• Ferrari

Alonso pense pouvoir le battre

ESPN Staff
17 novembre 2012 « Grand écart chez Mercedes | Bianchi va découvrir Yeongam »
Fernando Alonso se voit devant Sebastian Vettel dimanche à l'arrivée du Grand Prix des États-Unis
© Press Association
Agrandir

Plus lent que le champion du monde Sebastian Vettel d'1"643 dans la troisième partie de la qualification, samedi, placé dimanche sur la 4e ligne, Fernando Alonso a pourtant assuré qu'il se sentait capable de battre le poleman dimanche à Austin.

"Comment ? Je ne sais pas", précise tout de même le pilote Ferrari, "mais nous avons le sentiment que c'est possible." Alonso, 9e temps des qualifications, n'avait pas été aussi mal placé depuis le Grand Prix d'Italie (qu'il a terminé sur le podium). L'Espagnol a aussi été devancé, fait rarissime, par son coéquipier Felipe Massa, septième.

Une "étrange sensation"

En qualification, qu'il a effectuée avec le même train de pneumatiques, Alonso a paru incapable de passer la vitesse supérieure lorsque les débats se sont élevés, dans les dernières secondes.

"Nous nous attendions à ce type de résultat", a-t-il dit. "Nous savions que cela allait être compliqué. Nous sommes partis de la septième place Abou Dabi, et nous voici à la huitième ici (grâce à la pénalité infligée à Romain Grosjean pour un changement de boîte de vitesses), alors c'est plus ou moins les places auxquelles nous attendions. Comme toujours, la course c'est demain. Je pense toujours que nous allons pouvoir réduire l'écart par rapport à Sebastian, et c'est ce qui compte. Il commence de la pole position et il a un rythme très élevé, la course sera longue et voyons si nous pouvons saisir nos opportunités."

"S'il gagne la course et qu'il gagne encore Brésil il sera champion et ce sera mérité. Nous, nous devons nous battre pour atteindre la troisième partie de la qualification

Il n'y aura plus de chance à saisir si Vettel prend encore 15 points à Alonso, ce qui lui donnera un troisième titre de champion du monde. "On verra comment se déroule le départ", tempère Alonso. "S'il gagne la course et qu'il gagne encore Brésil il sera champion et ce sera mérité. Nous, nous devons nous battre pour atteindre la troisième partie de la qualification, nous sommes ici un peu par miracle et nous nous accrochons à notre espoir. Comme je l'ai dit, j'ai l'étrange sensation que demain nous allons encore réduire l'écart."

© ESPN Sports Media Ltd.

flux RSS flux RSS: ESPN Staff