• De la Rosa

Le simulateur Ferrari désuet

ESPN Staff
9 février 2013 « Gutiérrez comble Sauber | Bianchi va découvrir Yeongam »
De la Rosa travaille sur le réel et le virtuel
© Sutton Images
Agrandir

Pedro de la Rosa a révélé que le simulateur de Ferrari a un urgent besoin d'être modernisé. Celui de McLaren, son ancienne équipe, a "quelques années d'avance" sur celui des rouges.

Le pilote espagnol a été embauché par Ferrari autant comme pilote d'essais que consultant pour l'aider à développer son programme de simulateur. Avant de courir pour HRT et Sauber, de la Rosa avait passé des années chez McLaren où ses talents de développeur ont fait sa réputation dans le paddock.

Il est donc très familier avec le simulateur en service à l'usine McLaren, qui est depuis longtemps considéré comme le meilleur en Formule 1. Si Ferrari veut atteindre ce niveau, l'équipe devra apporter beaucoup de changements, des changements qui pourraient prendre beaucoup de temps à concrétiser.

"Vers la prochaine étape"

"Il faudra travailler là-dessus", a déclaré de la Rosa. "J'ai été embauché pour les aider à comprendre leur voiture et pour accélérer tout le programme de simulation. Il y a beaucoup de travail à faire et je suis ici pour apporter ma petite contribution. Nous ne sommes pas au niveau souhaité, mais je suis très à l'aise avec le personnel et nous sommes déterminés à mener le programme de simulation vers la prochaine étape."

Dans cette ère d'essais privés très restreints, et interdits pendant la durée du championnat, le simulateur est devenu un outil encore plus indispensable pour aider les équipes à développer leurs monoplaces. D'où l'importance d'un système capable d'imiter la réalité autant que possible pour permettre aux pilotes d'évaluer des modifications dans le virtuel avant de procéder vers le réel.

"Il faut être réaliste", a ajouté de la Rosa. "Le simulateur de McLaren a débuté en 2003 ; comparé aux autres équipes, ils ont clairement quelques années d'avance. Je suis ici pour accélérer le processus. Nous ne savons pas si cela prendra six mois, un an ou deux ans, mais il faudra travailler à fond pour les rattraper. Il n'y a presque plus d'essais malheureusement, et c'est un gros handicap pour les équipes qui n'ont pas un simulateur très élaboré."

© ESPN Sports Media Ltd.

flux RSS flux RSS: ESPN Staff