James Hunt  Grande-Bretagne

  • Nom complet James Simon Wallis Hunt
  • Né le 29 août 1947
  • Lieu de naissance Belmont, Surrey, Grande-Bretagne
  • Date de décès 15 juin 1993 (45 ans et 290 jour(s))
  • Lieu de décès Wimbledon, Grande-Bretagne
  • Équipes Hesketh, March, McLaren, Wolf
driver portrait
Statistiques par année
Année Voiture Race Démar Vic Pod Class Meill Pole Front Meill Tour CdC Pts Pos
1973 March 8 7 0 2 6 2 0 0 4 2 0 14 8
1974 March, Hesketh 15 15 0 3 6 3 0 1 2 0 0 15 8
1975 Hesketh 14 14 1 4 8 1 0 1 2 1 0 33 4
1976 McLaren 16 16 6 8 10 1 8 11 1 2 1 69 1
1977 McLaren 17 17 3 5 9 1 6 10 1 3 1 40 5
1978 McLaren 16 16 0 1 6 3 0 1 2 0 0 8 13
1979 Wolf 7 7 0 0 1 8 0 0 8 0 0 0 -
Total 93 92 10 23 46 1 14 24 1 8 2 179
Course Circuit Date
Première Grand Prix de Monaco Monaco 3 juin 1973 Résultats
Dernière Grand Prix de Monaco Monaco 27 mai 1979 Résultats
Fiche

Si vous recherchiez la quintessence du pilote de course britannique excentrique, qui vivait sa vie à fond autant sur la piste qu'ailleurs, il se peut que James Hunt surpasse vos attentes.

Dans sa jeunesse, il était rebelle et hyperactif. Il l'était d'autant plus comme homme, et de plus, il était incapable de cacher ses émotions. Il voulait tout avoir, il a tout eu : le glamour, les femmes, l'alcool et le titre de champion du monde. Un phénomène.

Issu d'une famille aisée, Hunt a développé son talent pour les sports de raquette dans un premier lieu. Beau gosse, son succès auprès de la gente féminine lui donnait un air invincible. Mais lorsqu'il a vu sa première course automobile, à 18 ans, il a décidé que son objectif serait de devenir champion du monde. Ses parents ne partageaient pas son enthousiasme, donc il a dû se débrouiller seul. Il a piloté une Mini sur un budget minime avant d'atteindre la Formule Ford. Puisqu'il cassait souvent ses montures, Hunt dépensait une bonne part de son budget sur des réparations.

La chance lui souriait. Citons l'exemple de cet accident en Formule Ford ayant projeté sa monoplace dans un lac. Hunt se serait probablement noyé si sa voiture avait été équipée de ceintures de sécurité adéquates, ce qu'il ne pouvait se permettre vu ses finances.

En Formule 3, les voitures étaient plus rapides donc les accidents plus grands. Hunt n'a jamais été à l'aise avec cela. Tout au long de sa carrière, tant sa nervosité était grande, il vomissait fréquemment avant de s'installer dans la voiture. Mais il gagnait des courses.

Toutefois, sa réputation de rebelle le suivait toujours : suite à une collision, il a traversé la piste à pied pour pousser son adversaire au sol. Bien que redoutable comme adversaire sur la piste, sa nature imprévisible, son penchant pour la beuverie, son incapacité à maîtriser ses émotions, sa vie sexuelle débridée, sa vie personnelle perturbée, tous ces facteurs faisaient en sorte qu'un avenir en Formule 1 semblait plutôt improbable.

Pendant ce temps, un autre flamboyant et excentrique britannique, Lord Hesketh, s'amusait à diriger sa propre écurie éponyme. Il s'est dit que l'expérience serait encore plus amusante avec un type comme Hunt au volant d'une de ses monoplaces de F2. Leurs visions particulières du monde de la course automobile se rejoignaient. Et puisque l'équipe de Hesketh connaissait des succès moyens, autant dépenser sa fortune en F1 où les coûts étaient relativement similaires à ceux de la F2 de l'époque. L'équipe Hesketh Racing s'est donc inscrite en Formule 1 pour le championnat 1973, avec Hunt comme pilote ; le paddock les a vite qualifiés de fêtards inconséquents et sans crédibilité à la recherche de glamour.

Surprise, l'équipe a démontré un certain potentiel en grimpant sur le podium à deux reprises lors de sa première saison en F1, dont une 2e place pour Hunt lors du Grand Prix des États-Unis ; trois autres podiums ont suivi l'année suivante. Le championnat 1975 a vu la première victoire du pilote et de l'équipe à la conclusion du GP des Pays-Bas, devant la Ferrari de Niki Lauda. Grâce à d'autres podiums, Hunt a terminé la saison à la 4e place du classement des pilotes. Mais l'aventure Hesketh tirait à sa fin : faute d'argent, Lord Hesketh a mis un terme aux activités de son équipe.

Heureusement pour Hunt, le vice-champion Emerson Fittipaldi quittait McLaren pour rejoindre l'équipe Copersucar dirigée par son frère. Hunt étant le plus expérimenté des pilotes disponibles, il a été embauché par McLaren en 1976 et comptait régulièrement parmi les meneurs. Disqualifié en Grande-Bretagne, sa victoire annulée, il s'est retrouvé à 35 points de Lauda. Ce dernier a presque perdu la vie au Nürburgring lors d'une course dont Hunt a été le vainqueur. L'absence temporaire de son rival a permis à Hunt de réduire l'écart et quelques victoires aidant, son déficit n'était que de trois points au départ de la dernière course, le GP du Japon.

Vu les conditions de pluie torrentielle et de brume, Lauda a décidé de se retirer de l'épreuve peu après le départ ; Hunt devait alors terminer au moins 3e pour être titré. Il menait de loin mais sur une piste qui s'asséchait, sa McLaren perdait du terrain. Une crevaison l'a ensuite relégué à la 5e place. Déterminé, il a tout donné pour doubler Alan Jones et ensuite Clay Regazzoni pour s'emparer de la nécessaire 3e place et décrocher la couronne par un seul point. Mais sa première réaction fut un moment de rage, car il pensait que sa crevaison lui avait coûté le titre.

Ayant accompli son objectif d'être champion du monde, l'intérêt de Hunt envers la course a diminué au point où il a admis ne plus s'amuser comme auparavant. Ses trois victoires en 1977 ont précédé une saison sans succès en 1978. Lors d'une séance d'essais, fatigué par ses activités de la nuit précédente, il a garé sa monoplace sur le côté et s'est endormi. En 1979, il quittait McLaren pour rejoindre l'écurie Wolf, mais après avoir abandonné à Monaco il annonçait sa retraite avec effet immédiat.

Cependant, la F1 lui a rapidement manqué ; en 1980 Hunt est revenu à titre de commentateur pour la télé britannique. Il ne prenait pas son nouveau rôle au sérieux, buvant deux bouteilles de vin lors de sa première apparition, mais l'ancien champion s'est vite repris en main et s'est mérité une bonne réputation d'analyste. Ses propos bien sentis, francs et honnêtes, ont d'ailleurs augmenté sa popularité au cours de cette deuxième carrière qui aura duré 13 ans.

Ayant déjà vécu deux divorces, Hunt a demandé à sa copine Helen de l'épouser. Quelques heures plus tard, victime d'une crise cardiaque majeure, il décédait chez lui à Wimbledon le 15 juin 1993.

Son ancien confrère à la télévision, Murray Walker, a résumé la vie de Hunt ainsi : "James a plus fait en 45 ans que la plupart des gens font en 90."

Haut de la pageHaut

Magazines récents

Haut de la pageHaut

Dernières photos

13 mai 1979

4 juin 1978

Mario Andretti mène au départ devant James Hunt

23 octobre 1977

James Hunt en route pour la victoire au Grand Prix du Japon

     

Voir la liste complète des photos

Haut de la pageHaut