En 2004, le Royaume de Bahreïn est le premier pays du Moyen Orient à acceuillir un Grand Prix de F1. L'île, qui est à peine plus grande que l'île de Man, a un seul circuit, le Circuit International de Bahreïn, conçu par Hermann Tilke.

Bien qu'agréable à conduire, le circuit, avec ses longues lignes droites suivies de virages serrés - particulièrement le premier - dans le plus pur style Tilde, est souvent critiqué pour ne pas pénaliser les pilotes qui font des sorties de piste. Ses grandes aires de dégagement en font l'un des circuits les plus sûrs du monde, à tel point qu'il reçu le prix de la "FIA Institute Centre of Excellence award" pour répondre à des standards de sécurité optimums et pour ses installations médicales.

Craignant que le GP ne soit pas prêt pour 2004, les organisateurs tentent d'annuler la course, mais Berie Ecclestone s'y oppose et, bien que les installations soient incomplètes, la course a lieu. Pour éviter que le sable ne vienne se répandre sur la piste et la rendre impraticable, les organisateurs pulvérisent un produit adhésif autour de la piste. Le revêtement est resté impeccable.

La course est considérée comme un événement national qui favorise le tourisme dans l'île. La course est disputée sous la bannière "Notre Peuple" et sous les acclamations des supporters locaux, qui se peignent le visage aux couleurs nationales. Les personnalités présentes ont formulé des critiques dans le passé, mais les organisateurs ont répondu qu'ils partaient de zéro et qu'il fallait du temps pour fidéliser les fans. En 2005, des billets gratuits sont offerts aux étudiants de l'université de Bahreïn - laquelle est située pas loin du circuit.

L'endroit où le circuit a été construit - à savoir en plein désert - peut poser des problèmes aux équipes et aux spectateurs. Le manque d'hôtels dotés d'une grande capacité d'accueil, par exemple, oblige les visiteurs à se loger dans la capitale Manama, laquelle se trouve à environ trente minutes en voiture du circuit. En 2009, les organisateurs annoncent un partenariat avec @Bahreïn pour développer les infrastructures globales du circuit. Le projet inclus aussi bien la construction de grands hôtels et de lieux de loisirs que le développement d'espaces reservés aux affaires et à l'éducation.

La premier Grand Prix de Bahreïn a été remporté par Michael Schumacher et Fernando Alonso est le premier pilote double vainqueur de cette course (2005,2006). Bien que la consommation d'alcool ne soit pas interdite au Bahreïn - contrairement aux règles en vigueur chez son voisin l'Arabie saoudite -, on ne donne pas de champagne aux pilote sur le podium. A la place, ils s'aspergent avec une boisson à l'eau de rose non alcoolisée appelée Waard.