• GP d'Allemagne 2013 - Présentation

Retour sur le Ring

Chris Medland / Laurence Edmondson / D.B.
4 juillet 2013

Après Silverstone le week-end dernier, la Formule 1 atterrit maintenant au Nürburgring, un circuit qu'elle n'a pas visité depuis 2011 puisque le Grand Prix d'Allemagne alterne annuellement entre ce tracé et celui de Hockenheim.

Le GP de Grande-Bretagne a été marqué par des éclatements de pneus, mais aussi par la défaillance de la boîte de vitesses sur la Red Bull de Sebastian Vettel. Son abandon a permis à ses rivaux de regagner du terrain, donnant ainsi un nouveau souffle au championnat. Fernando Alonso est à 21 points de distance, Kimi Räikönen à 34. Et avec les performances impressionnantes des pilotes Mercedes depuis quelques courses, la compétition devient de plus en plus féroce.

En hausse

Il n'est pas monté sur le podium de Silverstone, mais Lewis Hamilton était néanmoins à son meilleur dimanche dernier malgré sa malchance. Le pilote Mercedes a décroché une pole position dominante par près d'une demi-seconde ; même Vettel a dû reconnaître que cette performance était "quelque chose de spécial." Dès le premier tour de la course, Hamilton a creusé l'écart et s'est assuré d'être suffisamment en avance sur Vettel pour éviter que ce dernier puisse utiliser son DRS. Alors qu'il semblait bien gérer la course, son pneu arrière gauche a été le premier du plateau à éclater. Bon dernier après avoir réussi à rejoindre les stands, Hamilton a entamé une remarquable remontée jusqu'à la 4e place. Son coéquipier Nico Rosberg a remporté l'épreuve, mais Hamilton pouvait sûrement en faire autant. Ce n'est pas pour rien que les autres équipes les surveillent de près.

En baisse

Depuis le sentiment d'optimisme qui suivait le GP de Bahreïn en avril, Romain Grosjean connaît une période difficile. Lorsque le pilote Lotus s'est emparé de la 3e place à Sakhir, il semblait avoir tourné la page sur ses problèmes de la saison 2012. Prudent lors des premières courses de 2013, Grosjean se montrait plus confiant et compétitif. Cependant, il n'a marqué aucun point depuis. Il est vrai que la monoplace Lotus a perdu un peu de terrain sur ses rivales, mais la situation est néanmoins quelque peu décevante. Nous ne pourrions blâmer Grosjean pour le contact avec Mark Webber au début du GP de Grande-Bretagne, mais il a ensuite reculé dans le peloton. Espérons qu'il retrouve vite son chemin.

Di Resta a fait du beau travail dimanche dernier après sa déception de samedi
© Sutton Images
Agrandir

À surveiller

Les samedis sont problématiques pour Paul di Resta, et ce n'est pas toujours de sa faute, mais il a toujours réagi en regagnant beaucoup de terrain grâce à d'impressionnantes performances le dimanche. Di Resta a été plutôt critique envers Force India à Monaco et au Canada, mais la perte de sa 5e place sur la grille de Silverstone (car sa voiture ne respectait pas le poids minimum) est survenue après les rencontres avec les médias, alors son véritable état d'esprit n'a pas été révélé publiquement... mais on peut facilement le deviner. Malgré des 17e, 17e et 21e places comme positions de départ, di Resta est toujours parvenu à marquer des points. On peut se demander quels résultats il aurait pu réaliser en démarrant plus près de l'avant, mais le fait demeure que le pilote écossais se montre compétitif. Suffit maintenant de connaître un bon week-end sans embûches du début à la fin.

Points chauds

Pneus Pirelli modifiés : Les derniers tours du GP de Grande-Bretagne étaient très excitants, mais les conditions ayant mené à cette situation étaient très inquiétantes. Suite aux multiples éclatements du pneumatique arrière gauche, Pirelli a immédiatement réagi pour tenter d'éradiquer le problème dès ce week-end, et la FIA lui permet d'agir sans le consentement unanime des équipes. Les ceintures en acier seront remplacées par du kevlar en Allemagne, ce qui devrait réduire la température interne des pneus (la structure de 2012 sera utilisée dès la course suivante et pour le reste de la saison, mais avec les gommes de 2013). Cependant, si la solution de Pirelli ne fonctionne pas comme prévu, ou si des équipes voient leurs performances chuter, la polémique pourrait se poursuivre.

Essais pour jeunes : Les essais réservés aux jeunes pilotes, qui auront lieu à Silverstone du 17 au 19 juillet, ont été souvent mentionnés récemment suite au passage de Mercedes devant le Tribunal international de la FIA. Mais personne ne pouvait alors imaginer l'importance que ces trois journées d'essais allaient avoir cette saison. La FIA permet maintenant aux équipes de rouler avec leurs pilotes titulaires, mais seulement pour tester les nouveaux pneumatiques Pirelli qui seront utilisés à partir du GP de Hongrie. Chaque équipe aura un observateur de la FIA chargé de s'assurer que les écuries s'en tiennent uniquement aux pneus et ne travaillent pas sur le développement de la voiture. Cela signifie également que la suspension émise contre Mercedes, qui ne pourra participer à ces essais vu le travail controversé effectué avec Pirelli en mai, sera plus pénalisante que prévu. Certaines équipes ne s'en plaindront pas. Mais puisque la nature de ces essais a changé, et qu'ils concernent maintenant la sécurité en piste, il n'est pas impososible que Mercedes exige d'y participer.

Place libre chez Red Bull : Suite à l'annonce de Mark Webber à l'effet qu'il quittera la F1 au terme de la saison, une place très convoitée se libère pour 2014 chez Red Bull. Il est toutefois peu probable que l'équipe annonce son remplaçant dans le court terme. Trois candidats figurent sur la liste : les deux pilotes de l'équipe satellite Toro Rosso, soit Daniel Ricciardo et Jean-Éric Vergne, ainsi que Kimi Räikkönen, dont le contrat chez Lotus arrive à échéance cette année. Il semble déjà apparent que Räikkönen est le choix numéro 1, mais ce dernier voudra surtout s'assurer de recevoir un traitement égal à celui du protégé Vettel. Cependant, Vettel pourrait quitter Red Bull à la fin de 2015 et Räikkönen aurait alors 36 ans ; l'équipe prendrait le risque de perdre ses deux pilotes en même temps. Autre élément à considérer, il n'est pas sûr que les pilotes Toro Rosso soient entièrement prêts pour un transfert vers l'écurie principale, mais si aucun n'est choisi, quelle valeur aurait alors cette équipe dédiée à la formation de la filière Red Bull ? Cela dit, Ricciardo et Vergne semblent en bonne forme cette saison. On doit réfléchir beaucoup chez Red Bull ces temps-ci.

Ententes et contrats : S'il y a un sujet que les problèmes concernant les pneumatiques ont réussi à souligner, c'est le manque de cohésion et de leadership en Formule 1. Que les équipes se querellent entre elles, c'est inévitable et même naturel dans un contexte compétitif. Mais sans une nouvelle version des Accords Concorde en place, et donc sans aucun système de gouvernance établi pour diriger la discipline, les choses peuvent rapidement détériorer. La F1 va sûrement continuer à se débrouiller ainsi pour cette saison, mais en 2014, alors que de nouvelles réglementations vont sans aucun doute mener à différentes interprétations de plusieurs articles, il sera absolument nécessaire d'avoir un contrat dûment signé entre les équipes, le détenteur des droits commerciaux et la FIA. Sinon, tout pourrait se dérouler dans le chaos. En ce moment, des ententes bilatérales (provisoires) ont été conclues avec toutes les équipes sauf Marussia. Pourquoi cette dernière est traitée différemment demeure un mystère que les patrons de Marussia eux-mêmes disent ne pouvoir expliquer.

La F1 a cessé de courir sur le Nordscheife suite à l'accident presque mortel de Niki Lauda en 1976
© Getty Images
Agrandir

Attaque de stats

  • Malgré une vitesse moyenne de 200 km/h pendant les qualifications, seulement trois virages sont pris à plus de 250 km/h
  • La puissance maximale est utilisée pendant 61 % du tour, la plus longue période étant 10,7 secondes. Les pilotes changent de rapport 60 fois par tour en moyenne
  • Seules deux des huit dernières courses sur le Nürburgring ont été remportées par le pilote en pole position
  • Ferrari détient le plus grand nombre de victoires pour le GP d'Allemagne, soit 21. Il s'agit également du plus grand nombre de victoires pour un constructeur pour un même Grand Prix

Autour du Grand Prix

  • Il s'agira du 17e Grand Prix à être couru sur le tracé F1 du Nürburgring
  • Sur cette piste, la course a déjà été organisée sous trois noms différents : Grand Prix d'Allemagne, Grand Prix d'Europe et Grand Prix du Luxembourg
  • Le Nürburgring originel a été construit pour résoudre des problèmes de chômage dans la région de l'Eifel suite à la Première guerre mondiale. Approximativement 25 000 personnes ont participé à la construction du tracé de 23 kilomètres. Le tracé du Nordscheife est maintenant une route à péage ouverte au public ; un tour coûte 26 € (34 $)
  • La première course de F1 sur le nouveau circuit a eu lieu en 1984. Alain Prost a gagné cette épreuve, mais il avait été battu sur cette piste par Ayrton Senna plus tôt dans l'année lors d'un événement qui opposait de jeunes pilotes à des collègues plus expérimentés. Des Mercedes 190E identiques avaient été utilisées

Le circuit

Bien que le tracé moderne ne se compare pas à l'originel, la course sur le Nürburgring demeure un événement intéressant. Des modifications apportées au premier secteur en 2002 ont permis de créer une opportunité de dépassement très claire et donc des départs plus excitants. Et avec deux zones de DRS, il est très probable que plusieurs manœuvres seront tentées dimanche. Le deuxième secteur est très rapide et nécessite un bon équilibre. Une bonne motricité ainsi qu'une excellente stabilité lors des freinages sont requises dans les premier et troisième secteurs.

Vettel et ses ingénieurs scrutent le circuit de près
© Sutton Images
Agrandir

Météo

Il semble que les essais libres du vendredi pourraient encore se dérouler sous la pluie, particulièrement pendant la première séance. Toutefois, le reste du week-end devrait être sec et ensoleillé, avec des températures au-dessus de la normale pour le Nürburgring. Cela dit, comme c'est le cas à Spa-Francorchamps en Belgique, la météo de l'Eifel peut être imprévisible.

Pilote-commissaire

Un habitué du poste, Emanuele Pirro rejoindra les autres commissaires ce week-end en Allemagne. L'ancien pilote Benetton et Scuderia Italia avait assumé ce rôle pour la première fois à Abou Dabi en 2010, lors de la grande finale mémorable de cette saison.

La conclusion d'ESPNF1

Si ce n'avait été d'une défaillance sur sa Red Bull, Sebastian Vettel aurait probablement dominé le GP de Grande-Bretagne (et avec un tour ou deux de plus, Mark Webber aurait peut-être réussi le coup). Chez Mercedes, Nico Rosberg et Lewis Hamilton ont démontré qu'ils sont forts et peuvent surprendre. Quant à Fernando Alonso, le pilote Ferrari sait toujours profiter au maximum de la situation. Mais il y a aussi une statistique étonnante à considérer : à ce jour, Vettel n'a jamais gagné le GP d'Allemagne, ni gagné une course en juillet. Il tentera (encore) d'effacer ces deux statistiques dimanche.

© ESPN Sports Media Ltd.

flux RSS flux RSS: ESPN Staff