• Chronique ESPNF1 Karun Chandhok

La star, c'est Kimi

Karun Chandhok
8 novembre 2012
Kimi Räikkönen coupe la ligne devant Fernando Alonso et remporte la victoire © Sutton Images
Agrandir

Le Grand Prix d'Abou Dabi a été l'une des plus belles courses de l'année ! J'étais au commentaire pour ESPN Stars Sports pendant le week-end et je dois dire que j'ai dû reprendre mon souffle après cette course. Les infrastructures du circuit de Yas Marina et l'organisation de l'événement sont de tout premier plan, mais le circuit lui-même n'est pas le plus beau tracé pour courir. Les précédentes courses n'avaient pas vraiment marqué les esprits pour les dépassements ou pour l'intensité, mais cette année il en fut totalement autrement !

Alors que les trois pilotes qui ont terminé sur le podium ont mérité ce résultat, il ne fait aucun doute dans mon esprit que si Lewis Hamilton n'avait pas cassé il aurait remporté une victoire facile. Lewis a été brillant pendant tout ce week-end, que ce soit en qualification ou dans la première partie de la course. Il semblait intouchable. Il était particulièrement efficace dans le dernier secteur, celui qui est le plus délicat avec quelques dévers. Il faut vraiment maîtriser totalement sa voiture pour faire son temps dans ce secteur, c'est quelque chose que Lewis réussit superbement. Que ce soit Sebastian Vettel ou Fernando Alonso, ils ont été également très forts dans ce troisième secteur, mais la manière dont Lewis faisait danser l'arrière de sa voiture était tout simplement merveilleuse. Une démonstration d'agressivité contrôlée.

Mais au final, la star ce fut Räikkönen, dimanche, presque autant pour ses conversations à la radio avec son stand que pour son attitude un peu indolente et pour sa course parfaitement maîtrisée. Il a parfaitement résisté à la pression de Fernando avec une étonnante facilité. Je dois dire que sa remise en action après la deuxième période de Voiture de Sécurité était proche de la perfection, il était très proche de la Voiture de Sécurité avant qu'elle ne quitte la piste. Son retour réussi en Formule 1 a été l'une des grandes surprises, et l'un des grands succès de cette saison. Qui aurait parié sur lui pour gagner une course et finir à la troisième place du Championnat en février ?

L'équipe d'Enstone a eu une bonne voiture pendant toute la saison, mais chaque fois, pour une raison pour une autre, la victoire s'est dérobée. Kimi, en particulier, a été remarquablement constant pendant toute cette année, il s'est toujours maintenu dans les cinq premiers prenant des points avec une rare régularité. Cela me rappelle sa saison 2007 lors de laquelle il est devenu champion du monde. Je suis particulièrement heureux pour Éric Boullier, le patron de Lotus. Il est arrivé en poste en des temps difficiles à Enstone. C'est quelqu'un de formidable, un vrai compétiteur qui a bien servi les actionnaires de l'équipe.

Fernando a fait ce qu'il fait de mieux en marquant plus de points que la performance de sa voiture ne le lui permettait ce week-end. J'adore regarder les caméras embarquées de Fernando dans le premier tour. Il est incroyablement rapide au niveau des mains sur le volant et il effectue des manoeuvres décisives. Ferrari s'est clairement décidée à aborder de manière différente les dernières courses. Cette équipe sait qu'elle n'est pas assez rapide en qualification. Elle s'est concentrée sur le fait de fournir à ses pilotes une voiture qui fonctionne bien en course en termes de gestion des pneumatiques. Elle vise également une bonne vitesse de pointe en ligne droite à fin d'optimiser l'utilisation du DRS (Drag reduction System, Système de réduction de la traînée ou aileron ajustable). Cela permet à Maranello d'être relativement compétitive en course par rapport aux qualifications mais pour gagner un titre de champion du monde il faut être devant sur la grille de départ.

Sebastian Vettel a réussi une superbe remontée dimanche, dépassant notamment Jenson Button
© Getty Images
Agrandir

Sebastian et Red Bull sont capables de prendre la pole position à chaque course. Fernando devra donc compter sur le coup de pouce de la chance pour passer devant son rival au Championnat. Les derniers tours de la course avec cette deuxième Voiture de Sécurité ont été très intéressants cependant. Le pilote Ferrari semblait avoir des problèmes pour garder son rythme mais les huit derniers tours ont été sans problème pour lui. Après 18 courses sans avoir eu la voiture la plus rapide en piste, il n'est toujours qu'à dix points de la tête.

Sebastian n'a pas eu de chance samedi mais celle-ci est revenue dimanche avec ces deux périodes de Voiture de Sécurité qui lui ont permis de se retrouver en lutte pour le podium. Le champion du monde, malgré une erreur au départ, a réussi une grande course. Il était clair que sa voiture fonctionnait parfaitement. Avec la monoplace la plus rapide et un petit avantage mathématique avant deux circuits demandant de forts appuis aérodynamiques, Sebastian sera mon favori pour le titre. Mais ce qu'il s'est passé samedi montre que tout est encore possible dans cette saison de Formule 1 2012 !

La semaine prochaine, nous avons rendez-vous aux États-Unis, à Austin, pour la première fois. Ce nouveau circuit semble très intéressant avec trois secteurs qui apparaissent comme très différents les uns des autres. La première partie du tour est une série de virages à haute vitesse, elle ressemble à Silverstone, alors que le deuxième secteur est celui des lignes droites et des virages lents et que le troisième est un mélange des deux premiers. C'est bien que la Formule 1 revienne aux États-Unis. Alors que ce pays n'a pas oublié le fiasco d'Indianapolis en 2005, le Texas va permettre de conquérir un nouveau public dans ce pays à la grande diversité. Ayant couru à Sebring et à Montréal, je sais que l'Amérique du Nord, c'est toujours un grand plaisir d'y aller. Les gens sont très enthousiastes, l'ambiance est un peu plus détendue et le show est toujours au rendez-vous. Espérons que la Formule 1 connaîtra le succès une fois de plus.

© ESPN Sports Media Ltd.

flux RSS flux RSS: ESPN Staff