• Rétro : 2009

Quand Brawn GP cassa le moule

ESPN Staff
16 février 2013
La Brawn BGP001 était une seconde plus rapide que ses rivales à la conclusion de ses premiers essais
© Sutton Images
Agrandir

Il y a quatre ans, lorsque l'écurie Brawn GP s'est présentée à la dernière période d'essais hivernaux de 2009, jamais le paddock ne s'attendait à être autant surpris. Le souvenir des semaines précédant le début de ce championnat fait encore sourire Jenson Button.

"Nous sommes sortis des stands et nous étions une demi-seconde plus rapides dès le premier tour", se remémore le pilote anglais, qui allait enfin devenir champion cette année-là. "Pour tout vous dire, c'était juste trop drôle."

Pourtant, une semaine plus tôt, il était encore incertain de voir l'équipe sur une grille de départ ; son niveau de compétitivité n'était donc pas la priorité. Lorsque Honda a décidé de quitter la F1 au début de décembre 2008, le constructeur japonais a mis son écurie en vente. Ce n'est qu'en mars qu'une entente a été conclue avec les dirigeants de l'équipe, dont le patron Ross Brawn et le PDG Nick Fry, qui devenaient alors propriétaires. Cela a permis d'officialiser, bien que tardivement, la participation de la 'nouvelle' écurie Brawn GP dans le championnat 2009.

Pendant la durée des négociations, le développement de la monoplace BGP001 continuait dans la soufflerie. Les données semblaient très prometteuses, mais il n'y avait aucune garantie que les résultats seraient similaires en piste. De plus, suite au retrait de Honda, l'équipe a dû se trouver un nouveau motoriste. Un accord a été signé avec Mercedes, mais il fallait alors modifier le châssis pour accommoder le moteur allemand. La tâche était loin d'être facile, car le vilebrequin de la Honda était 6mm plus bas que celui de la Mercedes. Toute la suspension arrière ainsi que la boîte de vitesses a dû être remontée pour réussir à l'installer.

Parmi les observateurs issus des médias, plusieurs pensaient que l'équipe allait manquer de temps pour modifier sa voiture et y insérer son nouveau moteur. Mais personne ne savait que Brawn GP s'était approprié un moteur Mercedes en cachette, avant même que l'entente soit signée, pour préparer à l'avance tous les changements qui devaient être apportés si le projet survivait. Mais en termes de temps disponible, cela demeurait néanmoins un grand défi à surmonter.

Mais la compétitivité de la BGP001 était loin d'être le fruit du hasard. Les origines de son plus important élément, soit un double diffuseur développé selon une interprétation du règlement poussée à l'extrême limite, peuvent être retracées à la saison 2007. La nouvelle réglementation prévue pour 2009 donnait aux équipes l'opportunité de revoir l'aérodynamique à partir d'une feuille blanche ; Honda et Ross Brawn voulaient en profiter au maximum. Lorsque Honda a fait l'acquisition de Super Aguri pour en faire son équipe satellite, elle a demandé aux ingénieurs de se pencher sur la nouvelle réglementation aérodynamique de 2009. Libres d'explorer et d'interpréter le règlement dans tous les sens, le groupe de travail a trouvé le trou dans le règlement qui permettrait d'exploiter l'arrière de la voiture.

Ross Brawn et son équipe éponyme étaient au centre de l'attention pendant les essais
© Sutton Images
Agrandir

Au début de 2008, Honda a réalisé que sa monoplace RA108 était une cause perdue. L'équipe a décidé d'investir toutes ses ressources sur le développement de la voiture 2009, sans savoir que le conseil d'administration du constructeur japonais songeait à quitter la Formule 1 à la fin de l'année. Au cours de l'été 2008, les données récoltées indiquaient que les appuis de la future voiture seraient nettement supérieurs aux prévisions, plus encore que les niveaux censés être atteints grâce à la réglementation de 2009.

Ross Brawn a même abordé le sujet lors d'une réunion du groupe de travail technique. Toutefois, certains rivaux ne souhaitaient pas colmater le trou dans le règlement puisqu'ils exploraient également cet angle. Cela signifiait que le double diffuseur en cours de développement chez Brawn GP demeurerait légal, du moins selon le libellé du règlement technique tel qu'il était à ce moment. La porte était donc grande ouverte pour que l'équipe puisse profiter du travail effectué par les ingénieurs de Super Aguri sous la direction des patrons de Honda. Brawn ne ressentait pas le besoin d'aborder le sujet une deuxième fois auprès de ses confrères du paddock.

Cependant, lorsque le conseil d'administration de Honda a décidé de se retirer de la F1 à la fin de la saison 2008, Brawn devait alors prioriser la survie de l'équipe et non son potentiel de performance. Malgré la confiance qui régnait au sein du personnel en ce qui concernait la monoplace, aucun d'entre eux ne savait si la voiture allait réellement courir un jour.

Les premiers essais hivernaux de 2009 ont révélé que Williams et Toyota avaient développé leurs propres concepts de double diffuseurs, similaires à celui de Honda. Mais après avoir vu les chronos, les ingénieurs de la future écurie Brawn GP demeuraient confiants de signer des temps supérieurs... si jamais leur voiture se retrouvait en piste. Une fois toutes les transactions réglées, ce jour est finalement arrivé le 6 mars lorsque l'écurie - maintenant renommée Brawn GP - s'est rendue sur le circuit de Silverstone. C'est lors d'un jour très frais, avec le personnel installé dans une tente, que la nouvelle voiture a fait ses premiers tours de roue lors d'une séance privée.

Les premières impressions étaient bonnes, mais il n'y avait aucune façon de savoir avec exactitude quel serait son véritable niveau de compétitivité. Du moins, pas avant d'arriver à Barcelone, le 9 mars, pour la dernière période d'essais hivernaux. L'équipe, après avoir investi autant d'efforts malgré toute l'incertitude, n'allait pas être déçue.

Jenson Button et Brawn GP, champions du monde en 2009
© Sutton Images
Agrandir

Dès les premiers tours, la BGP001 s'est montrée 0''6 plus rapide que ses rivales. À la conclusion de la dernière journée d'essais, le chrono de Button était plus d'une seconde plus rapide que les autres. Mais plusieurs observateurs étaient toujours sceptiques car la tactique de rouler avec une voiture très légère, question de signer d'excellents chronos dans l'espoir d'attirer des sponsors, était bien connue. De plus, les flancs blancs de la monoplace Brawn, dépourvue de logos, semblait appuyer cette possibilité. Button, quant à lui, n'avait aucun doute : sa nouvelle voiture avait le potentiel de remporter des courses.

"Je n'ai eu besoin que de cinq tours pour comprendre qu'elle était constante, fiable et tout simplement incroyablement rapide", a-t-il plus tard déclaré. "Rien n'a été de travers. Habituellement, lorsque vous assemblez la voiture pour la première fois, la carrosserie n'est pas tout à fait parfaite. Elle peut être trop près des échappements, ce qui peut la brûler, ou certaines choses peuvent surchauffer. Il y a toujours des pépins, mais la BGP001 était parfaite. C'était presque incroyable, surtout quand on sait que la voiture a été modifiée et reconstruite sur une période de quelques semaines pour pouvoir accommoder le moteur Mercedes. Je n'avais jamais piloté une voiture comme celle-là. C'est à ce moment que j'ai su que la saison 2009 s'annonçait très amusante."

En fait, 'amusante' peut être considéré un euphémisme. Button a remporté six des sept premiers Grands Prix de la saison 2009 ; c'est grâce à cette fondation qu'il allait remporter le championnat des pilotes. Ajoutez à cela les deux victoires de son coéquipier Rubens Barrichello. Et pour couronner le tout, l'écurie Brawn GP, dont le rêve a failli s'effondrer plusieurs mois plus tôt, était championne du monde. Un véritable conte de fées. Ces triomphes ont mené à une entente avec Mercedes, qui en faisait son équipe officielle dès l'année suivante.

Partie de loin, l'ascension de l'écurie Brawn GP, qui n'aura existé qu'une seule année sous cette bannière, a été mémorable. Depuis, aucune équipe n'a été en mesure de débloquer un si grand avantage si tôt dans la saison, et encore moins dans des circonstances aussi difficiles.

Il y a très peu de chances qu'un tel revirement se produise cette année. En fait, c'est tout le contraire car le plateau 2013 semble aussi serré que celui de l'an dernier, sinon davantage. Mais le règlement technique de 2014 annonce de très grands changements, alors toutes les équipes cherchent actuellement à trouver le truc qui leur permettra de surprendre ses adversaires et - peut-être - de vivre sa propre histoire à la Brawn GP. Les essais hivernaux de 2014 risquent d'être très intéressants...

© ESPN Sports Media Ltd.

flux RSS flux RSS: ESPN Staff