• Top 10 des dévoilements

Levers de rideau particuliers

Laurence Edmonson / D.B.
29 janvier 2013
Oui, les Spice Girls ont interviewé Mika Häkkinen et David Coulthard
© Sutton Images
Agrandir

Les dévoilements sont des événements parfois étranges. ESPN présente quelques-uns des plus mémorables de la F1.

1997 : McLaren MP4-12

En termes de mises en scène spectaculaires, on peut se demander si celle de McLaren en 1997 pourra un jour être battue. Les Spice Girls, Jamiroquai et des quantités impressionnantes de neige carbonique ont accueilli la MP4-12 lors d'une cérémonie à l'Alexandra Palace de Londres. Mais cette extravagance avait aussi comme objectif de présenter la nouvelle robe argent de la voiture, qui remplaçait la fameuse robe blanche et rouge. La monoplace elle-même avait préalablement été dévoilée à des journalistes lors d'un événement modeste, mais sa couleur était alors orange papaye (en référence aux premières voitures de Bruce McLaren) pour maintenir le suspense sur sa véritable apparence. Sous les projecteurs de l'Alexandra Palace, Sporty Spice trouvait la voiture "sexy". C'est en 2006 que McLaren adoptait le remarquable look 'chrome', toujours utilisé de nos jours et toujours aussi impressionnant.

1999 : BAR 01

Chez BAR, il y avait deux robes pour la même voiture
© Sutton Images
Agrandir

La robe de la BAR a été un grand sujet de discussion lors du dévoilement de la première voiture de l'équipe, en 1999, car il n'y en avait pas une mais plutôt deux. L'équipe appartenait à un manufacturier de tabac qui pensait promouvoir deux marques de cigarettes en apposant une livrée différente sur chaque voiture. Jacques Villeneuve avait une monoplace blanche et rouge, Ricardo Zonta une bleue. Toutefois, la FIA n'avait aucune intention d'autoriser ce stratagème et insistait pour que les deux voitures soient identiques ; BAR devait faire un choix. La solution de l'équipe était très originale : chaque côté de la voiture portait une livrée différente, et un dessin de fermeture à glissière couvrait le centre de la monoplace sur sa longueur. La FIA n'a pas apprécié et la controverse a vite attiré l'attention. Mais une livrée originale ne rend pas une voiture plus compétitive pour autant ; BAR n'a marqué aucun point cette année-là.

2008 : Force India VJM01

Une cérémonie étoilée pour Force India
© Sutton Images
Agrandir

Lorsque Vijay Mallya a pris le contrôle de l'écurie Spyker à la fin de 2007, le milliardaire indien a décidé de complètement changer l'identité de l'équipe : dès 2008 elle se nommait Force India et courrait sous licence indienne. Cependant, la VJM01 n'était pas véritablement une nouvelle voiture puisqu'il s'agissait d'une version modifiée de la Spyker de l'année précédente. Cela n'a pas empêché Mallya d'organiser une présentation impressionnante à Mumbai. Adrian Sutil et Giancarlo Fisichella ont dévoilé la voiture sur une scène construite devant la Porte de l'Inde ; ensuite, tout le gratin de Bollywood s'est dirigé vers le yacht de Mallya pour fêter ça. La monoplace n'a pas récolté un seul point au cours de la saison 2008.

2005 : Jordan EJ15

Bons baisers de Russie : la dernière Jordan
© Sutton Images
Agrandir

La formule employée par l'écurie Jordan avait toujours été très simple : la voiture devait être peinte en jaune et entourée de femmes légèrement vêtues. Mais en 2005, l'équipe avait été achetée par un investisseur russe, alors le dévoilement a eu lieu sur la Place Rouge à Moscou. Et puisque l'événement s'est déroulé en février, tout le monde état bien habillé. Une mince couche de neige couvrait la Jordan EJ15 alors que Narain Karthikeyan et Tiago Monteiro levaient le voile. Ensuite, la fête s'est déplacée à l'intérieur où des femmes légèrement vêtues ont dansé jusqu'aux petites heures du matin. Eddie Jordan avait la mine un peu triste puisqu'il s'agissait de la dernière fois que son nom apparaissait sur la voiture ; il avait vendu son équipe au Midland Group au cours de l'hiver et le changement de nom serait effectif l'année suivante. La voiture a passé la saison 2005 en fond de grille, mais Monteiro est parvenu à monter sur le podium du ridicule Grand Prix des États-Unis, 3e à l'arrivée d'une course à six voitures.

1974 : Hesketh 308

Un ourson comme mascotte pour Hesketh
© Sutton Images
Agrandir

Hesketh Racing a enfreint toutes les règles lorsque l'équipe a dévoilé sa voiture, un matin frileux de janvier 1974, avec rien de plus qu'un ourson en peluche et un peu de whisky. L'homme derrière toute l'opération, Lord Alexander Hesketh, avait invité les médias du monde à son domaine. Il était très grippé, mais grâce à une bonne dose de whisky médicinal, il a néanmoins livré son discours. Hesketh en a aussi profité pour lancer la campagne 'Soutenez les ours britanniques' et présenter la mascotte Super Bear. La signification de tout cela était assez nébuleuse à l'époque ; ce l'est toujours aujourd'hui. Dans le préambule d'un livre distribué aux journalistes, portant le titre L'Histoire très censurée de Hesketh Racing, le patron a reconnu qu'il était considéré comme un "bouffon très riche ayant étonnamment peu de sens" mais qu'il était confiant pour l'avenir de son équipe, ajoutant que "les ours vont se reproduire à un rythme jusqu'ici inconnu dans l'Histoire britannique." Comme dévoilement étrange, c'est assez difficile à battre.

2007 : Honda RA107

Honda lance sa campagne de sensibilisation
© Sutton Images
Agrandir

Au Musée d'histoire naturelle de Londres, Honda a inauguré la livrée Earth Dreams (Rêves pour la Terre) de sa RA107 devant des spectateurs quelque peu étonnés. Une photo du monde couvrait l'entièreté de la monoplace, dépourvue des logos des sponsors de l'équipe, dans l'espoir de sensibiliser les gens aux besoins environnementaux de la planète. Les patrons ont présenté cela comme une nouvelle forme de sponsorisation en F1 : les compagnies devaient faire un don à un organisme de protection de l'environnement pour être associées à l'équipe et ensuite apparaître sur son site internet. Plusieurs observateurs étaient sceptiques, surtout que la F1 était carbone-neutre depuis 1997 et que la FIA soutenait déjà le projet environnemental Scolel Te en Amérique du Sud. Mais l'idée, c'était de passer un message vert au public. Sa robe était originale, mais la voiture n'était pas compétitive ; Honda allait quitter la F1 deux saisons plus tard.

2003 : Sauber C22

La Sauber était sur la glace
© Sutton Images
Agrandir

En 2003, Sauber a dévoilé sa voiture sur la plus inadéquate des surfaces pour une F1. Il est rare que l'équipe suisse se prête aux cérémonies glamour, mais elle a fait une exception pour son 10e anniversaire dans la discipline en présentant sa C22 au centre d'une patinoire de Zurich. Heureusement, aucune démonstration n'était au programme pour la monoplace (elle avait déjà bouclé de nombreux kilomètres en piste), mais des patineurs acrobatiques étaient du spectacle. Heinz-Harald Frentzen et Nick Heidfled sont parvenus à rester debout pendant toute la cérémonie. Le patron Peter Sauber espérait "pourchasser les trois écuries de pointe et, si possible, s'emparer de la 4e place (des constructeurs) devant Renault." L'équipe a conclu la saison à la 6e place, mais pouvait se féliciter d'être montée sur le podium du Grand Prix des États-Unis à Indianapolis.

2001 : Toyota TF101

La première Toyota n'a jamais été vue en course
© Sutton Images
Agrandir

Toyota a présenté sa toute première monoplace de Formule 1, en 2011, en sachant qu'elle ne participerait jamais à un Grand Prix. Sur le circuit Paul Ricard, la TF101 a été dévoilée aux médias par son duo de pilotes Allan McNish et Mika Salo. Un peu plus tard dans la journée, pour le bénéfice d'une opération de relations publiques, la voiture était en piste en compagnie d'une GT-One Le Mans et d'une Corolla de rallye. Au cours de l'année, la monoplace a bouclé 22 967 kilomètres d'essais sur 11 circuits à travers le monde ; les données ainsi recueillies ont servi à développer la TF102, soit la voiture utilisée en course pendant le championnat 2002. Lors du lancement de la TF101, Ove Andersson, le président de Toyota Motorsport, avait pris soin de préciser qu'il fallait plus qu'un "gros carnet de chèques" pour gagner des courses. Il avait absolument raison puisque Toyota a connu des difficultés tout au long de ses huit saisons ; l'entreprise japonaise quittait la F1 fin 2009 sans aucune victoire.

2001 : Minardi PS01

Mieux vaut tard que jamais....
© Sutton Images
Agrandir

Difficile d'avoir plus tardif comme cérémonie de présentation : la Minardi PS01 a été dévoilée la veille du premier week-end de course du championnat 2001. Le paddock de Melbourne reprenait officiellement vie le jeudi, le voile s'est levé sur la Minardi le mercredi, moins de 24 heures avant le début de la saison. Les pilotes Fernando Alonso et Tarso Marques ont présenté une des voitures devant le parlement de l'état de Victoria. Pendant ce temps-là au circuit, les mécanos et ingénieurs s'affairaient à monter l'autre voiture dans le garage Minardi. C'est donc assez remarquable qu'Alonso soit parvenu à terminer 12e du Grand Prix d'Australie quatre jours plus tard (abandon pour Marques). Toutefois, la PS01 n'a pas ramené un seul point à l'équipe sur la durée du championnat.

2011 : McLaren MP4-26

La McLaren a été assemblée en public
© Sutton Images
Agrandir

Alors que la majorité des équipes dévoilaient leurs voitures dans la voie des stands lors des premiers essais de pré-saison, McLaren a choisi de faire les choses autrement : la voiture de 2011 a été assemblée sur le Potsdamer Platz de Berlin devant une foule à moitié congelée. Des gens parmi le public apportaient des pièces qu'ils déposaient entre quatre pneus pendant que les mécanos de McLaren montaient la voiture. Lewis Hamilton et Jenson Button ont également traversé la foule pour venir voir le travail de plus près. "Je pense que le public a vu quelque chose d'unique, quelque chose qui n'avait jamais été fait auparavant", a dit Hamilton. Plus tard, la McLaren s'est montrée problématique pendant les essais de pré-saison ; une révision du système d'échappement en a fait une voiture compétitive juste à temps pour la première course.

Laurence Edmondson est éditeur-adjoint d'ESPNF1

© ESPN Sports Media Ltd.

flux RSS flux RSS: ESPN Staff