• Impraticable

Silverstone tancé en Angleterre

ESPN Staff
7 juillet 2012 « Williams déjà concentrée sur 2014 | Bianchi va découvrir Yeongam »

La presse anglaise s'est déchaînée contre l'organisation du Grand Prix de Grande-Bretagne, samedi, au lendemain d'une journée noire aux abords du circuit du Northamptonshire.

Depuis la terrible édition 2000 et les embouteillages qui s'étaient étendus à 20 km à la ronde, on ne pensait plus voir cela. Il y a douze ans, Bernie Ecclestone, le président de la FOM, lui-même pris dans les bouchons, avait juré que le Grand Prix de Grande-Bretagne ne se tiendrait plus en avril mais en juillet, sinon de rayer Silverstone du calendrier de la F1.

Douze ans plus tard, le grand argentier de la F1 a vécu la même mésaventure, vendredi, comme des milliers de spectateurs, il a lui aussi été piégé par le trafic . Et douze ans plus tard, les même causes ont eu les mêmes effet. Les fortes pluies des derniers jours et même des derniers mois, si l'on en croit les organisateurs, ont rendu trop spongieuse la surface des parkings en terre autour du circuit. Ces derniers sont donc impraticables ce qui a généré une forte pénurie de places pour les automobilistes qui se rendaient sur l'ancien aérodrome.

Ecclestone conciliant

"Les organisateurs semblent avoir eu peu d'égards pour les gens qui ont payé leur place pour regarder ce Grand Prix", en a conclu The independent. "Après ces journées de pagaille, c'est l'image du sport britannique qui trinque. Des centaines de personnes venues camper ont été priées d'évacuer les lieux et de ne plus revenir à moins ce qu'il puisse trouver un autre hébergement pour la nuit."

Le Times a trouvé un spectateur allemand qui a mis six heures pour parcourir les 20 km qui le séparaient de son hôtel de Northampton du circuit. Ceux qui, par miracle, avaient pu arriver tôt au circuit, n'ont pas forcément été mieux lotis puisque, par crainte d'user à l'excès leurs trois trains de pneumatiques Extrêmes, les pilotes ont peu roulé dans l'après-midi.

La situation ne s'arrangera pas pas avant dimanche, ce qui explique que le circuit ait demandé aux spectateurs de ne pas venir à Silverstone samedi. L'organisation a bien entendu promis de rembourser.

Ecclestone, de son côté, a mieux réagi qu'il y a douze ans. "Je ne suis pas un grand supporter de Silverstone, mais pour être totalement honnête, ils ont fait un bon travail et la pluie, ce n'est pas leur faute", a-t-il déclaré à la télévision britannique. "C'est toute l'Angleterre qui est inondée ; il y a des maisons qui ont subi de graves dégâts alors il n'y avait pas de raison que cela soit différent ici par rapport à d'autres endroits."

© ESPN Sports Media Ltd.

flux RSS flux RSS: ESPN Staff