• GP du Brésil

Button gagne et sacre Vettel

Vivien Frappier
25 novembre 2012

Sebastian Vettel est devenu le plus jeune triple champion du monde de l'Histoire de la Formule 1 au terme d'un GP du Brésil déjà légendaire et remporté par Jenson Button devant Fernando Alonso et Felipe Massa.

Le pilote Red Bull peut remercier sa bonne étoile. Mis en tête-à-queue par Bruno Senna au premier virage, il n'est pas passé loin de la catastrophe. Sa RB8 endommagée au niveau du fond plat, l'Allemand se retrouvait en fond de trafic avant de faire son retard puis gérer sa course malgré la pression et la tension. Le chaos, la pluie (tombée en début et en fin de course), la Voiture de Sécurité et même le risque-tout Kamui Kobayashi n'auront rien pu faire pour empêcher Vettel de se parer de lauriers pour la troisième année consécutive. Vettel est champion pour trois points. Il en aurait été autrement si Button n'avait pas occupé la première place dans cette course.

Alonso, lui, a bien tout tenté. Auteur d'un très bon départ dans le sillage de son équipier déchaîné pour son GP national, l'Espagnol échoue, au final, à trois points du champion. Emmené par un Brésilien totalement survolté et submergé par les larmes à l'arrivée, Nando ne peut rien regretter. Trop loin du vainqueur du jour, l'Asturien a, une fois de plus, tiré le maximum d'une F2012 inférieure à sa rivale RB8. La deuxième place de Ferrari au championnat constructeurs sera certainement une maigre consolation.

Button les collectionne

Éliminé de la course au titre depuis près de deux mois, Jenson Button a bouclé sa saison 2012 en beauté. Auteur d'un départ propre, le Britannique se faisait cependant surprendre quelques virages plus tard par Nico Hülkenberg qui allait également croquer Lewis Hamilton. Troisième la majeure partie de la course, le champion du monde 2009 profitait d'un accrochage entre son équipier et le pilote Force India pour prendre la tête et ne plus la lâcher à environ 20 tours de l'arrivée. Après l'Australie et la Belgique, le futur leader de l'écurie McLaren accroche une troisième victoire en 2012. Button s'impose en étant le seul à l'arrivée ne s'étant arrêté que deux fois. Il avait pris le pari, en début de course, à la tombée de la première averse, de rester en pneus slicks.

Jenson Button devant Fernando Alonso et Felipe Massa sur le podium © Sutton Images
Agrandir

Une victoire qui n'aura pas suffi aux hommes de Woking pour s'emparer du titre de vice-champion des Constructeurs. Aux commandes du GP devant l'Allemand de Force India, le futur pilote Mercedes se faisait sortir par la VJM-05. Revenu à pied dans le paddock, une ovation attendait cependant le protégé de Ron Dennis en hommage à son long travail avec McLaren. Grand animateur de la première partie, Nico Hülkenberg se voyait contraint d'observer dix secondes de pénalité suite à sa manœuvre pour finalement se classer cinquième.

Schumacher reçu sept sur sept

La nostalgie était grande quelques minutes avant le départ sur la grille de départ à l'abord du dernier Grand Prix de Michael Schumacher en Formule 1. Comme à son habitude, le Kaiser a fait le spectacle, s'offrant une dernière lutte avec son ami Kimi Räikkönen (10e à l'arrivée). Parti en quatorzième position sur la grille de départ, l'Allemand se classait septième sous le drapeau à damiers après avoir bataillé avec Mark Webber (4e à l'arrivée) ou encore. Un clin d'œil pour l'Allemand qui a raflé sept titres tout au long de sa carrière et qui manquera à beaucoup de personnes l'an prochain dans le paddock, à commencer par son complice, Ross Brawn, ému.

"Merci et au revoir", adressé à Michael Schumacher avant son dernier GP
© Press Association
Agrandir

Les trois Français, eux, feront normalement tous partis du plateau 2013. Alors que l'avenir de Romain Grosjean au sein de l'écurie Lotus n'a pas encore été officialisé, Sao Paulo a viré au cauchemar. Après avoir été éliminé dès la Q1 samedi, le pilote d'Éric Boullier a pris un bon envol avant de nouveau s'accrocher après cinq tours. Les discussions s'annoncent compliquées en vue d'une prolongation de contrat.

Confirmé chez Toro Rosso, Jean-Éric Vergne a pour sa part terminé en beauté. Huitième derrière la Voiture de Sécurité au bout des 71 tours, JEV a confirmé son bon rythme en course et aurait même pu faire mieux si ses ingénieurs n'avaient pas opté pour des choix de pneumatiques jugés mauvais pendant l'après-midi.

Charles Pic a également offert une belle partition, pour sa dernière apparition chez Marussia avant de rejoindre Caterham, le natif de Montélimar a largement dominé son équipier pour terminer en douzième position, passé sur le fin par la… Caterham de Vitaly Petrov qui offrait à son équipe la 10e place des Constructeurs.

La conclusion du Championnat 2012 aura été à l'image d'une saison qui a vu huit vainqueurs différents et qui s'est terminée par un duel à distance à couper le souffle dans les faubourgs de Sao Paulo.

© ESPN Sports Media Ltd.

flux RSS flux RSS: ESPN Staff