• Ferrari-Red Bull

La saison 2013 déjà lancée

ESPN Staff
9 janvier 2013 « Le "risque" de Hamilton | Bianchi va découvrir Yeongam »
Alonso a souri en lisant les déclarations de Marko
© Press Association
Agrandir

Fernando Alonso s'est amusé des critiques de Helmut Marko, qui l'avait qualifié de pilote ''trop occupé à faire de la politique.''

Le conseiller de Red Bull Racing, l'écurie triple championne du monde en titre, a égratigné le vice-champion 2012 dans une interview accordée au magazine Red Bulletin. Trop politique, trop dans la psychologie, dans la petite phrase, il ne laisse rien passer au pilote Ferrari. Il a aussi salué l'état d'esprit de son pilote Sebastian Vettel, qui ne se laisse pas avoir par cette guéguerre.

"Il ignore tout de cela, il ne lit pas les journaux, il ne va pas sur Internet. Et voilà l'important, nous nous concentrons sur notre travail pour avoir la meilleure voiture et la meilleure équipe possible", a déclaré Marko, grand fan du triple champion.

"Je pense que nous avons vu un Alonso stressé vers la fin de la saison, affirmant des choses comme : 'Je me bats contre (Lewis) Hamilton (de McLaren) ou contre Adrian Newey (directeur technique de Red Bull), pas contre Vettel.' Nous avions dit à Vettel d'ignorer cela", avait-il ajouté.

Alonso réplique

Sur son compte Twitter, Fernando Alonso a ironisé sur les commentaires du conseiller autrichien. Selon lui, c'est plutôt Marko qui cherche la petite phrase. Le champion du monde 2005 et 2006 y voit une crainte de Red Bull de voir Ferrari sérieusement les concurrencer une nouvelle fois en 2013.

"Je m'amuse de lire que Red Bull pense encore que nous serons leur plus sérieux rival l'année prochaine ! Et cela avant même les premiers essais !! Flatté", a-t-il publié mardi sur le célèbre réseau social.

© ESPN Sports Media Ltd.

flux RSS flux RSS: ESPN Staff