prochain test. Alors nous verrons comment les choses se passent et ensuite nous pourrons commencer à tirer certaines conclusions. Mais au fond, nous le verrons à Melbourne (premier Grand Prix de la saison, 15-17 mars)."

Les pneus, ça ira mieux

Boullier a confirmé que ses ingénieurs ont préparé des évolutions importantes pour la dernière période d'essais de pré-saison. Ces changements pourraient permettre à Lotus de continuer à figurer parmi les favorites lorsque la saison débutera : "J'espère que personne ne va débloquer une seconde de performance (au tour) entre maintenant et Melbourne, mais nous verrons."

Le comportement des pneumatiques sera un autre autre facteur important à surveiller lors du premier GP de l'année. Les températures fraîches dans lesquelles se déroulent les essais font en sorte que les gommes Pirelli se dégradent très rapidement, ce qui complique non seulement les évaluations des voitures mais aussi la gestion des pneumatiques. Toutefois, Boullier ne pense pas que la situation sera aussi problématique lors des premières manches du championnat.

"Nous avons vu le même phénomène l'an dernier lorsque les températures étaient basses", a-t-il rappelé. "Les pneus étaient complètement à l'extérieur de leurs fenêtres optimales et ils se dégradaient énormément. Alors il faut attendre de se retrouver dans des températures plus élevées pour voir comment les pneus vont fonctionner. Je me souviens que les gommes ne se dégradaient pas autant au Brésil (en novembre dernier, lorsque des pneus de développement 2013 ont été testés pendant les essais libres, ndlr)."

© ESPN Sports Media Ltd.

flux RSS flux RSS: ESPN Staff