• Ferrari et le drapeau jaune

Ecclestone : Une véritable farce

ESPN Staff
29 novembre 2012 « Le clan Hamilton fait confiance | Bianchi va découvrir Yeongam »

Bernie Ecclestone est d'avis qu'il n'y aura aucune suite aux questionnements de Ferrari portant sur un possible dépassement sous drapeau jaune effectué par Sebastian Vettel, le champion 2012, lors du Grand Prix du Brésil.

Après avoir scruté des extraits vidéo, Ferrari avait des doutes sur la légalité de la manœuvre de Vettel sur Jean-Éric Vergne, jugeant que le pilote Red Bull avait complété son dépassement alors que des feux jaunes l'interdisant étaient allumés. Mercredi soir, l'équipe demandait une clarification auprès de la FIA. Notons qu'en cas de pénalité, le titre 2012 pourrait basculer vers le vice-champion Fernando Alonso.

Jeudi, la FIA a répondu qu'il n'y avait rien d'illégal puisqu'un commissaire de piste agitait un drapeau vert au moment du dépassement, ce qui a préséance sur tout témoin lumineux installé en bordure de piste ou sur le volant.

Toutefois, malgré cet avis donné par l'instance dirigeante, Ferrari a jusqu'à vendredi pour faire appel. Ecclestone espère que l'équipe laissera tomber et que la controverse s'arrêtera là.

Pas de doutes

"C'est dommage car tout s'était si bien passé", a déclaré le grand patron de la F1, lors d'un entretien avec le journal Daily Telegraph, au sujet de la grand finale du championnat au Brésil. "Ce fut une superbe course et un superbe championnat. Maintenant tout le monde ne parle que de ceci (la demande de Ferrari)."

"La cause est perdue dès le départ"
Bernie Ecclestone

Ecclestone comprend très bien que toute équipe a le droit de protester si une infraction a eu lieu, mais "le fait demeure qu'un drapeau vert était agité et personne ne semble remettre cela en question."

"C'est une véritable farce. Ce que (Ferrari) dit dans sa lettre (à la FIA) est incorrect. Je pense qu'aucune action n'est nécessaire. C'est complètement et absolument erroné", a-t-il ajouté. "Je pense qu'ils voulaient terriblement gagner (le championnat des pilotes). S'ils le souhaitent, nous pourrions retourner voir ce que Ferrari a fait au cours des années."

"Il n'y aura pas de suite", a affirmé Ecclestone. "Que peuvent-ils faire ? Déposer une plainte civile ? Peut-être, mais la cause est perdue dès le départ. Il n'y aura pas de suite."

© ESPN Sports Media Ltd.

flux RSS flux RSS: ESPN Staff