• Whitmarsh

La politique fait mal à la F1

ESPN Staff
7 février 2013 « Massa meilleur temps à mi-journée | Bianchi va découvrir Yeongam »

Le patron de McLaren, Martin Whitmarsh, craint que la discorde entre les équipes sur des sujets tels que les Accords Concorde ou le moteur 2014 nuisent à l'image de la F1 dans le futur, lorsqu'elle voudra attirer davantage de sponsors et de constructeurs.

"Nous sommes bons pour initier des crises dans cette discipline mais nous ne sommes pas aussi bons pour les régler", a déclaré Whitmarsh, qui est également le président de la FOTA (Formula One Teams Association). "Ce dont nous avons besoin, c'est que tout le monde fasse la paix et se mette autour d'une table pour discuter de ces nouveaux Accords Concorde. Mais je ne suis pas certain que tout le monde soit motivé pour faire cela."

Whitmarsh a rappelé que les petites équipes font face a des défis de plus en plus grands pour attirer des sponsors alors que la facture pour monter une équipe compétitive reste très élevée.

"Je pense que c'est difficile", a-t-il dit. "Nous sommes dans le monde de la publicité, et ce secteur est en berne actuellement à travers le monde. Je pense, heureusement, que nous avons pris des mesures, mais des temps difficiles s'annoncent pour certaines équipes qui veulent avoir un modèle d'affaires viable à long terme, cela ne fait aucun doute."

Le V6, c'est maintenant

Cette semaine, ces petites équipes, justement, rencontrent Bernie Ecclestone, le grand argentier de la F1, pour aborder la question des Accords Concorde qui déterminent entre aures choses la redistribution des revenus générés par la discipline.

Pour Whitmarsh, "c'est quelque chose qui favorise la division" alors que les équipes les plus grandes, dont McLaren, ont été convoquées à une réunion précédente. Cependant, le dirigeant britannique a affirmé que ces équipes ne pouvaient pas en vouloir à Ecclestone et qu'elles devraient travailler ensemble, dans leurs propres intérêts.

"En ce moment, Bernie est en train de faire un travail fantastique pour les propriétaires (de la Formule 1, CVC Capital)", a-t-il déclaré. "Nous pouvons le critiquer mais il fait un meilleur travail que le nôtre. Au nom de ses employeurs, cet argent est en train de sortir de notre sport. Comme vous pouvez l'imaginer, c'est très frustrant pour certains d'entre nous mais c'est exactement ce que Bernie est payé pour rechercher."

"Si les équipes ne sont pas unies pour travailler ensemble, pour réclamer une plus grande part du gâteau, elles ne peuvent s'en prendre qu'à elles-mêmes. J'ai essayé très fort de mon côté mais sans connaître le succès que j'espèrais. Et Bernie est assez doué dans ce genre de négociations, n'est-ce pas ?"

"Je pense que nous avons créé un environnement instable. Nous sommes des spécialistes dans ce domaine"
Martin Whitmarsh

Whitmarsh pense également que la discipline ne devrait pas se diviser au sujet du règlement sur les moteurs pour l'année 2014. Ecclestone et le président de Ferrari, Luca di Montezemolo, ont publiquement critiqué cette évolution du règlement. Cela pourrait faire hésiter des manufacturiers qui s'intéressent à la F1 mais perçoivent un climat d'instabilité.

"On a l'impression que chaque semaine on se demande si on doit encore troquer le V8 contre le V6", s'étonne Whitmarsh. "Si j'étais devant Hyundai ou si je tentais de convaincre Toyota de revenir en F1, ils me demanderaient 'quels sont les règlements ?' Je leur dirais 'les voici' et ils me répondraient 'l'autre jour j'ai lu que n'alliez plus de l'avant avec le V6.'"

"Alors je pense que nous avons créé un environnement instable. Nous sommes des spécialistes dans ce domaine car nous mettons en lumière des controverses publiques et nous débattons de choses qui n'aident pas la situation. Je pense que les constructeurs ont besoin de voir la discipline avancer. Nous nous sommes engagés envers ce changement de moteur. Qu'il soit bon ou mauvais ou indifférent, peu importe, il nous faut maintenant avancer. Cela fait longtemps qu'on le dit, cela fait longtemps qu'on repousse l'échéance, maintenant faisons-le une fois pour toutes."

© ESPN Sports Media Ltd.

flux RSS flux RSS: ESPN Staff