• 82 ans et toujours jeune

Ecclestone pas encore retraité

ESPN Staff
5 décembre 2012 « Newey en retard sur sa RB9 | Bianchi va découvrir Yeongam »
Ecclestone a soufflé ses 82 bougies en octobre dernier à l'occasion du Grand Prix d'Inde
© Press Association
Agrandir

Bernie Ecclestone, 82 ans, ne pense pas à prendre sa retraite. Le patron de la FOM (Formula One Management) a encore ''un millier d'idées'' pour la catégorie reine du sport automobile.

Luca di Montezemolo, le président de la marque Ferrari, a égratigné Ecclestone il y a quelques jours en suggérant qu'il était devenu trop vieux, ajoutant ''qu'un âge avancé est clairement incompatible avec certains rôles et responsabilités."

Le grand argentier de la F1 ne se sent pas trop âgé pour diriger ce sport, il ''ne ressent pas ses 82 ans'' a-t-il affirmé à la Gazzetta Dello Sport. Preuve en est, il va travailler dans les prochains jours sur une de ses idées, faire revenir le Grand Prix de Turquie au calendrier 2013, à la place du GP d'Amérique au New Jersey, reporté à 2014.

Le circuit d'Istanbul avec son fameux virage n°8, visité entre 2005 et 2011, est en lice pour récupérer la place laissée vacante par la piste américaine sur le calendrier de l'an prochain. Alors que la France semble avoir lâché prise pour le moment, la Turquie pourrait retrouver sa place, perdue à cause de désaccords financiers et de faibles fréquentations dans les tribunes.

''Je vais me rendre à Genève, puis à Istanbul pour voir si nous pouvons faire revenir le Grand Prix de Turquie, et enfin au Conseil Mondial. Je ne vais pas m'arrêter, j'ai encore un millier d'idées", a-t-il ajouté au quotidien italien.

Grande admiration pour Enzo Ferrari

Bernie Ecclestone a aussi été interrogé sur les dires de di Montezemolo ; il ne lui en tiendra pas rigueur. "Ai-je l'air en si petite forme deux semaines après le Grand Prix des États-Unis, que j'ai en quelque sorte créé ? J'ai 82 ans, personne ne dira la contraire", reconnaît-il.

"Il y a longtemps, j'avais l'habitude de discuter avec un homme de 88 ans. Un homme qui me donnait des frissons en me parlant tant il était terriblement dur, incisif et tant il avait l'esprit clair. Cet homme, c'était Enzo Ferrari (décédé en 1988). Cependant, je respecte son opinion (celle de di Montezemolo). Je ne vais pas en faire un drame. Il m'a attaqué plus d'une fois, mais on finit toujours par se comprendre. Je n'ai pas de mauvais sentiments envers lui."

© ESPN Sports Media Ltd.

flux RSS flux RSS: ESPN Staff