• Marché des pilotes

Beaucoup à considérer...

ESPN Staff
26 janvier 2013
Paul di Resta attend toujours de connaître le nom de son coéquipier chez Force India
© Sutton Images
Agrandir

Alors que les présentations des monoplaces 2013 sont sur le point de débuter, les écuries Force India, Caterham et Marussia n'ont toujours pas complété leur duo de pilotes titulaires pour la saison. Prendre son temps n'est pas inhabituel en soi pour ce type de décision, mais pour ces équipes, cet exercice revêt une importance particulière cette année.

Chez Force India, les considérations semblent autant politiques que financières. Des pilotes profitant du soutien de sponsors, tels Adrian Sutil et Bruno Senna, sont toujours disponibles. Mais le pilote de réserve de l'équipe, Jules Bianchi, est membre de l'académie de formation de Ferrari et ce lien pourrait être décisif si l'écurie décide de passer du V8 Mercedes au V6 Ferrari en 2014. En fait, les changements prévus pour 2014 pèsent lourd sur le choix de 2013.

La prochaine réglementation, surtout en ce qui concerne les nouveaux moteurs et d'autres aspect techniques, signifie qu'il y a une grande opportunité à saisir pour toutes les équipes. On se souviendra que Red Bull avait profité d'une telle occasion en 2009 : la monoplace RB5 est à la base des voitures qui ont permis à l'écurie de remporter trois championnats consécutifs depuis 2010. Pour les équipes qui ne sont pas encore en mesure de viser des victoires, les changements prévus pour 2014 sont un dilemme.

Force India est une équipe bien établie au centre du peloton depuis trois ans. Mais puisqu'elle n'a pas les ressources financières des écuries de pointe, un changement drastique dans les règlements techniques est sa seule opportunité de rapidement bondir vers l'avant. Surtout que la saison dernière a démontré à quel point le centre du peloton est compétitif : Force India a marqué 40 points de plus qu'en 2011 et pourtant elle a perdu une place dans le championnat des constructeurs. Alors, comment doit-elle aborder 2013 ?

L'équipe connaît déjà bien les qualités de Sutil, qui a couru plusieurs années sous sa bannière avant de s'absenter du paddock en 2012 ; son expérience est clairement plus grande que celle de Bianchi et elle apporterait davantage en piste. Mais depuis deux ans, Force India à l'habitude de donner une promotion à son pilote de réserve. Et si les chances d'obtenir un moteur Ferrari en 2014 sont plus grandes si Bianchi est titularisé cette année, il est possible que les patrons choisissent de prendre le risque de 'sacrifier' la saison 2013 en espérant mieux préparer le terrain de 2014.

Chez Caterham, il faut choisir entre une référence pour Pic ou des fonds pour préparer 2014
© Sutton Images
Agrandir

Dans le cas de Caterham, une décision similaire est en cours mais elle porte plutôt sur les finances de l'équipe. Ayant déjà élu un pilote soutenu par des sponsors, soit Charles Pic, il est possible que Caterham continue avec l'expérimenté Heikki Kovalainen, ou peut-être choisira-t-elle un autre pilote capable d'apporter une contribution significative grâce à ses sponsors. Vitaly Petrov correspondait déjà à ce profil, mais la continuité n'est pas sûre pour lui puisque d'autres candidats sont considérés.

En embauchant un pilote d'expérience, Caterham améliore ses chances de conserver sa 10e place dans le championnat des constructeurs, ce qui lui rapporte plusieurs millions de dollars. En engageant un autre pilote payant, l'équipe met sa 10e place à risque mais pourrait dépenser des fonds supplémentaires dès cette année sur le développement de sa monoplace 2014, une saison qui pourrait lui permettre de s'imposer dans le milieu du peloton et enfin marquer des points.

"Il y a différentes options", avait expliqué Cyril Abiteboul, le patron de l'équipe, sur le site officiel de la F1 à la mi-décembre. "Une option serait d'engager quelqu'un qui pourrait apprendre des choses (à Pic) et servir de référence pour lui et pour ce que nous voulons accomplir avec nos deux pilotes. Une autre option, plus radicale, c'est de dire que 2013 sera une année de transition qui servira à bâtir l'équipe davantage et à atteindre une plus grande stabilité avant 2014, lorsque beaucoup de changements auront lieu au niveau de la voiture. Nous avons des candidats pour ces deux options et nous sommes près de prendre une décision."

Pourtant, plus d'un mois plus tard, aucune décision n'a encore été prise. Autre considération qui rend l'apport d'argent encore plus crucial : le coût des nouveaux moteurs V6 de 2014 sera, selon une source dans le paddock, "considérablement" plus cher que les 8 M€ (11 M$) payés actuellement pour les V8. Si les écuries de pointe ne s'inquiètent pas trop sur ce point, l'impact sera beaucoup plus grand sur le budget des équipes au centre et à l'arrière de la grille.

Marussia a déjà opté pour l'approche financière
© Sutton Images
Agrandir

Chez Marussia, le choix du principe à suivre à déjà été fait. L'expérimenté Timo Glock vient d'être remercié prématurément (à la surprise générale) car l'équipe dit ne pas avoir les moyens de le payer. Il est clair pour tous qu'un pilote payant sera choisi pour le remplacer ; avec Max Chilton, cela en fera deux chez Marussia. Reste à voir si ces fonds seront consacrés à viser la 10e place des constructeurs cette année ou à tout mettre sur 2014.

Rappelons que Williams a été critiquée pour avoir priorisé l'argent sur le talent au cours des deux dernières saisons. Mais la victoire de Pastor Maldonado, lors du Grand Prix d'Espagne 2012, pourrait avoir justifié cette approche en soulignant que pilote payant ne veut pas nécessairement dire moins talentueux, et que l'argent apporté une année sert dans le développement de la monoplace de l'année suivante. Et lorsque la voiture devient plus compétitive, le dernier morceau du casse-tête consiste à signer un pilote ayant un bon potentiel (c'est ce que Williams a fait cette année en confirmant Valtteri Bottas) et à espérer qu'il saura récolter en piste les fruits résultant de la tactique financière.

Cependant, quelle que soit l'approche priorisée par Force India, Caterham ou Marussia, il n'y a aucune garantie de succès. Mais ce qui est sûr, c'est que des décisions doivent être prises bientôt... en espérant qu'elles soient les bonnes.

© ESPN Sports Media Ltd.

flux RSS flux RSS: ESPN Staff