• Abou Dabi

Les rois du désert

ESPN Staff
1 novembre 2012

Vainqueur des quatre dernières courses disputées, Sebastian Vettel a creusé l'écart en tête du Championnat du monde des pilotes alors que le paddock pose ses containers et ses monoplaces pour la troisième fois à Abou Dabi, sur le somptueux mais ennuyeux circuit de Yas Marina. Sur la Ferrari, Fernando Alonso, qui compte 13 points de retard, est contraint de réagir. C'est ce duel qui sera l'attraction n°1 de ce week-end qui possède bien d'autres attraits en bordure du désert d'Arabie.

En hausse

Toujours en haut de l'affiche, Sebastian Vettel, après avoir gagné à Singapour, au Japon, en Corée et en Inde, a non seulement repris la tête du Championnat mais il a fait le trou sur Fernando Alonso. Une cinquième victoire d'affilée lui offrirait une option encore plus grande sur le titre. Ce serait aussi un exploit qui mériterait d'être salué. Le record absolu en la matière est de sept victoires, détenu conjointement par Michael Schumacher (2004) et Alberto Ascari (1952-1953). Les autres pilotes à avoir réussi à remporter cinq victoires de suite sont Jack Brabham (1960), Jim Clark (1965) et Nigel Mansell (1992). Tous ces pilotes sont au moins une fois champions du monde. Une bonne compagnie pour Vettel.

Pour beaucoup, Vettel profite du génie d'Adrian Newey qui semble s'être appliqué sur l'arrière de la RB8 depuis quelques courses, si bien que les deux pilotes McLaren ont jeté l'éponge pour la couronne Pilotes et qu'Alonso est le dernier contradicteur de Vettel, avec une voiture dont il admet qu'elle n'est pas aussi performante que la Red Bull.

En baisse

L'équipe McLaren a lâché prise dans le classement des Pilotes et a affirmé qu'elle se concentrait maintenant sur la deuxième place des Constructeurs, laissant le champ libre à Red Bull. Les hommes de Woking semblaient plus fringants, au lendemain de la pause estivale. Paul di Resta a vu ses performances décrocher ces derniers temps. D'autant plus dur à encaisser que son coéquipier, Nico Hülkenberg, marquait 18 points et dépassait l'Écossais.

La pression est sur Sergio Pérez
© Sutton Images
Agrandir

À surveiller

Depuis qu'il a été annoncé qu'il partait la saison prochaine chez McLaren, Sergio Pérez n'a pas vraiment brillé en course, alors qu'il a été bon en qualifications (5e au Japon, 8e en Inde). Certains se demandent à présent s'il mérite son volant chez McLaren. Il sera donc observé ce week-end.

Points chauds

Les nouveautés de Ferrari

Si Fernando Alonso veut avoir une chance de remporter son premier titre de champion du monde, sa Ferrari doit impérativement progresser pour se mettre dans le sillage de la Red Bull de Sebastian Vettel pour les trois dernières courses. De ce fait, Abou Dabi sera un test crucial pour la Scuderia. Les essais du vendredi matin seront très importants pour savoir si les nouveautés apportées par l'équipe italienne vont lui laisser un espoir d'accrocher Red Bull, que ce soit en qualification ou en course.

Abou Dabi, une piste perfectible

Le circuit d'Abou Dabi, situé dans la rade de Yas Marina, est un paradoxe. D'un côté des installations ultramodernes et toute la splendeur de l'Orient, mais de l'autre, celui qui nous intéresse plus, c'est-à-dire le plan sportif, très peu d'opportunités de dépassement dans ce tracé dessiné par l'architecte de la Formule 1, Hermann Tilke. La course devrait donc se jouer en partie lors des arrêts aux standards et la stratégie aura une importance cruciale.

Le Yas Hotel en toile de fond © Sutton Images
Agrandir

Autour du Grand Prix

  • Un système sophistiqué de projecteurs longe le tracé du circuit de Yas Marina, ce qui permet à la course de débuter au crépuscule et se conclure en soirée. Des projecteurs montées sur des poutres verticales amovibles permettent de diminuer le niveau d'éblouissement que subissent les pilotes.

  • Abou Dhabi est la capitale des Émirats arabes unis ; son nom signifie littéralement Père de la gazelle. L'emplacement de la ville a été colonisé par des nomades et des pêcheurs il y a 5000 ans. Aujourd'hui, Abou Dhabi doit sa richesse au pétrole, à l'industrie de la construction et aux services financiers.
  • Le circuit de Yas Marina est le seul du calendrier à avoir un tunnel à la sortie de la voie des stands. Les pilotes passent sous la piste pour rejoindre la course.

  • En deux éditions il n'y a eu qu'une seule sortie de la voiture de sécurité à Abou Dabi ; c'était l'année dernière après l'accident au départ entre Michael Schumacher et Tonio Liuzzi.

Attaque de stats

  • En 2011, il y a eu 56 dépassements pendant la course, dont 50 grâce au DRS (Drag reduction System, Système de réduction de la traînée ou aileron ajustable)

  • Le circuit mesure 5,554 km ; c'est le sixième plus long du calendrier 2011

  • Le virage 2 est le plus rapide : les pilotes l'attaquent à 260 km/h et subissent 4G

  • Les pilotes effectuent 68 changements de vitesses par tour

Résultats 2011

1 Lewis Hamilton (GBR) McLaren 1:37'11.886

2 Fernando Alonso (ESP) Ferrari +8.457

3 Jenson Button (GBR) McLaren +25.881

4 Mark Webber (AUS) Red Bull+35.784

5 Felipe Massa (BRA) Ferrari +50.578

6 Nico Rosberg (GER) Mercedes +52.317

7 Michael Schumacher (GER) Mercedes +1'15.964

8 Adrian Sutil (GER) Force India +1'17.122

9 Paul di Resta (GBR) Force India +1'41.087

10 Kamui Kobayashi (JPN) Sauber +1 tour

Circuit

Le tracé de Yas Marina est l'un des rares à être couru dans le sens contraire des aiguilles d'une montre. Certains sont d'avis que le tunnel est trop étroit ; en cas d'accident, le dégager rapidement sera problématique. Une fois le feu vert donné par la FIA, Bruno Senna a profité des essais de la GP2 pour devenir le premier pilote à boucler un tour sur le nouveau circuit. Lorsque les équipes de F1 se sont présentées pour disputer la dernière course du championnat 2009, tous les pilotes de la catégorie reine arrivaient en territoire inconnue.

FIA driver steward

L'ancien pilote de F1 Derek Warwick a été nommé quatrième commissaire pour le Grand Prix d'Abou Dabi qui se déroulera ce week-end sue le magnifique tracé de Yas Marina aux Émirats Arabes Unis.

Le Britannique connaît bien ce rôle qu'il a déjà tenu à de nombreuses reprises. Déjà présent aux côtés de la Fédération Internationale de l'Automobile cette année à Hockenheim lors du GP d'Allemagne, Warwick était également commissaire Turquie et justement, à Abou Dabi en 2010 lors du premier sacre de Sebastian Vettel.

© Getty Images
Agrandir

Météo

Le week-end dernier a été marqué par des tempêtes de sable à Abou Dabi mais le week-end devrait être ensoleillé avec plus de 30°C.

Le pronostic d'ESPN

Sebastian Vettel est à Abou Dabi sur la terre de son premier sacre en 2010, aux dépens de Fernando Alonso. L'Allemand est en pleine confiance, dans une situation qui lui sied à merveille. Il sait comment tirer le meilleur de la voiture la plus rapide du plateau. Il est, sans surprise, notre favori.

© ESPN Sports Media Ltd.

flux RSS flux RSS: ESPN Staff