• Justice

Ecclestone se défend à New York

ESPN Staff
10 février 2013 « Red Bull, la maison de Horner | Bianchi va découvrir Yeongam »
Bernie Ecclestone est résident est britannique, résidant en Grande-Bretagne, et c'est à ce titre qu'il estime qu'il ne peut être poursuivi aux États-Unis
© Getty Images
Agrandir

Le patron de la FOM Bernie Ecclestone fait l'objet d'une plainte de l'un des candidats éconduits en 2005 à la reprise de la Formule 1. Il s'est défendu en arguant qu'il n'est pas justiciable sur le territoire des États-Unis.

Dans une déclaration sous serment transmise à la Cour suprême de l'État de New York, Ecclestone détaille les relations qu'il a avec les États-Unis, ou plutôt son peu de relations avec ce pays, pour justifier du fait qu'il ne peut être jugé par un tribunal américain.

Dans des conditions troubles

En novembre dernier, ayant été informé d'une plainte pour corruption portée contre Ecclestone dans l'affaire Gribkowski, le fond d'investissement Bluewaters avait demandé à Ecclestone 650 M$ de dommages et intérêts, estimant avoir été lésé dans l'attribution des parts de la société gérant la F1, qui était allée de la banque BayernLB au fonds CVC Capital dans des conditions troubles.

Bluewaters estime avoir fait une offre aux environs d'un milliard de dollars, beaucoup plus élevée que celle de CVC. Or dans le même temps, Ecclestone est accusé d'avoir versé un pot de vin à l'ancien banquier de la BayernLB Gerhard Gribkowski, pour qu'il choisisse CVC.

Faux, répond Ecclestone, qui ne nie pas de s'être séparé de 44 M$ au bénéfice de Gribkowski, mais qui a affirmé l'avoir fait sous la menace de ce dernier.

© ESPN Sports Media Ltd.

flux RSS flux RSS: ESPN Staff