• Justice

Ecclestone, son temps serait-il compté ?

ESPN Staff
30 décembre 2012 « Le DRS limité ravit Räikkönen | Bianchi va découvrir Yeongam »

Bernie Ecclestone a admis dimanche dans le Daily Telegraph qu'il était prêt à quitter ses fonctions de grand patron de la Formule 1 si l'affaire Gribkowsky le rattrapait.

Gerhard Gribkowsky, l'ancien banquier de la banque BayernLB, a été condamné à huit ans et demi de prison pour abus de confiance, fraude fiscale et corruption au moment de la vente de la F1 à CVC Capital, la société qui détient les droits de la discipline depuis 2005.

Lors de son procès, l'Allemand avait accusé Ecclestone, le président de Formula One Management, de lui avoir versé un pot-de-vin de 45 millions de dollars pour qu'il favorise l'offre de CVC et l'avait décrit comme ''un complice.'' De son côté, le Britannique a toujours soutenu que Gribkowksy l'avait intimidé en menaçant de dénoncer de supposées irrégularités touchant un important trust familial.

Pour Ecclestone, l'affaire n'est toujours pas close car il est possible que les autorités allemandes déposent des plaintes contre lui. Si cela se produisait, il pourrait être obligé à tout lâcher. L'octogénaire a déclaré dans l'édition de dimanche du Daily Telegraph que ''CVC pourrait le forcer à partir si les Allemands en ont après lui. Cela semble évident si je me retrouve en prison."

Ses déclarations font suites à celles du président de Ferrari Luca di Montezemolo. L'Italien avait affirmé que Bernie Ecclestone devait mettre un terme à son "ère de one-man-show : "S'il est accusé, je pense qu'il sera le premier à faire un pas en arrière dans les intérêts de la Formule 1."

© ESPN Sports Media Ltd.

flux RSS flux RSS: ESPN Staff