Bien qu'il n'apparaisse pas sur le calendrier de l'ère moderne de la F1 avant 1985, le Grand Prix d'Australie est présent depuis 1928 dans l'histoire des sports mécaniques australiens. La première course eut lieu au Phillip Island Circuit en 1928 et fut remporté par Arthur Waite avec une Austin 7 modifiée. De 1964 à 1969, cet événement est le clou des Tasman Series et, entre 1957 et 1983, la course est, des années durant, l'une des manches du championnat hivernal d'Océanie. Depuis son arrivée dans le calendrier de la F1 en 1985, le Grand Prix d'Australie n'a connu que deux circuits : le circuit urbain d'Adélaïde et l'Albert Park de Melbourne. De 1985 à 1995, la toujours très attendue dernière course de la saison de F1 se déroule sur le circuit urbain d'Adélaïde. Etroit et sinueux, le circuit est souvent comparé à celui de Monaco et il réclame de la part des pilotes une grande maîtrise des rapports de vitesse.

En 1986, sur le circuit d'Adélaïde, le titre va se jouer entre Nigel Mansell, Nelson Piquet et Alain Prost. Les trois pilotes se tiennent en quelques points. Mansell obtient la pole position mais effectue un très mauvais départ. Une fois la fumée du départ dissipée, on retrouve Piquet en tête et Mansell en deuxième position - place qui assure au britannique le titre de champion du monde. Mais à 19 tours de la fin, c'est la catastrophe : un pneu de sa voiture explose dans la ligne droite et Mansell abandonne. Prost en profite pour remporter à la fois le GP et le deuxième de ses quatre titres de champion du monde.

En 1994, le monde de la F1 ne parle que de Damon Hill - nouveau héros des Britanniques - et de sa lutte avec Michael Schumacher pour le titre de champion du monde. Lors de cette dernière manche, Schumacher prendre rapidement la tête, lorsqu'au 35ème tour, il quitte la piste et va heurter le mur de sécurité. Dans une manoeuvre désespérée, il parvient à rejoindre la piste, mais entre collision avec Hill. Schumacher est forcé d'abandonner, mais Hill continue. Néanmoins, il devient vite évident que sa suspension avant est trop endommagée pour qu'il puisse aller au bout. Hill abandonne à son tour et Schumacher remporte le premier de ses sept titres, sans avoir marqué de points.

En 1993, Ron Walker, homme d'affaire très influent de Melbourne, commence à travailler avec le gouvernement d'état sur la possibilité de déménager le Grand Prix à l'Albert Park. Avant la fin de l'année, le changement de lieu est confirmé. Cette décision provoque une levée de boucliers : l'association "Sauvons Albert Park" refuse que ce parc public devienne un lieu privé pour seulement une semaine de compétition par an.

Le déménagement du GP constitue un fait historique dans l'histoire de la F1 : c'est la première fois qu'une nation acceuille le dernier GP d'une saison - celle de 1995 - et le premier de la suivante - celle de 1996. La première course se déroule sous la bannière "Melbourne, quel merveilleux endroit pour une course", slogan approuvé par les 401,000 spectateurs présents. Dans le premier tour, la Jordan de Martin Brundle est impliquée dans un accident spectaculaire : sa voiture est propulsée dans les airs et se brise en deux. L'accident et le sprint de Brundle jusqu'aux stands pour récupérer le mulet à temps avant le nouveau départ feront les gros titres des médias dans le monde entier.

Et ce n'est pas fini : en 1998, McLaren fait l'objet d'une condamnation générale quand David Coulthard, qui avait mené la course, rétrograde dans le dernier tour, en vertu d'un accord passé avec son coéquipier Mikka Hakkinen. Il était convenu que celui des deux qui négocierait en tête le premier virage de la course gagnerait le Grand Prix. Ce petit arrangement débouchera sur l'interdiction de donner des consignes d'équipe susceptibles de fausser la course.

2001 fut une année tragique. Le commissaire de piste Grahma Beveridge est tué par une roue qui s'est détachée lors de l'accident impliquant Ralf Schumacher et Jacques Villeneuve au 5ème tour. Ce drame amène les constructeurs à sécuriser les attaches de roues. L'année suivante, 11 des 22 partants sont éliminés dès le premier tour, suite à une série d'accidents, ce qui permet à Mark Webber, le local de l'épreuve, de finir cinquième pour sa première course en F1.

En 2006, Melbourne ne peut accueillir comme chaque année le Grand Prix d'ouverture, car la ville organise les Jeux du Commonwealth; mais l'année suivante, le premier GP de la saison est de retour en Australie. L'heure de départ du GP d'Australie a toujours été un problème et, jusqu'ici, les organisateurs ont réussi à rejeter les tentatives de Bernie Ecclestone d'imposer une course de nuit, pour que les européens puissent la voir à un horaire convenable. En 2008, un compromis est néanmoins trouvé : la course commencera à 17h00, heure locale. Un changement qui a, semble-t-il, assurer l'avenir de ce Grand Prix.