• Chronique ESPNF1 : Karun Chandhok

''L'art de finir fort''

Karun Chandhok 28 novembre 2012
Sebastian Vettel a remporté le titre après une course folle au Brésil
© Press Association
Agrandir
À lire aussi

Quel Championnat du monde complètement fou nous avons vécu ! Par le passé, le Brésil a donné à voir des courses à rebondissements. Mais celle du week-end dernier était la plus incroyable. Je pense que Bernie (Ecclestone, le président de la FOM) avait dans la main l'interrupteur pour faire pleuvoir et rendre la course plus attractive...

Le week-end a commencé comme on pouvait le prévoir avec Red Bull et McLaren les plus rapides. Le premier tour a été tout bonnement incroyable. Les McLaren se sont dégagées mais les Red Bull ont eu de nombreux problèmes alors que les Ferrari étaient supers rapides. Ce que les gens ne réalisent pas forcément ce qu'avant le départ, il y a de l'information échangée concernant les rapports de boîte qui sont nécessaires au pilote pour bien s'élancer. Or sur une piste humide, les bons rapports de boîte sont très difficiles à trouver. Fernando (Alonso) s'est très bien débrouillé en passant par l'extérieur alors que Sebastian (Vettel) s'est fait enfermer et au quatrième virage le champion du monde s'est retrouvé en sens inverse au milieu du paquet.

Le top 10 des meilleurs pilotes et des meilleurs moments de Karun

© Sutton Images
  • Pilotes :
    1. Fernando Alonso
  • 2. Lewis Hamilton
  • 3. Kimi Räikkönnen
  • 4. Sebastian Vettel
  • 5. Nico Hülkenberg
  • Course de l'année :
    Austin
  • Meilleur moment :
    Kimi Räikkönnen sur l'ancien banking d'Interlagos !

Ensuite, Bruno (Senna) a heurté l'arrière de Sebastian. Ce fut un impact assez fort et j'ai été impressionné de voir que la suspension arrière de la Red Bull n'a pas été endommagée. Ce moment, lorsque vous faites les frais d'un contact et que vous remettez la première vitesse pour repartir, est horrible. Je peux vous assurer que Sebastian a dû respirer un grand coup quand il a vu que la voiture pouvait repartir. Le destin était vraiment sa faveur.

Les Ferrari ont eu des problèmes par des températures plus froides que d'habitude. Elles n'ont pas réussi à faire monter la température de leurs pneumatiques. Pendant la course, je me suis demandé si Fernando n'aurait pas dû suivre l'option choisie par Jenson et Nico Hülkenberg, c'est-à-dire de rester en pneumatiques pour le sec. Cette phase de la course était vraiment incroyable. Il était impossible de déterminer quel pneumatique était le bon et le pari qu'ont pris Jenson et Nico de rester en pneumatiques pour le sec et d'attendre l'arrêt de cette brève averse a vraiment bien fonctionné.

Au final, il y a eu trois ou quatre tours où ils ont été plus lents que les voitures qui étaient en pneumatiques intermédiaires. Si bien que pendant le temps où tout le monde est rentré au garage pour changer de pneumatiques, les deux leaders ont pris 45 secondes d'avance. Le talent et la concentration nécessaires pour piloter en pneumatiques pour le sec alors que la piste est humide sont de premier ordre et ces deux gars ont démontré qu'ils avaient une grande classe.

La Voiture de Sécurité a mis un terme à l'avantage qu'ils avaient creusé. Cependant, j'ai apprécié de voir une Force India capable de telles performances. Nico était plus rapide que Jenson lors de cette phase de la course et jusqu'à ce que Lewis (Hamilton) ait été mis dehors après que la course a repris, il avait semblé contrôler totalement les événements. L'incident à la fin, c'est vraiment dommage pour les deux pilotes. Il était clair que Jenson, Lewis et Nico étaient au-dessus du lot. Après le nouveau départ, ils ont toujours été une demi-seconde plus rapides que les Ferrari qui étaient derrière eux. Alors cet accrochage, c'est vraiment dommage pour eux.

Les Ferrari ont bien bénéficié de ce fait de course en montant sur le podium à la fin d'une saison qui était longue et difficile pour une équipe qui n'a pas arrêté d'essayer de rattraper son retard. Et Vettel ? Eh bien, après son premier tour dramatique il est démontré ce qu'était un triple champion du monde en gardant son calme, en ne lâchant jamais et donnant tout pour revenir sur la tête. En plus de cela, il a perdu sa radio et ne pouvait plus communiquer avec son équipe. Dans des circonstances normales, c'est déjà très irritant, mais lorsque le temps est variable, c'est peut-être la différence entre un exploit est un désastre ! Il a eu de la chance que les dommages occasionnés à sa voiture n'ait pas coûté plus cher. Il était même très rapide sous la pluie. Ses problèmes de communication ont fait qu'il a roulé en intermédiaires à un moment où c'était vraiment le mauvais choix. Alors il a dû faire un arrêt supplémentaire pour changer de nouveau. Au final tout a fonctionné pour son équipe et Sebastian a pu terminer à une place, la 6e, qui lui permettait de remporter le Championnat. Red Bull avait, au cas où, Webber encore devant lui et aurait pu l'utiliser comme joker mais cela n'a pas été nécessaire.

Karun Chandhok gives his views exclusively to ESPNF1 at the end of every grand prix weekend

© ESPN Sports Media Ltd.

flux RSS flux RSS: Karun Chandhok

Karun Chandhok Close
0 Karun Chandhok gives his views exclusively to ESPNF1 at the end of every grand prix weekend Karun Chandhok is one of just two Indians to sit on a Formula One starting grid, making his debut in 2010 with HRT. A motor sport fan since he was a kid, in his first year in the paddock he quickly built up a solid reputation, not only as a driver, but also as an impeccable source of F1 trivia. Now he draws on both his first-hand experience and his extensive knowledge to offer his views on the sport he loves.